Tourisme. Essaouira tire son épingle du jeu malgré son enclavement

Malgré le manque de dessertes aériennes et l’insuffisance de la capacité litière, Essaouira enregistre des performances encourageantes. Zoom sur l’activité touristique et les projets de la septième destination du royaume.  

Tourisme. Essaouira tire son épingle du jeu malgré son enclavement

Le 12 juin 2014 à 12h50

Modifié 27 avril 2021 à 22h28

Malgré le manque de dessertes aériennes et l’insuffisance de la capacité litière, Essaouira enregistre des performances encourageantes. Zoom sur l’activité touristique et les projets de la septième destination du royaume.  

Des nuitées qui progressent de 12 %! Des arrivées qui bondissent de 15 %! Décidément, Essaouira entame l’année avec de belles performances et promet de continuer sur sa lancée. Près de 472.000 nuitées ont été enregistrées au cours de quatre premiers mois, contre 399.000 en 2013, faisant ainsi de la ville la septième destination touristique devant Ouarzazate, El Jadida et Saidia-Oujda.

Cette éclaircie est due essentiellement aux résultats enregistrés par les touristes non-résidents (+16%), notamment les Français (+11%), les Italiens (+15%), les Espagnols (+12%), les Anglais (+4%) et les Allemands (+18%).

A fin avril, plus 147.500 touristes ont visité la ville, contre 131.000 durant la même période de 2013. Mieux encore, selon la délégation du tourisme d’Essaouira, les hôtels 5* les maisons d’hôtes se sont accaparé 60% des arrivées et 67% des nuitées enregistrées de janvier à avril.  

La ville revient pourtant de loin. Il y a une décennie, les arrivées ne dépassaient pas 69.374 touristes pour une capacité de 1.280 lits, contre 5.600 aujourd’hui. Quant aux nuitées, elles ont été multipliées par trois.

Mais cette progression, timide certes, témoigne du potentiel dont regorge la destination. Elle n’a pas été accompagnée de grands efforts de la part des responsables, ce qui ne fait qu’accentuer son enclavement. Aujourd’hui, seules trois compagnies continuent de desservir Essaouira – Royal Air Maroc, Transavia et Ryanair –, dont le trafic en deçà des espérances : 78 .193 passagers en 2013.

Il faut dire que l’activité touristique reste en berne en dehors de la saison estivale et du festival de Gnaoua. Des projets, censés redonner à l’activité touristique un nouveau souffle, peinent toujours à décoller. C’est le cas, par exemple, de la station Mogador, dont seule la première phase a été livrée, et qui ne compte aujourd’hui qu’un seul hôtel dont le taux de remplissage ne dépasse pas 30 %.

Certains n’hésitent pas à dénoncer la marginalisation dont fait l’objet la ville de la part de l’ONMT, mais les défaillances ne concernent pas hélas que la politique de promotion. «La ville d’Essaouira est confrontée aux handicaps nés de son enclavement et de la précarité de ses infrastructures et des équipements collectifs et structurants cohérents avec sa vocation touristique», lancent les responsables du secteur.

Des objectifs à l’horizon 2018.

Pallier l’enclavement de ville, voilà le nouveau défi du département du tourisme et des autorités locales. En 2009, une stratégie plutôt ambitieuse a été mise en place. Son objectif : mettre à niveau les infrastructures de base, valoriser le patrimoine culturel et architectural, créer un nouveau pôle urbain et renforcer le développement socio-économique.

Les détails fournis par la délégation du tourisme sur les projets en cours :

1. Mise à niveau des équipements de base des quartiers sous-équipés. (Assainissement, voirie, éclairage public, espaces verts et publics)

2- Revalorisation des sites à caractères spécifiques: Corniche/boulevard Med V, entrées de ville et Boulevard Al Aqaba :

– Objectifs  :  rehausser l’identité visuelles de la ville d’Essaouira, améliorer et renforcer les  infrastructures, Aménager les avenues, boulevards, corniche, places publiques, espaces verts,

– Consistance:   réfection de la voirie, réalisation du système d’assainissement des eaux pluviales, renforcement et extension du réseau d’éclairage public, aménagement des espaces   verts et places publiques,

+Corniche et Bd med V ( 1ère tranche)en stade final d’aménagement

 

+ Projet de Mise à niveau des espaces publics autours de la Médina et de la deuxième tranche corniche

+ Aménagement de la ceinture verte de la ville

Objectifs:

– Aménagement d'un espace vert ouvert aux citoyens;

– Limitation de l'extension urbaine;

– Protection de l'écosystème.

(Montant du projet : 15 MDH)

Partenaires :

– HCEFD

– Département de l’Environnement;

– Province d’Essaouira

– AL Omrane Marrakech

– TOTAL MAROC

– Fondation TOTAL pour l’Environnement et la Biodiversité

– Conseil provincial d’Essaouira

– Conseil municipal d’Essaouira

Consistance du programme :

Zone forestière:

– Construction d’un observatoire des lagunes;

– Réhabilitation des  lagunes

– Stabilisation des dunes  

– Aménagement des sentiers  de promenades

Boulevard périphérique:

– Mur de clôture avec barrière en fer forgé;

– Revêtement des trottoirs;

– Eclairage public;

– Installation d’un kiosque d’information et de sensibilisationAvancement : 75%)

– Protection de la ville contre les inondations :

Projet conventionné : 12,5MDH

– Ministère de l'Intérieur : 2,5 MHD

– ABHT :                          8 MHD

– Municipalité :                 2 MHD   

– SAEMOG :                     entretien

– Avancement :                90%

 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

LafargeHolcim Maroc, communication trimestrielle T4 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.