Rentrée scolaire 2017-2018. Ce qui changera dès cette année

Depuis sa nomination, Mohamed Hassad a multiplié les annonces, les notes et les circulaires, dont certaines concernent directement la prochaine rentrée scolaire, la première qu’il aura préparée de bout en bout. 

Rentrée scolaire 2017-2018. Ce qui changera dès cette année

Le 4 août 2017 à 17h50

Modifié 4 août 2017 à 17h50

Depuis sa nomination, Mohamed Hassad a multiplié les annonces, les notes et les circulaires, dont certaines concernent directement la prochaine rentrée scolaire, la première qu’il aura préparée de bout en bout. 

Aout, mois de congé? Pas  au ministère de l’Education nationale dont les cadres travaillent à affiner le plan d’action présenté récemment par le ministre, notamment pour préparer les rentrées scolaires de 2018-2019 jusqu’en 2020-2021. Celle de 2017-2018 étant déjà  bouclée.

Pour la rentrée du 7 septembre, voici les principaux changements qui seront opérés.

Effectifs. Exit les images de ces classes bondées où 50, 60 et même 70 élèves, des fois de différents niveaux scolaires cohabitent. Dès cette année, Hassad s’engage sur un maximum de 40 enfants par classe, 30 dans la première année du primaire et moins de 30 dans les classes communes ( deux niveaux seulement). 

Cette amélioration sera possible grâce au recrutement par contrat de 24.000 enseignants supplémentaires. Une  opération supervisée par les Aref.

Fonctionnalités et esthétique. C’est écrit noir sur blanc dans le nouveau plan d’action. Le mobilier scolaire sera renouvelé. Parmi les acquisitions qui seront faites à partir de la prochaine rentrée: 350.000 tables, 146.500 tableaux et 146.500 bureaux pour les enseignants.

Le préfabriqué sera abandonné, et vite. Son remplacement a déjà démarré et continuera jusqu'à la rentrée 2018-2019 pour 5.000 classes qui seront construites selon les procédés classiques.  

La réhabilitation de 13.500 établissements (dont près de 11.000 dans primaire) est prévue, en faisant appel notamment aux fonds de l’INDH.

Pour le chauffage, il faudra attendre 2018-2019 pour que 7.000 puits canadiens soient opérationnels dans les zones montagneuses, et que les accessibilités pour personnes à mobilité réduite soient installées.  

En 2017, la mise à niveau d’équipements existants dans les établissements scolaires est budgétisée à hauteur de 1,2 MMDH et les extensions de capacités à 612 MDH.

Cours de soutien. C’est une première. Les élèves en difficultés pourront profiter désormais d’un appui gratuit, un droit désormais reconnu par le ministère.

L’accompagnement touchera également les élèves non assidus et non disciplinés. L’objectif est de mettre en place un cadre scolaire engageant, intégrant également le parascolaire.

Inscriptions dès l’été. Pour démarrer l’année scolaire sans perdre de temps, il a été décidé de boucler les inscriptions le 15 juin 2017. Selon les chiffres donnés par Hassad ce vendredi 4 aout en marge de visites d’écoles dans la capitale économique,  90% des élèves sont déjà inscrits. Une petite entorse à cette règle sera certainement accordée à la rentrée pour permettre aux élèves restants de procéder aux inscriptions.

Age. Alors qu’il fallait être au moins âgé de 6 ans pour être admis au CP, le ministère a décidé de ramener l’âge minimum à cinq ans et demi dès cette rentrée. Pour le préscolaire, les enfants sont admis dès l’âge de 4 ans. L’objectif est de le généraliser à l’horizon 2027 avec l’aide du tissu associatif.  

Educateurs du préscolaire. Une année de formation, avant d’être en poste. C’est ce que promet le plan d’action à partir de cette rentrée. "L’OFPPT a déjà commencé la formation avec la fondation Mohamed VI pour la promotion du préscolaire. L’idée est de généraliser à terme le préscolaire en 2027", nous explique une source autorisée au ministère de l’Education nationale.

Manuels scolaires. "La mise à jour de certains manuels de l’éducation islamique après une première évaluation a été opérée. Idem pour les cours de citoyenneté", ajoute la même source.

Vacances pour tous. Dès cette rentrée scolaire, la réunification des vacances scolaires aura lieu aussi bien entre le supérieur et les trois cycles de l’enseignement primaire et secondaire qu’entre les régions,  avec des arrêts en moyenne toutes les 7 semaines. Exit donc le découpage régional décidé à l’été 2015.  

Langues. Le renforcement de l’arabe est une priorité. Il est renforcé dès le CP avec un  retour à la méthode classique d’enseignement de la lecture à travers l’alphabet.

Le français sera introduit dès la première année du primaire à l’oral, et les heures de langue française seront renforcées en 5ème et 6ème. Cette langue sera également introduite en appoint pour enseigner les matières scientifiques: Maths, SVT et physique.  

Uniforme. Il sera adopté dès cette rentrée. Ce n’est pas la première fois que le port de l’uniforme est obligatoire, sans jamais faire long feu.  

"Il faut savoir que c'est le  conseil de gestion de l'établissement  qui définit son propre uniforme en prenant en considération les spécificités de chaque région. Le minimum exigé est le tablier. Pour les nécessiteux, généralement, c'est l'association des parents d'élèves ou les partenaires-parrains qui prennent en charge l'achat de l'uniforme", explique notre source. 

Le corps enseignant est également concerné par des mesures liées à l’aspect vestimentaire, un point explicitement cité dans le plan d’action du ministère. 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Salafin : communiqué de presse relatif aux indicateurs du 1er trimestre 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.