Ce matin au Maroc

Champ politique (1). Les meetings des partis politiques tournent à l’agressivité, les petites phrases et les grandes piques se multiplient de part et d’autre. Malheureusement, la démocratie ne consiste pas à débattre tranquillement, ni à choisir le plus compétent. Elle consiste à convaincre le maximum d’électeurs de voter pour nous. L’agressivité et la mauvaise foi sont des recettes qui marchent. Surtout quand, sur le fond, on n’a pas grand-chose à dire. Champ politique (2). Pourquoi l’Istiqlal a-t-il choisi de demander l’arbitrage royal en invoquant l’article 42 plutôt que l’article 47 ? L’article 42 stipule : Le Roi, Chef de l’Etat, son Représentant suprême, Symbole de l’unité de la Nation, Garant de la pérennité et de la continuité de l’Etat et Arbitre suprême entre ses institutions, veille au respect de la Constitution, au bon fonctionnement des institutions constitutionnelles, à la protection du choix démocratique et des droits et libertés des citoyennes et des citoyens, et des collectivités, et au respect des engagements internationaux du Royaume.

Ce matin au Maroc

Le 17 juin 2013 à 7h28

Modifié 11 avril 2021 à 2h35

Champ politique (1). Les meetings des partis politiques tournent à l’agressivité, les petites phrases et les grandes piques se multiplient de part et d’autre. Malheureusement, la démocratie ne consiste pas à débattre tranquillement, ni à choisir le plus compétent. Elle consiste à convaincre le maximum d’électeurs de voter pour nous. L’agressivité et la mauvaise foi sont des recettes qui marchent. Surtout quand, sur le fond, on n’a pas grand-chose à dire. Champ politique (2). Pourquoi l’Istiqlal a-t-il choisi de demander l’arbitrage royal en invoquant l’article 42 plutôt que l’article 47 ? L’article 42 stipule : Le Roi, Chef de l’Etat, son Représentant suprême, Symbole de l’unité de la Nation, Garant de la pérennité et de la continuité de l’Etat et Arbitre suprême entre ses institutions, veille au respect de la Constitution, au bon fonctionnement des institutions constitutionnelles, à la protection du choix démocratique et des droits et libertés des citoyennes et des citoyens, et des collectivités, et au respect des engagements internationaux du Royaume.

Il est le Garant de l’indépendance du Royaume et de son intégrité territoriale dans ses frontières authentiques.

Le Roi remplit ces missions au moyen de pouvoirs qui lui sont expressément dévolus par la présente Constitution et qu’il exerce par dahir. Les dahirs, à l’exception de ceux prévus aux articles 41, 44 (2ème alinéa), 47 (1er et 6ème alinéas), 51, 57, 59, 130 (1eralinéa) et 174sont contresignés par le Chef du Gouvernement.

L’article 47 :

Le Roi nomme le Chef du Gouvernement au sein du parti politique arrivé en tête des élections des membres de la Chambre des Représentants, et au vu de leurs résultats. Sur proposition du Chef du Gouvernement, Il nomme les membres du gouvernement. Le Roi peut, à Son initiative, et après consultation du Chef du Gouvernement, mettre fin aux fonctions d’un ou de plusieurs membres du gouvernement. Le Chef du Gouvernement peut demander au Roi de mettre fin aux fonctions d’un ou de plusieurs membres du gouvernement.

Le Chef du Gouvernement peut demander au Roi de mettre fin aux fonctions d’un ou de plusieurs membres du gouvernement du fait de leur démission individuelle ou collective. A la suite de la démission du Chef du Gouvernement, le Roi met fin aux fonctions de l’ensemble du gouvernement. Le gouvernement démissionnaire expédie les affaires courantes jusqu’à la constitution du nouveau gouvernement.

Explication d’un dirigeant de l’Istiqlal : En invoquant l’article 42, nous nous inscrivons dans le cadre d’une monarchie constitutionnelle. En invoquant l’article 47, nous nous serions inscrits dans le cadre d’une monarchie parlementaire. C’est notre interprétation des choses, c’est notre position.

Opération faux-médicaments. Une opération douanière internationale d’une ampleur sans précédent, impliquant 23 pays africains dont le Maroc vient d’être révélée par l’IRACM (Institut de recherche anti contrefaçon des médicaments). Cette opération qui a eu lieu début avril a permis de saisir plus de 550 millions de doses de faux médicaments, qualifiés de dangereux, voire mortels. Leur valeur est estimée à 275 millions de dollars. Il faut rappeler qu’au Maroc, les trafiquants de faux médicaments ne risquent que la saisie de la marchandise. Détails ici.

