Rareté des profils IT au Maroc: l’Apebi et l’Anapec se mobilisent

L’Apebi et l’Anapec ont récemment signé une convention pour faire face à la rareté des profils IT au Maroc. Deux solutions retenues : recruter des étrangers et former plus de compétences marocaines.

Rareté des profils IT au Maroc: l’Apebi et l’Anapec se mobilisent

Le 5 mars 2019 à 16h30

Modifié 11 avril 2021 à 2h39

L’Apebi et l’Anapec ont récemment signé une convention pour faire face à la rareté des profils IT au Maroc. Deux solutions retenues : recruter des étrangers et former plus de compétences marocaines.

Le Maroc produit 8.000 profils IT par an. 600 d’entre eux quittent le pays chaque année. Selon les grands opérateurs IT au Maroc, 3 entreprises étrangères viennent tous les 15 jours pour recruter une dizaine d’ingénieurs marocains.

Cette fuite des ingénieurs conjuguée à la forte demande de profils IT au Maroc en pleine période de transformation digitale peut conduire à la baisse de la compétitivité des entreprises au niveau local et à l’effritement de l’attractivité du Maroc en tant que destination d’investissement.

Dans ce contexte, l’Anapec (Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences) et l’Apebi (Fédération marocaine des technologies de l’information de télécommunication et de l’offshoring) se sont unies pour trouver des solutions. Deux axes ont été retenus : la facilitation du recrutement des compétences étrangères et la formation de plus de profils marocains.

En effet, l’Anapec a décidé d’accorder des mesures de flexibilisation au marché IT, suite à une demande formulée par l’Apebi, pour l’intégration des compétences étrangères, qui disposent d’un bac+5 en informatique, lorsqu’il y a un manque de compétences marocaines.

Cette mesure est régie par un cadre légal qui répond au besoin du Maroc en compétences étrangères nécessaires au développement de son économie, mais qui protège en parallèle la main-d’oeuvre marocaine contre toute concurrence que pourrait lui opposer la main-d’œuvre étrangère, à qualifications professionnelles égales.

Pour le recrutement des compétences étrangères, un processus bien déterminé doit être suivi sur le site Taechir.travail.gov.ma pour l’obtention de l’attestation d’activité de l’Anapec et le visa du ministère du Travail.

Deuxième axe: renforcer les capacités d’emploi du marché marocain à travers la formation, avec le lancement du certificat de qualification professionnelle (CQP) de développeur en nouvelles technologies.

L’Anapec s’engage à chercher et sélectionner les candidats, à financer des actions de formation (formation des formateurs, reconversion des développeurs…) et à suivre l’insertion professionnelle des bénéficiaires. L’Anapec supportera un coût de 40 DH par heure et par personne dans la limite de 24.000 DH par personne, payable à hauteur de 80% pendant la formation et 20% à l’insertion des bénéficiaires.

De son côté, l’Apebi se chargera de valider les programmes des formateurs, tuteurs et stagiaires, de certifier les centres de formation et leurs formateurs et de délivrer le certificat de qualification professionnelle aux candidats.  

Le CQP développeur en nouvelles technologies

Ce certificat permet aux fédérations professionnelles, ayant des métiers sous tension, de produire des compétences pour répondre à leur marché. Il permet également d’apporter une réponse immédiate aux besoins identifiés au sein des entreprises.

Cette certification est dédiée aux jeunes issus du système scolaire universitaire Bac+3 diplômés des filières scientifiques et les demandeurs d’emploi inscrits à l’Anapec.

Notons qu’au Maroc, 2.000 diplômés BAC+3 scientifiques sont disponibles immédiatement, selon un recensement de l’Anapec.

Le CQP est un parcours de 9 mois en alternance entreprise/formation présentielle et distancielle (6 mois en formation + 3 mois en entreprise). Il comprendra 5 unités : Systèmes d’information et langages ; méthodes, techniques et normes ; Développement spécifique et projet ; services (assistance, sécurité des SI, maintenance…) ; connaissances transverses (veille technologique, droit informatique…).

Cette certification sera disponible dans 12 régions au Maroc, dont 5 prioritaires pour un démarrage rapide (Casablanca-Settat, Rabat-Salé-Kénitra, Sous Massa, Fès-Meknès et au Nord).

A lire aussi


Guelmim : l’épopée politique des familles sahraouies (I)

REPORTAGE. Si la bataille politique, à l’occasion des échéances électorales, est particulièrement endiablée dans les régions du sud, avec des alliances d'intérêts entre familles puissantes et influentes, la ville de Guelmim surnommée la porte du désert ne déroge pas à cette règle. D’où les familles sahraouies puisent-elles leur légitimité, leur force et leur influence ? Comment se dessine la cartographie politique dans la province de Guelmim ? Quelles familles sont toujours dans la course et lesquelles sont hors circuit ?

Transformation numérique : étude pour la mise en place des Agences urbaines numériques 2.0

La Direction de l'urbanisme, relevant du ministère de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, lance un appel d'offres. L’étude couvrira l’ensemble des aspects liés à la transformation numérique des Agences urbaines du royaume, de la Direction de l’urbanisme, ainsi que de la Direction des ressources humaines et des moyens généraux du ministère. L'étude prévoit également la mise en place d’un système de veille urbaine.

Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Wafabail : Publication des comptes sociaux au 31 décembre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.