USFP. Ahmed Zaidi, combien de divisions?

Ahmed Zaïdi s’émancipe et ne se contente plus d’être le leader d’un simple courant. De source proche, on nous affirme qu’il rejoindra l’UNFP. Des questions demeurent sur son poids réel au sein de l’USFP.  

USFP. Ahmed Zaidi, combien de divisions?

Le 3 octobre 2014 à 16h36

Modifié 3 octobre 2014 à 16h36

Ahmed Zaïdi s’émancipe et ne se contente plus d’être le leader d’un simple courant. De source proche, on nous affirme qu’il rejoindra l’UNFP. Des questions demeurent sur son poids réel au sein de l’USFP.  

Dans moins d'un mois, le courant fondé par Ahmed Zaidi livrera une réponse à l'UNFP. L'option "révolutionnaire", consistant en la destitution de Driss Lachgar, a été posée sur la table, mais ce dernier a sécurisé ses arrières en s'assurant du soutien des deux tiers du bureau politique, selon une source proche d'Ahmed Zaidi.

Ahmed Zaidi jouit de l'appui de plusieurs membres du bureau politique du parti, de la FDT et du groupe parlementaire dont des députés lui ont exprimé leur soutien sans pour autant adhérer à son courant. Le point sur les ramifications (connues) du courant d'Ahmed Zaidi.

Chabiba: Lachgar incontesté

Un nouveau chapitre s'est, récemment, ajouté à l'affrontement Lachgar-Zaidi: des ex-membres de la Chabiba (jeunesse) de l'USFP d'Agadir ont fondé une association proche du courant initié par Ahmed Zaidi. Combien pèse-t-elle ?

Selon Abdellah Saibari, secrétaire général de la Jeunesse USFP, elle est constituée de "quelques 150 personnes. Des anciens de la Chabiba de l'USFP qui, ayant participé au dernier congrès mais n'ayant pas pu emporter de victoire via les urnes, ont décidé de se retirer du parti".

Du côté de M. Zaidi, on ne conteste pas le chiffre, mais le fait qu'ils soient mauvais perdants. "Ce sont des congressistes qui ont en eu marre de la gestion dictatoriale de la chabiba, par Lachgar et son entourage". Malgré tout, Driss Lachgar reste largement soutenu par sa chabiba, de l'aveu même des proches d'Ahmed Zaidi.

FDT: une centrale peu lachgarienne

La scission qu'a connue la Fédération démocratique du travail (FDT), a donné lieu à deux directions, l'une proche de M. Lachgar, l'autre de M. Zaidi. Chacune des deux FDT revendique sa légitimité, mettant à mal la coalition UMT-CDT-FDT, qui avait permis aux syndicats de négocier en position de force avec le gouvernement et la CGEM.

Désormais, la FDT de Abdelhamid Fatihi, proche de M. Lachgar, manifeste aux côtés de l'UGTM, le syndicat de l'Istiqlal.

Celle de Abderrahmane Azzouzi garde encore les faveurs de la CDT et de la l'UMT, qui jugent la centrale dirigée par M. Fatihi "trop politisée". 

Au sein du syndicat, Abderrahmane Azzouzi garde le contrôle sur les plus importants secteurs, et jouit du soutien des syndicalistes les plus anciens.

Ahmed Zaidi, lui, peut s’enorgueillir de compter parmi ses appuis Ahmed Mounchid, fondateur et ex-secrétaire général de la FDT.

Du fait de la proximité de Abderrahmane Azzouzi avec M. Zaidi, ce dernier sort largement gagnant de la scission (temporaire ?) qu'a connue la FDT. Et si M. Azzouzi (ne) soutenait (que) du bout des lèvres Ahmed Zaidi, l'assaut de Driss Lachgar sur la FDT l'a poussé à couper les amarres avec ce dernier, exprimant désormais un soutien explicite à M. Zaidi. 

USFP: Entre Lachgar et Zaidi, des jokers, des sans-opinion-fixe

Au sein de l'USFP, les cartes sont verrouillées. Entre les ténors du parti qui voient en Ahmed Zaidi "un moindre mal", les militants totalement acquis à sa cause, les cadres souhaitant intégrer son courant mais craignant ou la vindicte de M. Lachgar, ou la perte des privilèges acquis après des années de militantisme, les choix sont plus durs à faire.

Notre source affirme que M. Zaidi est soutenu par "les cadres, et ceux qui ont de l'argent". Néanmoins, qu'ils le soutiennent ne signifie pas qu'ils sont tous prêts à claquer la porte de l'USFP pour rejoindre M. Zaidi à l'UNFP.

C'est également le cas pour l'équipe parlementaire de l'USFP, "dont une grande partie des membres soutient Zaidi", nous informe-t-on, tout en admettant que "Driss Lachgar y a placé les siens". 

Mais ce qui est sûr, c'est que des membres notoires de l'USFP appuient Ahmed Zaidi. Parmi eux, Said Chbaatou, Abdelali Doumou, Mohamed El Yazghi et Ahmed Reda Chami. En revanche, on ne sait pas s'ils pèsent suffisamment pour faire osciller la balance du côté d'Ahmed Zaid.

Une alliance avec le PJD?

S'il ne compte pas abandonner sa place dans l'opposition, Ahmed Zaidi compte, néanmoins, "s'éloigner de l'opposition irréfléchie, personnifiée par Lachgar et Chabat", qui ne ratent aucune occasion de tirer sur le PJD.

Et le courant d'Ahmed Zaidi n'a jamais caché son aversion pour l'actuel SG de l'Istiqlal, avec lequel "nous ne voyons aucun terrain d'entente pour une coalition".

"Ahmed Zaidi veut une opposition crédible, qui engage débat, et qui puisse être d'accord avec le gouvernement si ce dernier prend une bonne décision", ajoute notre source. Et si, demain, il fallait composer un gouvernement avec le PJD, "il n'y verrait aucun inconvénient", selon la même source.

Au final, ce qui est certain, c’est que le courant Zaïdi va quitter l’USFP. Ce sera soit une scission soit une entrée en force dans les structures de l’UNFP. Cette dernière option pourrait également coïncider avec une recomposition d’une partie de la gauche, qui pourrait concerner un ou plusieurs petits partis.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Indicateurs trimestriels au 31.12.2020 de la Société AFRIC INDUSTRIES

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.