Dialogue social: l’accord tripartite est-il tombé à l’eau?

Alors que le gouvernement espère toujours aboutir à un accord même à la dernière minute, et que le patronat maintient le silence, les syndicats prennent la parole pour rejeter officiellement la proposition du gouvernement, à trois jours de la célébration du 1er mai.  

Dialogue social: l’accord tripartite est-il tombé à l’eau?

Le 27 avril 2018 à 12h14

Modifié 11 avril 2021 à 2h46

Alors que le gouvernement espère toujours aboutir à un accord même à la dernière minute, et que le patronat maintient le silence, les syndicats prennent la parole pour rejeter officiellement la proposition du gouvernement, à trois jours de la célébration du 1er mai.  

À trois jours du 1er mai, l’accord tripartite tant espéré par le chef du gouvernement Saad-Eddine El Otmani semble plus que jamais menacé. Les centrales syndicales, qui étaient jusque-là dans la retenue, rompent leur silence pour rejeter officiellement la proposition faite par le gouvernement pour l’amélioration des revenus.

La proposition gouvernementale contient une augmentation directe des revenus pour les fonctionnaires percevant moins de 5.500 dirhams, en plus de l’amélioration de certains avantages comme la prime à l’accouchement, l’augmentation des allocations familiales… Un effort que le gouvernement El Otmani compte échelonner sur trois ans et qui doit coûter au budget de l’Etat 6 milliards de dirhams supplémentaires.

Cette proposition a été discutée lors d'une rencontre entre les patrons des centrales syndicales et le chef du gouvernement le 25 avril. Suite à cette réunion, L’UMT, la CDT et l’UGTM ont publié des communiqués pour annoncer le rejet total de la proposition.

L’UMT publie un communiqué peu disert où «il refuse la proposition gouvernementale faite dans le cadre du dialogue social et demande au gouvernement de l’améliorer».

La CDT, quant à elle, «fait porter la responsabilité de l’échec du dialogue social au gouvernement et refuse la faible proposition gouvernementale», dans un communiqué virulent, publié le 26 avril.

La centrale révèle que lors de leur réunion avec le chef du gouvernement, ce dernier leur a soumis «un document qui ne contient pas plusieurs propositions discutées lors des commissions sectorielles, ce qui suscite l’étonnement et démontre le degré de l’absurdité gouvernementale».

L’UGTM a également dénoncé la proposition gouvernementale et a rappelé les revendications de la classe ouvrière dont la principale reste incontestablement «l’augmentation générale des salaires des travailleurs du secteur public, du secteur privé», «la hausse du SMIG», «l’application du même salaire minimum à tous les secteurs», «le retrait de la loi sur la grève»…

Contactés pour connaître leur position, les représentants de la CGEM et le ministre du Travail sont restés injoignables.  

Dans une précédente déclaration à Médias24, Mohamed Yatim, ministre du Travail nous assurait le 24 avril que "la négociation peut se prolonger jusqu’à la dernière minute". "Je le redis, il est précoce de parler d’une réussite ou d’un échec", a t-il insisté. 

Le gouvernement El Otmani réussira-t-il malgré tout à conclure un accord avec les syndicats et la CGEM, jugé d'après les indicateurs actuels impossible en seulement trois jours ? 

 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

CTM : Communiqué Financier T1 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

La CNSS présente les mesures d’accompagnement et d’intégration des professions libérales