CTP Maroc en faillite sans le déclarer?

Exclusif. Après avoir résilié plusieurs contrats importants, les actionnaires du constructeur des usines marocaines de Bombardier et de Lear ont disparu depuis 3 semaines, suscitant l’inquiétude de ses fournisseurs et le désarroi de ses salariés.

CTP Maroc en faillite sans le déclarer?

Le 27 avril 2015 à 12h52

Modifié 27 avril 2015 à 12h52

Exclusif. Après avoir résilié plusieurs contrats importants, les actionnaires du constructeur des usines marocaines de Bombardier et de Lear ont disparu depuis 3 semaines, suscitant l’inquiétude de ses fournisseurs et le désarroi de ses salariés.

Depuis près d’un mois, les fournisseurs et sous-traitants de la société CTP Maroc, n’arrivent plus à joindre les responsables de celle-ci. “ Ils se sont envolés, du jour au lendemain “ affirme à Médias 24, le chef d’une PME créancière.

Médias 24 a tenté de joindre plusieurs personnes de la direction de la société, dont Amine Bensouda, son patron, nos tentatives ont toutes été infructueuses.

CTP Maroc est l’une des principales entreprises de construction au Maroc. Selon les informations disponibles sur son site web, l’entreprise réalise un chiffre d’affaires autour de 400 MDH, et emploie 400 personnes en plus de disposer de 20 MDH d’équipements. Basée à Tanger, elle a été, jusqu’au milieu 2013, filiale de CTP Espagne (Construcciones Torre Pacheco).

Selon une source de Médias 24, la société a émis, début avril, des lettres de résiliation de contrats de construction à ses donneurs d’ordres. La même source affirme que CTP, qui devait finaliser un chantier à Ouarzazate, pour le compte de l’Agence marocaine de l’énergie solaire (Masen), avait informé l’agence de son intention de se retirer. “ On n’a pas souhaité que cette affaire s’ébruite surtout que le chantier du Masen devait être prêt l’été 2015, une solution a donc été trouvée, en remplaçant CTP par une autre entreprise à qui on a imposé de réintégrer le personnel de CTP” raconte notre source.

Deux autres chantiers sont à l’arrêt. Il s’agit de l’unité de production d’Europac à Tanger, spécialiste de l’emballage industriel pour un montant de 30 millions d’euros, ainsi qu’un mall dans la même ville du nord, dont le maître d’ouvrage est la société Petra, une joint-venture entre Best financière (Label’vie, Carrefour) et le groupe Sanam, holding de la famille Alj.

Disparus dans la nature ?

Si la plupart des grands donneurs d’ordres ont été avertis par CTP Maroc de son retrait, ce n’est pas le cas du personnel, ni des sociétés de sous-traitance. Selon un sous-traitant, la société a commencé à ressentir des difficultés financières dues à la dégradation de sa marge opérationnelle, et cherchait un nouveau partenaire pour la recapitaliser.

En septembre 2013, la société qui était toujours propriété de CTP Espagne a vu son capital passer sous le giron d’une autre entreprise, cette fois domiciliée à Londres, et qui s’appelle CTP UK Global Investment. Curieusement, cette dernière a été créée seulement quelques mois avant la transaction qui a fait d’elle le détenteur de plus de 99% du capital de CTP Maroc.

Autre aspect curieux de la “holding” londonienne : elle est domiciliée dans une adresse qui héberge 19 sociétés. Cette vingtaine d’entreprises est dirigée par deux personnes, une morale et une physique : Versos Directos Limited et un certain Benjamin James Anthony Bateson qui a à peine la trentaine.

Si CTP UK Global investments ltd a un nom qui ressemble à CTP Espagne, rien ne prouve le lien entre les deux. Cependant, si CTP Espagne et CTP Maroc disposent d’une identité numérique en communiquant via leurs sites web, CTP UK a en revanche l’air très discrète et ne renvoie à aucune référence lorsqu’on la cherche sur Internet.

Selon le registre de commerce marocain, le nouveau partenaire, clairement douteux, n’a pas tenu à intégrer des personnes dans le conseil d’administration de l’entreprise et n’a effectué, selon nos sources, aucune modification statutaire. Il est resté discret.

Contacté par Médias 24, CTP Espagne ont affirmé qu’il n’a plus aucun lien avec CTP Maroc, et n’a pas de lien avec CTP Grande Bretagne.

Au milieu de 2014, le ministère de l’Equipement et du Transport a accordé la classe 1 à la société CTP, ce qui a rassuré les sous-traitants et partenaires de l’entreprise. “Quand on travaille avec une classe 1, c’est qu’on travaille avec une valeur sûre, c’est à peine croyable que le ministère n’ait pas fait son travail d’enquête préalable surtout avec le changement de l’actionnariat” affirme un chef de PME à Médias 24 qui a perdu espoir à récupérer son argent, une perte qui représente 10% de son chiffre d’affaires annuel.

Et de conclure : “je vais provisionner, ça ne me tuera pas mais c’est tout de même un an de retard dans mes investissements. Je pense surtout aux petits sous-traitants dont une fermeture pareille pourrait compromettre leur existence même.”

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Aluminium du Maroc : résultats annuels au 31 Décembre 2019

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.