Braquage de diamants à Bruxelles : une enquête est ouverte au Maroc

Braquage de diamants à Bruxelles : une enquête est ouverte au Maroc

Le 17 juin 2013 à 19h29

Modifié le 17 juin 2013 à 19h29

L’avocat de Marc Bertoldi, l’un des principaux suspects, confirme l’ouverture d’une enquête au Maroc au sujet de son client qui résidait à Casablanca depuis 3 ans.  

Le Maroc participe bien à la résolution de l’affaire des diamants volés en février 2013 sur l’aéroport de Bruxelles. «En effet, une enquête est bien ouverte au Maroc», confirme à Médias 24, Me Oliver Rondu, avocat du Français Marc Bertoldi, principal accusé dans ce hold up de grande envergure.  Ce dernier est actuellement incarcéré en France à Metz suite à son arrestation dans le cadre d’un mandat d’arrêt lancé par les autorités belges.

 

120 colis dans les mains des malfrats

 

L’histoire remonte au 18 février 2013. Sur le tarmac de l’aéroport de Bruxelles, vers 20 heures, 8 hommes déguisés en policier et armés exécutent l’un des grands hold up de ces dix dernières années. Il s’agit du vol de 120 colis de diamants bruts et polis en provenance d’Anvers à destination de Zurich. L’Antwerp World Diamond Center évalue le pactole à 37 millions d’euros.  

Le 7 mai, 31 personnes sont interpellées en Suisse, France et Belgique, dont  Marc Bertoldi. Le lendemain, il est arrêté à Metz. La police française a retrouvé une Porsche Panamera et une somme de 50.000 euros en cash. Il n’est pas un inconnu des services de police. Il avait déjà fait l’objet de poursuites judiciaires pour escroquerie et vols aggravés. Il avait même écopé d’une peine de prison.

«Nous ne savons toujours pas quels sont les accusations portées à l’encontre de notre client qui n’a pas encore été mis en examen. Les autorités belges le réclame », précise Me Olivier Rondu. Ce dernier tient à préciser qu’il «n’a accès à aucun élément du dossier ».

 

37 millions d’euros ou 300 millions ?

 

Un mois auparavant, le 5 avril, les services du renseignement marocains balancent une info qui donne une autre dimension à ce braquage.

Selon le quotien belde De Morgen, de 37 millions d’euros, le montant est évalué à 300 millions d’euros par les autorités marocaines.  De même source, l’Antwerp World Diamond Center a annoncé une estimation chiffrée en deçà de la réalité pour des raisons commerciales. En clair, même chez les diamantaires, on ne déclare pas tout ! Pour l’heure, on ignore la manière avec laquelle les enquêteurs ont réévalué l’objet du vol.

 

Quel est le rôle des autorités marocaines ?

 

Les antécédents judiciaires de Marc Bertoldi leur ont certainement mis la puce à l’oreille. Il était installé depuis trois ans, au Maroc et notamment à Casablanca : «Il a effectivement vécu au Maroc. Il y tenait un restaurant. Les affaires de location de voiture ont cessé depuis longtemps ». Star Rent et Auto Palace Maroc, deux sociétés de location de voitures de luxe qui n’existent plus aujourd’hui.

Le 13 juin, les choses s’accélèrent. «Les autorités marocaines ont reçu des enquêteurs et des magistrats belges. Mais pas grand-chose ne filtre du dossier», souligne l’avocat de Bertoldi. La visite a duré une semaine durant laquelle ont eu lieu des perquisitions. Objectif : l’arrestation d’un autre suspect. Mais en vain.

Bertoldi continue à comparaître devant la chambre d’accusation. La défense tente de retarder son extradition vers la Belgique. Mais sans trop d’illusions : «on s’attend à ce qu’il soit transféré en Belgique d’ici deux semaines». A suivre.

 


 

Tags :

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.