Economie et finances : le constat encourageant de Bank Al-Maghrib

Les projections pour l’ensemble de l’année 2013 au Maroc, publiées par la Banque centrale ce mardi après-midi sont encourageantes, avec un taux de croissance à 4,5-5%, un déficit budgétaire ramené à 5,5% du PIB et une inflation à 2,2%. Détails.

Economie et finances : le constat encourageant de Bank Al-Maghrib

Le 25 septembre 2013 à 8h30

Modifié 25 septembre 2013 à 8h30

Les projections pour l’ensemble de l’année 2013 au Maroc, publiées par la Banque centrale ce mardi après-midi sont encourageantes, avec un taux de croissance à 4,5-5%, un déficit budgétaire ramené à 5,5% du PIB et une inflation à 2,2%. Détails.

Le Conseil de Bank Al-Maghrib a tenu sa réunion trimestrielle le mardi 24 septembre

2013 et a décidé de maintenir inchangé son taux directeur à 3%. Il a estimé que les prévisions restent globalement en ligne avec l’objectif de stabilité des prix à moyen terme.

Surtout, il a annoncé des prévisions pour la fin de l’année, qui sont plutôt encourageantes :

-Taux de croissance : 4,5 à 5% (au lieu de 2,7% un an auparavant) ;

-Déficit budgétaire : 5,5% (au lieu de 7,3% un an auparavant) ;

-Déficit du compte courant : 8% du PIB ;

-Inflation : 2,2%.

 

Voici les principaux passages du communiqué de Bank Al-Maghrib :

Au niveau national, impactée par la persistance de l’atonie de la demande étrangère et l’affaiblissement de la demande intérieure, la croissance non agricole a enregistré un net ralentissement au premier trimestre 2013 à 1,9%, après 4,1% au quatrième trimestre 2012.

En revanche, la valeur ajoutée des activités agricoles a enregistré une progression de

17,7%, portant la croissance économique à 3,8%, après 2,3% au quatrième trimestre 2012.

Pour l’ensemble de l’année 2013, la hausse du PIB devrait s’établir entre 4,5% et 5%. Sur le marché de l’emploi, les données relatives au deuxième trimestre 2013 font état d’une aggravation du chômage à 8,8% contre 8,1% au même trimestre de 2012, avec une légère augmentation du taux d’activité de 0,2 point à 49,2%.

Par ailleurs, les données du mois d’août de l’enquête de conjoncture de Bank Al-Maghrib dans l’industrie montrent une importante baisse du taux d’utilisation des capacités de production à 63%.

Dans ces conditions, l’output gap non agricole devrait se maintenir à court terme en dessous de zéro, indiquant l’absence de pressions inflationnistes émanant de la demande.

Sur le plan des finances publiques, les données arrêtées à fin août 2013 montrent une progression de 0,4% des recettes ordinaires, recouvrant une augmentation de 18,5% des rentrées non fiscales et une baisse de 1,6% des recettes fiscales. En parallèle, les dépenses globales ont enregistré une hausse de 1,2%, malgré le repli de 19% des charges de compensation.

En conséquence, le déficit budgétaire s’est établi à 39,4 milliards de DH contre 34,2 milliards un an auparavant. Si une telle tendance se maintient, ce déficit devrait ressortir autour de 5,5% du PIB à fin décembre 2013.

S’agissant des comptes extérieurs, les données disponibles à fin août montrent une baissede 2,4% des importations et de 1,5% des exportations. Le déficit commercial s’est atténué, en conséquence, de 3,1% par rapport à la même période de l’année précédente. Dans le même temps, les recettes voyages ont augmenté de 2,1%, les transferts des MRE de 1% et les recettes au titre des investissements directs étrangers ont atteint 26,6 milliards de DH, en amélioration de 22% par rapport à la même période de 2012.

Compte tenu des autres éléments du compte de capital, l’encours des réserves internationales nettes s’est accru de 4,3%, à 150,2 milliards de DH, soit l’équivalent de 4 mois et 4 jours d’importations de biens et services. Sur la base de ces évolutions, le déficit du compte courant devrait se situer au terme de l’année 2013 autour de 8% du PIB et l’encours des réserves internationales nettes avoisinerait l’équivalent de 4 mois d’importations de biens et services.

Pour ce qui est de la sphère monétaire, les évolutions récentes indiquent une absence de pressions inflationnistes, avec un écart monétaire demeurant à un niveau négatif. Le rythme de progression annuel de l’agrégat M3 s’est situé à 6,5% en août après 5,8% en juillet et 4,5% au deuxième trimestre, et celui du crédit bancaire s’est établi à 2,6% après 2,2% et 3,2% respectivement. En parallèle, les dépôts à vue ont poursuivi leur amélioration enregistrant une progression de 5,8% après 4,1% en juillet et 3,6% en moyenne au premier semestre.

A fin décembre 2013, la croissance du crédit devrait se situer, selon les dernières données disponibles, aussi bien du côté offre que du côté demande, autour de 4%. Par ailleurs, les résultats de l’enquête de Bank Al-Maghrib sur les taux débiteurs montrent que ces derniers ont augmenté de 8 points de base à 6,09% au deuxième trimestre, sous l’effet essentiellement de l’augmentation des taux appliqués aux crédits de trésorerie.

En ce qui concerne le taux de change effectif du dirham, il s’est apprécié de 0,33% en termes nominaux et s’est déprécié de 0,42% en termes réels d’un trimestre à l’autre. S’agissant de l’indice des prix des actifs immobiliers, il a accusé une baisse de 0,2% en glissement annuel.

Dans ces conditions, l’inflation est demeurée globalement en ligne avec les prévisions publiées dans le rapport sur la politique monétaire de juin 2013.

Elle s’est établie à 1,9% en août, après 1,6% en juillet et 2,4% en moyenne au premier semestre. Sa composante sous-jacente a légèrement augmenté à 1,6% après 1,5% en juillet, sous l’effet de l’accélération de la progression des prix des biens non échangeables, de 1,1% à 1,5%, et des biens échangeables, de 1,8% à 2%.

Par ailleurs, suite à la remontée des cours mondiaux des produits énergétiques depuis juin, la baisse des prix à la production industrielle s’est atténuée de 2,4% en juin à 0,2% en juillet.

Le Conseil, après l’analyse des répercussions du nouveau système d’indexation des prix de certains produits pétroliers et des mesures d’accompagnement annoncées, a pris note des projections d’inflation qui font ressortir un taux de 2,2% en 2013, de 1,7% en 2014, de 1,5% au terme du quatrième trimestre 2014, et de 1,8% en moyenne sur cet horizon. Ces prévisions restent donc globalement en ligne avec l’objectif de stabilité des prix à moyen terme.

Dans ce contexte caractérisé par une balance des risques légèrement orientée à la hausse et une prévision centrale de l’inflation qui demeure en ligne avec l’objectif de stabilité des prix à moyen terme, le Conseil, tout en continuant à suivre de près l’ensemble de ces évolutions, a décidé de maintenir inchangé le taux directeur à 3%.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

INVOLYS: Activité du Premier Semestre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.