La consommation des ménages augmentera de 6% en 2013

Les entreprises de biens de grande consommation constatent un tassement des ventes, voir un recul. Comment se comporte la consommation cette année? peut-on établir des prévisions? Médias 24 a enquêté.

La consommation des ménages augmentera de 6% en 2013

Le 6 août 2013 à 15h29

Modifié 6 août 2013 à 15h29

Les entreprises de biens de grande consommation constatent un tassement des ventes, voir un recul. Comment se comporte la consommation cette année? peut-on établir des prévisions? Médias 24 a enquêté.

Selon les entreprises marocaines, la consommation des ménages s’essouffle et serait même en recul dans certains secteurs et régions comme le nord. De plus, elle aurait du mal à décoller et resterait à des niveaux inférieurs à ceux de ses voisins.

Il est difficile d’avoir des données réelles sur la consommation des ménages. Mais Médias 24 a enquêté, notamment auprès du Haut Commissariat au Plan (HCP) pour avoir un début d’explication à ce phénomène ressenti par les professionnels.

L’évolution de la consommation des ménages

La consommation des ménages, tout comme la croissance du PIB, a connu un ralentissement en 2012, sous les effets conjugués d’une mauvaise année pour la production agricole qui a eu un impact négatif sur le revenu des ménages vivant de l’agriculture, soit environ 40% de la population, et d’une diminution des transferts des MRE.

La croissance de la consommation des ménages était de 4,3% en 2012, contre 7,4% en 2011. Mais les prévisions du HCP annoncent un sursaut de croissance de la consommation des ménages qui atteindrait 6% pour l’année 2013, sous la pression de l’amélioration des revenus agricoles, de la maîtrise de l’inflation et de la progression des crédits à la consommation.

Sur la période 2000-2012, la part de la consommation des ménages dans le PIB varie dans un intervalle compris entre 57 et 60% du PIB, soit un niveau comparable à la Tunisie et inférieur à la Turquie, l’Egypte ou la Jordanie où elle atteint 70%.

Les ménages marocains ont le moral en berne

Cependant, au-delà des chiffres globaux, l’enquête de conjoncture auprès des ménages réalisée par le HCP qui reflète le ressenti des ménages quant à leurs habitudes de consommation révèle un certain pessimisme ambiant qui s’est installé depuis le début 2012. L’indice de confiance des ménages s’est ainsi dégradé de façon quasi continue depuis la fin 2011, passant de 84,5 au 4ème trimestre 2011 à 75,8 au 1er trimestre 2013.

La baisse de l’indice de confiance est le résultat de la baisse de plusieurs indicateurs :

–  La perception du niveau de vie : les ménages sont pessimistes aussi bien pour l’évolution passée de leur niveau de vie que sur les perspectives futures pour les 12 prochains mois ;

–  L’évolution du chômage : les ménages anticipent une forte hausse du chômage pour les 12 prochains mois ;

–  Le sentiment d’une détérioration de la situation financière, aussi bien pour l’évolution passée que pour les perspectives futures. Plus d’un tiers des ménages (36,4%) doivent s’endetter ou puiser dans leur épargne pour assurer leurs dépenses et seuls 6,6% des ménages disent pouvoir épargner une partie de leur revenu. Une part croissante des ménages estiment d’ailleurs qu’il ne leur sera pas possible d’épargner dans les 12 prochains mois (83,5% au 1er trimestre 2013 contre 82,3% l’année précédente) ;

–  L’anticipation de la hausse des prix des produits alimentaires dans les 12 prochains mois. Plus de 3 ménages sur 4 (78%) pensent ainsi que les prix de ces produits vont augmenter dans les prochains mois, alors qu’ils n’étaient que 72,3% un an auparavant.

Cette enquête n’est certes qu’une enquête d’opinion, mais elle reflète la morosité ambiante qui peut inciter les ménages marocains à différer certains achats et à se concentrer sur la consommation de biens plus essentiels en prévision d’un avenir qu’ils jugent difficiles, du fait de l’anticipation de la hausse du chômage et de la hausse des prix.

 

La bonne campagne agricole va-t-elle changer les choses ?

Les estimations globales du HCP pour l’année 2013 indiquent une amélioration de la croissance de la consommation des ménages, tirée, entre autre, par les bons résultats de la campagne agricole. Mais au cours du 1er trimestre 2013, cette hausse ne s’est pas reflétée sur le moral des ménages et elle ne semble pas non plus, au dire des professionnels, se traduire par une hausse de la consommation.

Les résultats de l’enquête des ménages pour le second trimestre qui seront publiés dans la première quinzaine du mois d’août montreront peut-être les premiers effets de cette campagne agricole par un changement dans la perception des ménages. Pour l’instant, il reste difficile de dire quand cet effet se manifestera.

Une évolution structurelle du panier de consommation

Au-delà de ces évolutions conjoncturelles, la consommation des ménages subit de profonds changements structurels. En effet, sous l’impulsion du développement économique et de la mobilité croissante de la population, de nouveaux postes de dépenses émergent dans les habitudes de consommation des ménages, tels que les dépenses de communication, de transport ou encore de santé. La part des biens alimentaires dans le budget global des ménages diminue donc lentement mais sûrement. Elle est actuellement d’environ 39%, alors qu’elle était de 65% en 1970.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

ATLANTA SANAD : Etats de synthèse au 31.12.2020 et Rapports pour AGO

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.