Sahara : Nizar Baraka détaille le financement et le calendrier du nouveau modèle de développement

Dans un entretien à Médias 24, le président du Conseil économique, social et environnemental détaille le nouveau modèle de développement pour les provinces du Sud qui s’inscrit dans la cadre de la régionalisation avancée.  

Sahara : Nizar Baraka détaille le financement et le calendrier du nouveau modèle de développement

Le 12 novembre 2013 à 18h33

Modifié 12 novembre 2013 à 18h33

Dans un entretien à Médias 24, le président du Conseil économique, social et environnemental détaille le nouveau modèle de développement pour les provinces du Sud qui s’inscrit dans la cadre de la régionalisation avancée.  

Quelle est l'articulation du NMDPS (nouveau modèle de développement pour les provinces du Sud) avec le projet de régionalisation avancée ? 

Les articulations entre le NMDPS et la régionalisation avancée sont multiples.

Tout d’abord, le NMDPS s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre effective de la régionalisation avancée où l’ensemble des mesures, des organes de pilotage et de gestion, des plateformes de dialogue et de décision octroient une place prépondérante aux conseils régionaux élus au suffrage universel.

C’est, d’ailleurs, pour cette raison qu’un modèle a été proposé et non un plan. En fait, nous considérons que les plans de développement des régions  doivent être établis par les citoyens à travers leurs conseils régionaux, qui devront faire l’objet de contrats-programmes avec l’Etat et qui seront réalisés par les agences régionales d’exécution qui seront sous la responsabilité des Présidents de Région. Ces plans feront l’objet de débats dans le cadre des structures de concertation proposées : les Forums régionaux de dialogue civil.

Le budget du NMDPS est fixé à 140 MMDH. Cela constitue plus de 16% du PIB national annuel de 850 MMDH en 2012. D'où viendra l'argent ?

Le NMDPS prévoit, en effet, une enveloppe d’investissements de 140 MMDH sur 10 ans. Cela ne représente donc que 1,6% du PIB de la période si ce dernier reste constant voire beaucoup moins si nous considérons les perspectives de croissance de notre pays qui sont prometteuses.

Cette enveloppe d’investissements provient, d’une part, de l’investissement public (Etat, collectivités locales et territoriales, entreprises publiques) qui maintiendrait, ou augmenterait légèrement, son niveau actuel de 5 à 6 MMDH par an et d’autre part de l’investissement privé qui sera stimulé par une approche intégrée, une infrastructure ciblée, un climat des affaires attractif, des projets structurants et des plate-formes de dialogue social qui constituent l’arsenal de mesures proposées par le NMDPS.

La dernière partie (40 à 50 MMDH) sera investie dans le cadre de partenariats public-privé visant à doter les provinces du Sud de structures économiques à haute valeur ajoutée tant au niveau économique qu’au niveau de l’emploi.

Quel est le calendrier d'exécution du NMDPS ?

Le NMDPS se déroule en deux phases. La première phase se déroule sur 10 ans et prévoit, entre autres objectifs, de créer 120.000 emplois, doubler le PIB et diviser le chômage des jeunes et des femmes par 2.

C’est une phase de transition qui nécessite la mise œuvre des conditions d’un développement intégré, équilibré et durable.

A l’issue de la première phase, l’ensemble des éléments proposés par le modèle seront mis en place et permettront l’émergence des régions du Sud qui pourront pleinement jouer leurs rôles de locomotives socio-économiques du pays et de hub africain de premier ordre.

Est-ce que le NMDPS a été validé par le Roi ?

L’ensemble des membres qui composent le CESE ont été honorés et fiers que, lors du discours du 6 novembre 2013 commémorant le 38ème anniversaire de la Marche verte, Sa Majesté le Roi aie clairement dit : « Nous entendons parachever l’élaboration et la mise en œuvre du modèle de développement régional pour nos provinces du Sud, qui a été soumis à Notre Haute Appréciation par le Conseil économique, social et environnemental ».

Quelles sont les prochaines étapes du NMDPS ? Y a-t-il des études stratégiques sectorielles prévues ? Une modification des Plan Maroc Vert ou Halieutis par exemple ?

Le NMDPS est basée sur une démarche collective et participative. La première étape sera donc, clairement, d’obtenir une adhésion franche et massive au modèle, principalement, auprès des populations concernées qui en sont non seulement les concepteurs mais en seront aussi les acteurs et les bénéficiaires.

Ensuite, je suis convaincu que les institutions, qu’elles soient locales ou nationales, sauront s’approprier le modèle pour le mettre en œuvre. Au niveau des stratégies sectorielles, le NMDPS est en phase avec l’ensemble des stratégies nationales tout en proposant une approche intégrée au niveau des provinces du Sud pour maximiser l’efficacité et l’efficience dans la mise en œuvre de ces stratégies à travers, notamment, une meilleure coordination et plus de synergie entre elles.

Vous avez été ministre des Finances et ministre des Affaires générales et économiques. Quel est votre sentiment sur le NMDPS ? Réaliste, faisable, utopique ? Y a-t-il, selon vous, des conditions préalables au succès de sa mise en œuvre ?

Les objectifs du NMDPS sont ambitieux et se basent sur des projections réalistes et fiables. La réalisation de ces objectifs nécessite la  mise en œuvre d’un modèle qui permettra un décollage socio-économique durable et équilibré de la région en valorisant ses richesses naturelles et culturelles au profit de sa propre population à partir d’un diagnostic précis de la situation. Ce diagnostic a relevé certaines faiblesses du système actuel issues, notamment, d’une approche verticale et court-termiste que le NMDPS s’attèle, justement, à modifier.

Cependant, il est important de noter que le diagnostic établi a, aussi, relevé de nombreux acquis au niveau des provinces du Sud que ce soit au niveau de la sécurité des biens et des personnes, de la scolarisation, de l’aide sociale ou encore du PIB par habitant où l’ensemble des indicateurs, au niveau des provinces du Sud, sont largement supérieurs à la moyenne nationale.

Le NMDPS est donc destiné à répondre aux aspirations de la population en créant les conditions d’un décollage économique durable à travers, notamment, le règlement de la problématique foncière, l’adoption d’une charte d’investissements attractive, la territorialisation et l’intégration des politiques sectorielles, la mise en place d’une formation qualifiante pour répondre aux besoins actuels et futurs et le développement de pôles économiques qui valorisent la vocation et les potentialités de chacune des régions. 


 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Communication trimestrielle T1 2020 LafargeHoclim Maroc

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.