Syrie: Après Homs et les prisonniers, Genève II aborde les questions politiques

Après deux jours consacrés aux problèmes des civils assiégés à Homs et des milliers de prisonniers et de disparus du conflit syrien, les négociateurs du régime de Bachar al-Assad et de l'opposition vont attaquer lundi le sujet le plus délicat: le gouvernement de transition.

Syrie: Après Homs et les prisonniers, Genève II aborde les questions politiques

Le 27 janvier 2014 à 11h04

Modifié 27 janvier 2014 à 11h04

Après deux jours consacrés aux problèmes des civils assiégés à Homs et des milliers de prisonniers et de disparus du conflit syrien, les négociateurs du régime de Bachar al-Assad et de l'opposition vont attaquer lundi le sujet le plus délicat: le gouvernement de transition.

C'est depuis des mois la « ligne rouge » des négociations pour les deux délégations. Enoncé dans le communiqué final de « Genève I » patiemment écrit par les Russes et les Américains un soir de juin 2012, le principe de « l'organe de transition gouvernemental » divise partisans et opposants au président Assad. Il divise tout autant les Russes et les Iraniens, « parrains » du gouvernement syrien, des Occidentaux et des monarchies du Golfe, soutiens de l'opposition. Globalement, l'opposition, qui lutte depuis mars 2011, considère que « Genève I » est synonyme de gouvernement de transition et de départ d'Assad, au pouvoir depuis 2000. Le régime considère lui qu'il ouvre la voie à un gouvernement d'union élargi. Damas évacue la question du départ du président en indiquant qu'il reviendra aux Syriens de choisir leur président dans l'isoloir. « Nous allons commencer à parler de la transition de la dictature à la démocratie », a déclaré Louai Safi, membre de la délégation de l'opposition à quelques heures de la troisième journée de négociations. « Le régime n'est clairement pas enthousiaste, ils trainent les pieds », a ajouté M. Safi. « On va voir si le régime est d'accord pour une solution politique ou s'ils en restent à une solution militaire », a-t-il dit.

Après le faux départ de vendredi, les délégations ont négocié dans un climat où, selon le médiateur de l'ONU Lakhdar Brahimi, le « respect mutuel » a prévalu. Les négociateurs des deux camps ennemis ont eu des sessions de travail le matin, ensemble dans la même pièce mais se parlant par Brahimi interposé. L'après-midi, les négociations se déroulaient dans des salons séparés où le médiateur de l'ONU faisait la navette. Il en sera de même lundi au moment d'attaquer les négociations « politiques » à 11H (10H GMT).

(Avec AFP) 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Mutandis : Dividende 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

PLF2022: conférence de presse de Nadia Fettah

Essaouira : découverte des plus anciens objets de parure à la grotte de Bizmoune