Casablanca: La mobilité urbaine au cœur d’une rencontre associative avec Youssef Draiss

Le mouvement "Wlad derb" a organisé, dans la soirée du mercredi 27 février, la 4e édition des rencontres "Cherhou lina" autour du thème de "l’avenir des transports et de la mobilité urbaine à Casablanca’’. Et qui mieux que Youssef Draiss, directeur de Casa Transport, pour dresser les contours de la mutation que connaît la métropole ?

Casablanca: La mobilité urbaine au cœur d’une rencontre associative avec Youssef Draiss

Le 28 février 2018 à 2h07

Modifié 11 avril 2021 à 2h45

Le mouvement "Wlad derb" a organisé, dans la soirée du mercredi 27 février, la 4e édition des rencontres "Cherhou lina" autour du thème de "l’avenir des transports et de la mobilité urbaine à Casablanca’’. Et qui mieux que Youssef Draiss, directeur de Casa Transport, pour dresser les contours de la mutation que connaît la métropole ?

Organisée au siège de la SDL Casa Transport, cette rencontre associative a drainé de nombreux jeunes venus porter un nouveau regard sur leur ville et le devenir des multiples projets visant à fluidifier la mobilité urbaine.

Avec un certain sens de la pédagogie, Youssef Draiss – DG de Casa Transport, a abordé durant plus de deux heures les différents aspects des chantiers liés aux voiries ainsi qu’aux transports en commun. Au-delà des détails techniques, le directeur de la SDL a explicité certaines orientations urbanistiques, de même que les contraintes – notamment financières, inhérentes à l’ampleur de ces projets.

"La plupart des rues et boulevards de Casablanca datent d’au moins 30 à 40 ans. Or, le trafic automobile connaît une croissance annuelle de 5,4%, avec un parc qui avoisine 1,5 million de véhicules", souligne Youssef Draiss. Remédier à ce constat est possible si l’on transforme Casablanca en "ville-voiture’’, en multipliant les routes et les trémies.

Sauf que "c’est un modèle non durable. En revanche, il a été prouvé qu’une mobilité urbaine fluide contribuait à l’amélioration de la qualité de vie. L’objectif est de faire en sorte que les citoyens réfléchissent avant de prendre leurs voitures, à condition bien sûr de mettre à leur disposition une alternative de qualité en matière de transports publics.

Casablanca en baisse d’attractivité

Des alternatives de qualité nécessitent en général de conséquents investissements. Sur le budget de la commune de Casablanca, l’enveloppe consacrée aux investissements en infrastructures et transport ne dépasse pas les 300 millions de DH (MDH), soit à peine "l’équivalent d’un km de ligne de tramway", déplore le DG de Casa Transport.

Il affirme également que des études ont prouvé la baisse d’attractivité que connaît Casablanca – principalement en raison de la mobilité et de la cherté du foncier. Les investisseurs s’orientant de plus en plus vers Tanger et Rabat.

La refonte de la mobilité urbaine à Casablanca était donc plus que nécessaire, moyennant la mobilisation de 33 milliards de DH (MMDH) d’investissements. Les caisses de l’Etat ont bien évidemment été mises à contribution, Casa Transport étant d’ailleurs l’unique SDL dont l’Etat est actionnaire.

Sur cette enveloppe budgétaire, 18 MMDH sont dédiés au développement des lignes de tramway. L’unique ligne en activité – qui transporte chaque jour 135.000 passagers, est gérée par la société Ratp Dev Casablanca, moyennant une marge bénéficiaire de 8%.

A ce jour, la ligne accuse un déficit annuel de 80 MDH. La subvention de la Ville couvre 35% du ticket de tramway. "Mais ce n’est pas inhabituel. A Paris, les subventions couvrent 75% du prix du ticket de métro", souligne Youssef Draiss, qui précise que pour atteindre l’équilibre, il faudrait commercialiser le ticket de tram à 10 DH. "Mais à ce prix là, nous aurions beaucoup moins de passagers", constate-t-il avec lucidité.

La densification du réseau de tramway passera par l’activation progressive de 3 nouvelles lignes -dont la première fin 2018. Parallèlement au démarrage de deux lignes de bus à haut niveau de service (BHNS) en 2022, avec couloirs et stations dédiés.

Casablanca verra également 1.000 nouveaux bus sillonner ses artères, avec une capacité de transport avoisinant les 800.000 personnes par jour. Montant de l’investissement: 2,5 MMDH.

Circulation: multiplier les rues à sens unique

Si la construction de trémies figure parmi les chantiers les plus ‘visibles’ et contraignants aux yeux des Casablancais, un projet plus discret consiste en la mise en œuvre du plan de circulation dans l’hyper-centre de la métropole (zone Bourgogne- Mâarif-Gauthier). L’idée est de multiplier les rues à sens unique, afin de constituer des "boucles", assurant une circulation plus fluide.

Le stationnement n’est pas en reste puisque Casa Transport prévoit la construction de 15 "parkings relais", dépendants du tramway et gratuit pour ses usagers. Le quartier Mâarif verra l’émergence d’un "parking-ouvrage’’, d’une capacité de 6.000 places. "Dans ce type de projet, le coût de revient d’une place de parking oscille autour de 150.000 DH. C’est pourquoi nous cherchons à impliquer des investisseurs privés. Un appel à manifestation d’intérêt est actuellement en cours d’élaboration en ce sens", précise Youssef Draiss.

La régulation du trafic se fera quant à elle par vidéo-surveillance – via un poste de commande centralisé, grâce notamment à l’installation de 550 caméras supplémentaires en 2018-2019. Parallèlement au monitoring du trafic routier, ce poste de commande permettra aussi, à terme, d’automatiser la verbalisation des infractions, "afin de décharger la police de ces tâches administratives".

La vidéo des explications complètes de Youssef Draiss – directeur de Casa Transport, est disponible ci-dessous:

 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

SALAFIN : COMMUNIQUÉ FINANCIER RÉSULTATS SEMESTRIELS S1-2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

PLF2022: conférence de presse de Nadia Fettah

Essaouira : découverte des plus anciens objets de parure à la grotte de Bizmoune