«Occupy Wall Street» célèbre son 2e anniversaire à New York

Le mouvement Occupy Wall Street est retourné dans la rue mardi à New York, pour célébrer le 2e anniversaire de sa naissance et dénoncer une fois encore l’avidité du monde de la finance et la corruption politique.  

«Occupy Wall Street» célèbre son 2e anniversaire à New York

Le 18 septembre 2013 à 9h55

Modifié 18 septembre 2013 à 9h55

Le mouvement Occupy Wall Street est retourné dans la rue mardi à New York, pour célébrer le 2e anniversaire de sa naissance et dénoncer une fois encore l’avidité du monde de la finance et la corruption politique.  

A la mi-journée, quelque 250 personnes se sont retrouvées au parc Zuccotti, dans le quartier financier de Wall Street, d’où était parti le mouvement il y a deux ans, a constaté l’AFP.

Le petit cortège a remonté Broadway, jusqu’à Washington Square, sous stricte surveillance policière. Au moins trois personnes ont été interpellées pour ne pas avoir respecté la consigne de ne pas bloquer la circulation des voitures.

Les messages des pancartes embrassaient des thèmes variés. «Trop de dérégulation» (dans les marchés), affirmait l’une d’elles. Une autre exigeait de «désarmer le Pentagone».

Le mouvement Occupy est né à New York le 17 septembre 2011, quand une poignée de jeunes avaient installé leur campement au square Zuccotti pour dénoncer les inégalités, avec un slogan choc «nous sommes les 99%».

Il s’était rapidement propagé à de nombreuses villes américaines, mais le mouvement qui refusait la hiérarchie n’a jamais défini de revendications claires.

Ses campements ont fini par être délogés par la police. A New York, elle était intervenue sans ménagement aux premières heures du 15 novembre 2011, pour nettoyer le square.

«C’est ici que ça a commencé, et beaucoup de ceux qui étaient là au début sont là. Et je suis content parce que beaucoup de gens aiment dire qu’Occupy est mort. Ce n’est pas exactement ce qui s’est passé», a affirmé à l’AFP Jason Woody, 29 ans.

Selon lui, le chemin a été «long et dur», mais cela «a changé la discussion aux Etats-Unis».

Une autre manifestation a eu lieu en fin de journée devant le bâtiment des Nations unies à Manhattan. Plusieurs dizaines de manifestants y ont réclamé la création d’un impôt «Robin des bois» (l’équivalent de la taxe Tobin) sur les transactions financières.

(Par AFP)

A lire aussi


Guelmim : l’épopée politique des familles sahraouies (I)

REPORTAGE. Si la bataille politique, à l’occasion des échéances électorales, est particulièrement endiablée dans les régions du sud, avec des alliances d'intérêts entre familles puissantes et influentes, la ville de Guelmim surnommée la porte du désert ne déroge pas à cette règle. D’où les familles sahraouies puisent-elles leur légitimité, leur force et leur influence ? Comment se dessine la cartographie politique dans la province de Guelmim ? Quelles familles sont toujours dans la course et lesquelles sont hors circuit ?

Transformation numérique : étude pour la mise en place des Agences urbaines numériques 2.0

La Direction de l'urbanisme, relevant du ministère de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, lance un appel d'offres. L’étude couvrira l’ensemble des aspects liés à la transformation numérique des Agences urbaines du royaume, de la Direction de l’urbanisme, ainsi que de la Direction des ressources humaines et des moyens généraux du ministère. L'étude prévoit également la mise en place d’un système de veille urbaine.

Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Immorente propose un rendement de 4,5 dh/action et innove en proposant une distribution trimestrielle

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.