Samir, extension de la liquidation: Des dirigeants injoignables, le tribunal indécis

Le dossier transmis au procureur du Roi. Le tribunal face au problème de la convocation des dirigeants étrangers. Ba-amer répond et fournit des documents comptables pour se défendre des accusations de fautes de gestion. 

Samir, extension de la liquidation: Des dirigeants injoignables, le tribunal indécis

Le 23 juillet 2018 à 11h51

Modifié 23 juillet 2018 à 11h51

Le dossier transmis au procureur du Roi. Le tribunal face au problème de la convocation des dirigeants étrangers. Ba-amer répond et fournit des documents comptables pour se défendre des accusations de fautes de gestion. 

12 audiences et l’indécision. Le tribunal de commerce de Casablanca ne s’est toujours pas prononcé sur la requête tendant à étendre la liquidation de la Samir à ses dirigeants. Ces derniers font face à de graves accusations de fautes de gestion.

Le dossier a été transmis ce lundi 23 juillet au ministère public. Ses observations sont attendues pour la prochaine audience, fixée au 10 septembre 2018. Il devra livrer son avis sur les nombreuses charges exprimées dans les rapports du juge-commissaire et du syndic judiciaire de la Samir, dont "l’usage des biens de la société comme des siens propres", la "distribution de dividendes fictifs" et la tenue d’une "comptabilité irrégulière".

Si ces fautes sont retenues par le tribunal, la liquidation de la Samir risque d’être appliquée aux patrimoines personnels des mis en cause. 

Mais pour l’instant, le problème des convocations persiste. Bassam Abourdina, Jason T. Milazzo, Lars Nelson, John Ozold, Bassam Aburdene, George Salem et Ghazi Mohamoud Habib: tous ces membres du conseil d’administration sont concernés par la procédure. Mais résidant tous à l’étranger. Ce matin, lors d’une audience à huis clos, le tribunal a fait lecture de leurs certificats de convocation, rendus avec la mention "ayant résidence hors du Maroc".

Par ailleurs, le tribunal n’a pas réussi à localiser la résidence, au Maroc, de Mohamed Hussein Al Amoudi, PDG de l’entreprise. Il est de notoriété que l’homme d’affaires saoudien est "détenu" depuis novembre 2017 à Riyad, dans l’hôtel Ritz Carlton.

D’ordinaire, si le destinataire réside dans un pays étranger, la convocation est transmise par la voie hiérarchique pour être acheminée par la voie diplomatique ou par poste, par lettre recommandée.

Que faire ? Diligenter la procédure diplomatique, longue, lente et au demeurant incertaine ? Ou considérer l’affaire en état d’être jugée et statuer en l’absence des concernés ?

"Les deux options sont possibles. Mais pour l’heure, le tribunal n’a toujours pas montré ses intentions", indique une partie au procès. "Sa position pourrait se préciser à partir de la prochaine audience", nous dit cette même source, regrettant au passage "la lenteur de la procédure". Le dossier est ouvert depuis le 30 novembre 2017 et la requête émane de Mohamed El Krimi, ancien syndic de la Samir.

Parmi les dirigeants étrangers de la Samir, son DG Jamal Ba-amer est le seul à interagir régulièrement avec le tribunal, sans pour autant répondre physiquement présent. A travers son avocat, il a transmis ce lundi aux juges "des documents comptables" répondant aux charges, retenues contre lui, énumérées par le syndic et le juge-commissaire.

C’est que Ba-Amer est aussi le dirigeant qui revient le plus souvent dans leurs rapports, où il est notamment accusé d’avoir avalisé des flux douteux entre la Samir et ses filiales TSPP, SDCC et Salam Gaz. Lesquelles font aussi face à la menace de l’extension de liquidation, et ce au titre de la "confusion de patrimoines" entre elles et leur société mère.

 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

AFRIC INDUSTRIES : Avis de Convocation de l’Assemblée Générale Ordinaire Annuelle

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Essaouira : Journée économique Maroc-France de la Chambre française de commerce et d’industrie