Architecture: les étudiants de l’ENA boycottent les examens

Les étudiants de l’Ecole nationale d’architecture ont boycotté les examens ce lundi matin, pour protester contre une disposition du projet de loi réglementant la profession d’architecte.  

Architecture: les étudiants de l’ENA boycottent les examens

Le 27 mai 2013 à 16h00

Modifié 27 mai 2013 à 16h00

Les étudiants de l’Ecole nationale d’architecture ont boycotté les examens ce lundi matin, pour protester contre une disposition du projet de loi réglementant la profession d’architecte.  

Après l’Ordre national des architectes, c’est au tour des étudiants de l’Ecole nationale d’architecture de Rabat de crier leur mécontentement quant à l’adoption en commission parlementaire du projet de loi réglementant la profession d’architecte. Ce qui est mis en cause, c’est l’article 4 portant sur les écoles privées d’architecture.

Un premier sit-in a eu lieu jeudi dernier. Il n’a pas eu l’écho souhaité.

Ce lundi donc, afin de mieux faire entendre leur voix, les 550 élèves de l’ENA ont accordé leurs violons et pris un grand risque en boycottant les examens de fin d’année. «C’est une grève ouverte jusqu’à obtention d’une réponse du ministère de l’Habitat. Les élus aussi doivent comprendre le danger d’une telle réforme», lance d’emblée un membre du comité d’organisation de la grève. Une sorte de bras de fer pour convaincre les intervenants politiques de leur cause.

«Le ministère a motivé la décision d’accorder l’équivalence aux écoles privées par le manque latent en architectes au Maroc. Or, sur le terrain, le constat est tout autre. Seuls 15% des architectes ont un rythme de travail soutenu. Les autorités confondent manifestement ingénieurs et architectes et c’est de là que vient toute l’embrouille», accuse la même source.  

Il est clair que les étudiants de l’ENA ne veulent pas qu’on les mette sur le même pied d’égalité que des étudiants du privé. D’autant plus que les critères de sélection de l’ENA sont draconiens : «Il faut justifier de 17 de moyenne pour âtre admis au concours de l’ENA. Le concept de méritocratie partira en fumée si on permet à des élèves moins brillants mais plus riches d’accéder à une formation réservée à l’élite», s’indigne une élève de l’ENA.

La direction de l’ENA a été prise de court et le choix du timing n’a pas été pour faciliter les choses. «Je comprends les préoccupations des étudiants, mais je les invite d’abord à prendre possession de toutes les données avant de réagir. Ils peuvent protester mais sans boycotter les examens », souligne Mohammed Kassou Ou Ali, directeur de l’ENA par intérim. Et de poursuivre : « je les ai reçus aujourd’hui et leur ai expliqué que ce projet de loi servira à régulariser la situation des 144 étudiants de l’école d’architecture de Casablanca et que l’Etat travaille en parallèle sur le renforcement du système public de formation. Preuve en est, six nouvelles écoles publiques d’architecture seront créées», nuance-t-il. Le projet en question est en cours d’étude. Les ministères de l’Habitat, de

l’Enseignement et des Finances se penchent sur sa faisabilité.


 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

PROMOPHARM SA : L’Assemblée Générale ordinaire

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.