Le Maroc en passe d’éliminer la rougeole

Les décès dus à la rougeole ont considérablement diminué ces dernières années, mais cette maladie tue encore près de 90.000 personnes par an dans le monde. Qu'en est-il du Maroc? 

Le Maroc en passe d’éliminer la rougeole

Le 28 mars 2019 à 17h30

Modifié 11 avril 2021 à 2h41

Les décès dus à la rougeole ont considérablement diminué ces dernières années, mais cette maladie tue encore près de 90.000 personnes par an dans le monde. Qu'en est-il du Maroc? 

La rougeole est une maladie virale grave extrêmement contagieuse. Avant que la vaccination ne soit introduite en 1963 et qu’elle ne se généralise, on enregistrait tous les 2 ou 3 ans d’importantes épidémies qui pouvaient causer environ 2,6 millions de décès par an dans le monde.

La rougeole reste l’une des causes importantes de décès du jeune enfant, alors qu’il existe un vaccin sûr et efficace. L’OMS estime que 89.780 personnes, dont une majorité d’enfants de moins de 5 ans, sont mortes de la rougeole en 2016.

Selon l’Organisation mondiale de santé, le nombre de cas de rougeole déclarés a atteint un pic en 2017, plusieurs pays ayant connu des flambées sévères et prolongées de cette maladie.

En raison des lacunes de la couverture vaccinale, des flambées de rougeole sont survenues dans plusieurs régions dans le monde. D’après les estimations, 110.000 décès imputables à cette maladie étaient enregistrés cette année.

Qu’en est-il du Maroc?

Au Maroc, la situation s’est améliorée depuis 2003, grâce à une initiative lancée par l’OMS pour l’élimination de la rougeole. Le Maroc était parmi les premiers pays à prendre part à cette initiative. 

En 2018, seuls 7 cas de rougeole confirmés ont été enregistrés au Maroc, apprend Médias 24 auprès du ministère de la Santé. 

En 2015, le Royaume avait enregistré 16 cas confirmés, sur 334 suspects. Ce chiffre est tombé à 4 cas confirmés, sur 268 personnes suspectées en 2016, et à 5 cas confirmés sur 287 suspects en 2017.

Au Maroc, la vaccination est obligatoire 

Le vaccin anti rougeoleux est souvent administré en même temps qu’un vaccin contre la rubéole et/ou les oreillons (ROR) dans une même injection. La vaccination se fait sur deux doses, et confère une protection à vie. 

L’initiative de l’élimination de la rougeole, lancée il y a près de 15 ans par l’OMS, se concentre sur la vaccination des enfants de moins de 5 ans. Le vaccin anti rougeoleux est, depuis, administré à 9 mois et à 24 mois. 

Selon le service de surveillance épidémiologique du ministère de la Santé, à 9 mois, l’enfant dispose encore des anticorps maternels. L’efficacité du vaccin n’est donc qu’à 85%. A cet âge, sur 100 enfants vaccinés, 85 le sont réellement. La deuxième dose du vaccin anti rougeoleux est administrée à 24 mois, pour rattraper les 15% ratés lors de la première vaccination. 

Au Maroc, la vaccination contre la rougeole est obligatoire, contrairement à quelques pays européens comme la France. Plusieurs campagnes de vaccination ont été organisées dans les écoles au Maroc depuis 2003-2004, dans le but de maintenir une couverture vaccinale supérieure à 95% exigée par l’OMS pour enrayer la maladie. La dernière a eu lieu en 2018.  

Selon l’OMS, le Maroc se trouve en phase de « pré-élimination » de la rougeole, nous confirme notre source. 

« Confirmation systématiquement des cas notifiés »

Le premier signe d’infection est en général une forte fièvre qui apparaît environ 10 à 12 jours après l’exposition au virus et persiste 4 à 7 jours. Au cours de ce stade initial, le tableau peut comporter une rhinorrhée (nez qui coule), de la toux, des yeux rouges et larmoyants, et de petits points blanchâtres sur la face interne des joues.

L’éruption maculo-papuleuse apparaît plusieurs jours plus tard, habituellement sur le visage et le haut du cou. En 3 jours environ, elle progresse pour atteindre les mains et les pieds. Elle persiste 5 à 6 jours avant de disparaître. On l’observe en moyenne 14 jours après l’exposition au virus, dans un intervalle de 7 à 18 jours.

« Au Maroc, lorsqu’une personne se présente avec une forte fièvre et des marques sur le corps, on procède immédiatement à la confirmation systématique (prise de sang ou analyse d’urine), et à l’administration de la vitamine A », nous explique notre interlocuteur. 

En effet, selon l’OMS, les cas sévères sont généralement les jeunes enfants malnutris, qui ont une insuffisance en vitamine A, ou avec un système immunitaire affaibli par le VIH/sida ou d’autres maladies.

Défiance envers les vaccins dans plusieurs pays

Mardi 26 mars, frappé par une épidémie de rougeole, un comté au nord de New York a décidé de déclarer l’état d’urgence et de bannir de ses lieux publics tout mineur non vacciné. Les quartiers les plus touchés sont ceux à forte population ultra-orthodoxe juive.

Dans les pays riches, l’augmentation du nombre de personnes atteintes de rougeole est largement attribuée à une défiance envers les vaccins en général et le ROR (rougeole/oreillons/rubéole) en particulier.

Les « anti-vax » s’appuient sur une publication de 1998 liant ce vaccin et l’autisme. Pourtant, il a été établi que son auteur, le Britannique Andrew Wakefield, avait falsifié ses résultats, et plusieurs études ont montré depuis que le vaccin n’augmentait pas le risque d’autisme.

La défiance peut aussi avoir des motifs religieux.

Selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies, il y a une grande réticence face à la vaccination en France et en Allemagne. Le taux de vaccination y est donc faible. 

L’Espagne, par contre, est proche du Maroc en termes de cas de rougeole confirmés. Le taux de couverture vaccinale contre cette maladie y est élevé. 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Communication trimestrielle T1 2020 LafargeHoclim Maroc

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.