Haj : les nouveaux critères de labellisation des agences de voyages

Réputation, assise financière et professionnalisme seront désormais pris en compte pour labelliser les agences de voyages. Certains professionnels récusent ces nouvelles dispositions.

Haj : les nouveaux critères de labellisation des agences de voyages

Le 27 mai 2013 à 16h08

Modifié 27 mai 2013 à 16h08

Réputation, assise financière et professionnalisme seront désormais pris en compte pour labelliser les agences de voyages. Certains professionnels récusent ces nouvelles dispositions.

Pour les agences de voyages qui participent au haj 2014, les règles se précisent. A partir de l’année prochaine, elles devront répondre à des critères de labellisation plus stricts pour prétendre à l’organisation des opérations du pèlerinage. Le système adopté en 2007, qui offrait aux candidats le choix entre les agences de voyages et le ministère des Habous, avec toutes les déceptions que cela a pu engendrer, se révèle aujourd’hui inapproprié.

Les critères principaux, définis par le ministère du Tourisme et la Fédération nationale des agences de voyages du Maroc (FNAVM) sur la base desquelles la sélection sera réalisée, en 2014, sont d’ores et déjà connus. Ils sont au nombre de trois : « les agences de voyages seront retenues en fonction de leur réputation, leur assise financière et leur professionnalisme », résume Omar Sabri, secrétaire général de la FNAVM.

Voilà, c’est dit ! Les pèlerins n’auront donc plus à souffrir des prestations inadaptées de certaines agences dont les moyens ne leur permettaient pas d’offrir un rapport qualité/prix intéressant. Le but, continue, Omar Sabri, est de sécuriser les pèlerins. D’ailleurs, un fonds de solidarité, constitué de 1.000 dirhams pour chaque pèlerin inscrit, a été créé par la FNAVM afin de sécuriser l’aspect financier de toute l’opération liée au pèlerinage.

Mais cette labellisation ne suscite pas que des échos positifs : « Cette opération, hautement capitalistique, nécessite des fonds importants avec des risques tout aussi importants liés notamment aux fluctuations du marché, le cours des devises, la demande et la libre concurrence: autant de facteurs qui appellent une mutualisation », peut-on lire sur le blog de Faouzi Zemrani, un professionnel du tourisme, vice président du CRT de Marrakech.

Et de poursuivre : « Or le contrat proposé par la FNAVM est vide de sens et très flou quand à une quelconque mutualisation : aucun engagement mutuel, aucun apport de compétence, toutes les obligations sont portées par l’agence A (émettrice, ndlr), commercialisation, exécution, encadrement , service après vente, tout est du ressort de l’agence A. L’agence B (réceptive, ndlr) se contente de facturer et de toucher ! Elle n’est nullement impliquée et n’est responsable de rien? Comment peut-on appeler cela contrat de mutualisation ? »

Pour rappel, le tirage au sort se fera, dès 2014, sur la base d’une seule et unique liste, contrairement à l’ancien mécanisme qui offrait au candidat une liste via le circuit officiel.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Emission obligataire ordinaire par placement privé de la société CTM

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

PLF2022: conférence de presse de Nadia Fettah

Essaouira : découverte des plus anciens objets de parure à la grotte de Bizmoune