L’investissement touristique à Tanger: les projets oubliés de Cap Malabata et de Marina Sahel (III)

Le rapport interne sur “l’état des lieux des investissements touristiques à Tanger“ préparé par les services du Centre régional d’investissement de Tanger-Tétouan et les services de la wilaya pour le compte du ministère du Tourisme et de la wilaya de Tanger-Tétouan fait l’impasse sur deux importants projets.

L’investissement touristique à Tanger: les projets oubliés de Cap Malabata et de Marina Sahel (III)

Le 16 août 2017 à 12h34

Modifié 11 avril 2021 à 2h42

Le rapport interne sur “l’état des lieux des investissements touristiques à Tanger“ préparé par les services du Centre régional d’investissement de Tanger-Tétouan et les services de la wilaya pour le compte du ministère du Tourisme et de la wilaya de Tanger-Tétouan fait l’impasse sur deux importants projets.

Le premier au cap Malabata n’a jamais vu le jour; le second sur la côte atlantique est un champ de bâtiments non finis sur le bord d’une belle plage du littoral tangérois.

Ni royal, ni resort

Début 2007, la venue à Tanger du fonds bahreïni  basé aux Caraïbes, Gulf Finance House (GFH), est annoncée. Ministres, responsables de l’investissement étranger au Maroc et intermédiaires libanais et leurs amis se bousculent au lancement du projet.

Petits fours et feux d’artifice sont servis à gogo. Pourtant, alors que 127 hectares ont été dédiés au projet sur l’un des plus beaux sites de la ville, le cap Malabata, rien n’a encore vu le jour. Les mêmes bureaux de vente édifiés il y a plus de 10 ans sont toujours là mais les jardins ne sont pas arrosés et la peinture s’écaille.

 

Gulf Finance House

Au Cap Malabata

 

Dans la presse marocaine à l’époque, le PDG bahreïni Essam Janahi décrit un investissement de 600 millions de dollars ou 5,4 MMDH avec “hôtels haut de gamme ainsi que des centres commerciaux et des résidences touristiques de différents standings“. Les flatteries sur le Maroc s’alignent: “Ce pays constitue un point de développement stratégique vers les autres régions de la Méditerranée“.

GFH vise des “touristes“, des “retraités“, “un projet dédié à la santé et au bien-être“. 10 ans plus tard, des hôtels ont poussé à Tanger ainsi qu’un port et des dizaines d’usines, mais du projet de GFH, rien.

Marina Sahel sans marina

Le projet Marina Sahel du groupe Chaâbi Lil Iskane a connu un destin similaire à de nombreux autres projets sur la région. A Tanger et à Larache mais aussi du côté de Oued Laou. Il avait été présenté par Miloud Chaâbi en personne au Roi Mohammed VI à Tanger.

 Marina Sahel s’étend sur une parcelle de terrain de 64 hectares au sud du cap Spartel sur la côte atlantique tangéroise. Le chantier a démarré il y a 10 ans mais il s’arrêtera quelques années plus tard. Des désaccords entre le promoteur et Amendis sur la facture du raccordement aux réseaux d’eau, d’électricité et d’assainissement immobiliseront le projet. Comme dans le cas du projet Atlantic Paradise Beach pas loin de là.

 

LIRE EGALEMENT

LES TOPS ET LES FLOPS DE L'INVESTISSEMENT TOURISTIQUE A TANGER: LA VITRINE ET LA REALITE

DES FLOPS NOMMES ATLANTIC BEACH, EMAAR TINJA ET HIST (II)

 

Marina Sahel devait proposer une marina sur le littoral atlantique et 300 à 400 villas de 370 m² sur des terrains de 1.500 m² ou de 290 m² sur des terrains de 500 m².

Dans la liste des projets conventionnés et faisant partie de la stratégie de développement du tourisme régional, on citera également les retards du projet Lixus du fameux plan Azur 2010 qui a mobilisé une assiette foncière supérieure à 500 hectares.

 Le ralentissement de l’activité touristique conséquente à la crise financière de 2008 puis aux soubresauts du monde arabe depuis 2011, les erreurs de planification, les retards en aménagements et les déboires du projet de Saïdia près d’Oujda et d’Atlantic Paradise Beach au sud de Tanger ont fini par provoquer le départ des investisseurs initiaux Thomas et Piron avant l’arrivée d’Alliances.

Mais les déboires financiers du groupe immobilier de Alami Lazraq depuis le début de la décennie 2010 continueront de plomber le projet. Aujourd’hui, si le parcours de golf et le club house existent, un seul hôtel a vu le jour, exploité cet été par Atlas Voyages. Ainsi vont les grands projets et la politique touristique du Maroc.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Atlanta Sanad : Avis de convocation AGO

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.