Champ religieux. «Il y a 600 jihadistes détenus dans le prisons marocaines. Nous avons suggéré au PJD de les élargir et de les laisser partir au jihad en Syrie». C’est Abdelwahab Rafiki, dit Abou Hafs qui fait cette confidence à un média égyptien (ici).

Abou Hafs est un membre du courant salafiste dit réformateur. Il a intégré récemment le champ politique à travers le PRV, Parti de la renaissance et de la vertu.

Crash pour… «rire». Il n’y a pas que le sexe (Femen) pour attirer l’attention des médias. Il y a aussi les scénarios anxiogènes. Voici une vidéo qui montre un A 380 avec un moteur en feu, s’écrasant sur … le Morocco Mall. Le site aeronautique.ma explique qu’il s’agit d’une «belle animation dont la conception a duré environ 6 semaines et a nécessité 5 logiciels professionnels et 8 plu-gins pour la réalisation du montage, de la modélisation, de l'animation 3D, de la composition, et du mixage audio et effets sonores» et  la «vidéo ne représente en aucun cas un sentiment négatif envers ce centre». Vidéo ici.

Pour l’animation, on a vu mieux. Pour l’humour aussi.

Maroc-UE. L'évaluation de la mise en oeuvre de l'Accord d'association Maroc-Union Européenne (UE) et du Plan d'action de la politique européenne de voisinage sera au centre de la 9ème session du Comité d'association Maroc-UE, qui se tient ce lundi à Rabat.

Football. Rien ne va plus. Le dernier titre international de valeur remporté par l’équipe du Maroc remonte à 1976. L’équipe nationale vient d’être éliminé du mondial 2014 avant même de jouer ses derniers matches, par la victoire de la Côte d’Ivoire contre la Tanzanie. Il est peut-être temps d’arrêter de se faire des illusions, de s’asseoir et de réfléchir vraiment.

Idées. Les Femen, un féminisme de type néocolonial ? Les critiques se multiplient contre les Femen, qui ne sont tout au plus que quelques dizaines dans le monde, mais qui arrivent à faire parler d’elles. « On sait de quoi les médias ont besoin, a déclaré la fondatrice des Femen à Rue89. Du sexe, des scandales, des agressions : il faut leur donner. Etre dans les journaux, c’est exister. » Parmi les critiques les mieux construites, celles de l’égyptienne Sara Salem qui parle de féminisme de type néocolonial.

Syrie (1). Les enjeux extérieurs prennent désormais le pas sur les enjeux intérieurs du conflit. Les premiers rebelles, ceux qui évoquaient des protestations pacifiques, sont inaudibles.  

Les tensions sunnites-chiites ainsi que les clivages ethniques mettent tout le Proche-Orient au bord de l’explosion. Tous les équilibres sont menacés, ainsi que les frontières héritées des accords Sykes-Picot.

Toute la région est menacée : la ligne de front traverse la Syrie, le Liban, l’Irak, l’Arabie saoudite, Bahrein. Les tensions sont confessionnelles (sunnites-chiites, salafistes-Frères musulmans, jihadistes-autres), ethniques (kurdes) ou stratégiques (puissances régionales telles que l’Iran, le Qatar, l’Arabie Saoudite et la Turquie).

Le 16 juin, les actions du marché boursier saoudien ont plongé à leur plus bas niveau depuis deux ans.

Dimanche soir, le Roi Mohammed VI s’est entretenu au téléphone avec le Roi saoudien, au sujet des relations bilatérales et de la situation dans la région, rapporte l’agence officielle saoudienne.

Syrie (2). La vidéo qui inquiète. Elle montre un combattant rebelle armer un missile sol-air SAM 16 et abattre un hélicoptère. Les SAM 16 sont des missiles très performants de fabrication russe. L’existence d’armes sophistiquées dans les rangs rebelles rappelle le scénario libyen. On sait ce qu’il est advenu de ces stocks ultérieurement. Vidéo ici.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Publication complémentaire suite à l’avis réunion de l’assemblée générale extraordinaire de la société ALUMINIUM DU MAROC SA

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.