Réchauffement climatique et montée des eaux: les villes marocaines à l’abri

Bombay et Hong Kong disparaissent, Alexandrie engloutie à moitié mais Casablanca et Rabat relativement épargnées. Les détails.

Réchauffement climatique et montée des eaux: les villes marocaines à l’abri

Le 9 novembre 2015 à 14h56

Modifié 11 avril 2021 à 2h37

Bombay et Hong Kong disparaissent, Alexandrie engloutie à moitié mais Casablanca et Rabat relativement épargnées. Les détails.

Les villes marocaines sont relativement épargnées par la montée du niveau de la mer. Selon le dernier rapport de Climate central, une organisation à but non lucratif spécialisée dans la recherche scientifique autour du changement climatique, le Maroc ne figure pas dans la liste des pays dont plus de 10 millions d'habitants vivent en dessous du niveau des eaux.

Bien que ne dépassant pas ce seuil, Casablanca et Rabat figurent quand même dans les prévisions de Climate central, comme étant des villes à surveiller à long terme.

Ainsi, selon le rapport, près de 3% de la population de Rabat se retrouvera en dessous du niveau de la mer, à un niveau de réchauffement climatique de +1,5°C, contre 6% pour la ville de Casablanca.

En comparaison, toujours à +1,5°C, des villes comme Pontaniak en Indonésie et Alexandrie en Egypte seraient, elles, déjà à, respectivement, 46% et 49%.

Les villes marocaines sont certes relativement "à l'abri", mais seulement dans l'hypothèse d'un réchauffement climatique limité à 1,5 degré. Plus le réchauffement sera important, plus forte sera la montée des eaux et plus large sera la population touchée par le phénomène.

A +3°C, le pourcentage de la population de Casablanca vivant en dessous du niveau des eaux représentera 11% (soit à peu près le double à +1,5°C de différence), contre 5% pour Rabat, et 98% des habitants de Pontaniak et 62% à Alexandrie.

Le rapport démontre, dans ce sens, que l'application de mesures limitant le réchauffement climatique à +2°C permettrait de diminuer le nombre d'habitants vivant en dessous du niveau des eaux de près de 10 millions dans quasiment chacun des pays précités. Il faudrait ainsi diminuer les émissions de gaz à effet de serre de 40% d'ici 2050 pour maintenir le réchauffement climatique sous le seuil des 2°C.

Ces résultats confortent l'importance des efforts menés par le Maroc en matière d'écologie, et plus précisément l'engagement annoncé par la ministre déléguée à l'Environnement, Hakima El Haite, à réduire d'au moins 13% ses émissions de gaz à effet de serre à l'horizon 2030 par rapport à 2010.

D'ailleurs, l'organisation de la 22e édition de la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques "COP22", attribuée au Maroc, et prévue du 7 au 18 novembre 2016 à Marrakech, constitue l'illustration de l'engagement marocain en matière d’écologie.

Il est à noter que Climate central met la Chine en tête des pays les plus concernés par cette sonnette d'alarme, dont 145 millions d'habitants vivraient, à ce rythme, en dessous du niveau des eaux.

Enfin, l'Inde, le Bangladesh, le Vietnam, l’Indonésie, le Japon, les Etats-Unis, les Philippines, l'Egypte, le Brésil, la Thaïlande, et les Pays-Bas – par ordre décroissant – figurent également en tête de liste des pays dont plus de 10 millions d’habitants vivraient en dessous du niveau de la Mer, à +4°C de réchauffement climatique.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

MUTANDIS : publie son document de référence.

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

URGENT Covid. 188 nouveaux cas et 14 décès ce mercredi 20 octobre 2021