Assassinats d’Imlil: renvoi de l’affaire au 16 mai

Au procès de l'assassinat d' Imlil, la majeure partie des accusés ont refusé de se faire assister par un avocat. Renvoi du dossier au 16 mai pour permettre aux parties de préparer leur défense.

Assassinats d’Imlil: renvoi de l’affaire au 16 mai

Le 2 mai 2019 à 11h56

Modifié 11 avril 2021 à 2h42

Au procès de l'assassinat d' Imlil, la majeure partie des accusés ont refusé de se faire assister par un avocat. Renvoi du dossier au 16 mai pour permettre aux parties de préparer leur défense.

Vingt-quatre accusés ont comparu, ce jeudi 2 mai et pour la première fois depuis l’ouverture de leur procès, dans le cadre de l’affaire de l’assassinat des deux jeunes touristes scandinaves, décapitées fin 2018 à Imlil (région de Marrakech).

Le procès se tient à la Chambre criminelle près la Cour d’appel de Rabat, annexe de Salé. Cette juridiction est située à une centaine de mètres du siège du Bureau central des investigations judiciaires, équipe qui a mené l’enquête et a procédé à l’arrestation des membres de la cellule terroriste présumée.

Abdessmad El Joud, avez-vous un avocat?  

-Non. 

-Voulez-vous un avocat?

-Non. 

Comme El Joud, la majeure partie des individus impliqués ont refusé de se faire assister par un avocat. C’est le principal élément de cette première audience.  

Kevin Zoller Guervos est l’un des rares concernés à avoir engagé un avocat, en la personne de Me Saâd Sahli. Ce dernier était déjà présent lors de la phase d’instruction, où il a épaulé l’accusé hispano-suisse.

En matière criminelle, l’assistance d’un avocat est obligatoire. Le président Abdellatif El Amrani a désigné des avocats d’office pour tous les individus réfractaires.

Sur demande de la défense et de la partie civile, le juge a décidé le renvoi de l’affaire au 16 mai. Les avocats voudraient examiner le dossier de l’accusation. A elle seule, l’ordonnance de renvoi du juge d’instruction fait 230 pages.

Marquée par une forte mobilisation des forces de l’ordre, l’audience a connu une grosse présence de la presse nationale et internationale. Une grande partie des accusés se sont présentés en « qamis », « kufi » sur la tête, visages couverts de longues barbes. 

La présence de certains proches de détenus a été remarquée, surtout celle de Kevin. « Son fils a 2 ans. Il est triste. Il attend le retour de son père », a déclaré la mère de l’accusé, s’exprimant devant les journalistes présents dans la salle d’audience. « Kevin n’est pas fanatique, pas radical. Il aime jouer au foot (…) fume des joints », a-t-elle ajouté, assurant qu’il n’a « aucun lien » et qu’il « ne connaît pas » les autres accusés. « C’est inadmissible », a-t-elle dit.  

« Nous avons les preuves de son innocence. Ce n’est qu’une question de temps », a pour sa part résumé l’épouse de Kevin. Ce dernier est entre autres accusé de « constitution d’une association en vue de préparer et commettre des actes terroristes. »

Les accusés ont tous été poursuivis pour des faits liés au terrorisme. Accusés d’atteinte volontaire à la vie avec préméditation et guet-apens, certains risquent la peine capitale.

Lire aussi notre série d’articles sur les accusés:

(1) Abdessamd El Joud, le bourreau qui rêvait de Syrie

(2) Kevin Zoller Guervos, alias « Abdallah le Suisse »

(3) Hicham Nazih, le souci du spectacle

(4) Les Driouech, Djihadistes de pères en fils

A lire aussi


Guelmim : l’épopée politique des familles sahraouies (I)

REPORTAGE. Si la bataille politique, à l’occasion des échéances électorales, est particulièrement endiablée dans les régions du sud, avec des alliances d'intérêts entre familles puissantes et influentes, la ville de Guelmim surnommée la porte du désert ne déroge pas à cette règle. D’où les familles sahraouies puisent-elles leur légitimité, leur force et leur influence ? Comment se dessine la cartographie politique dans la province de Guelmim ? Quelles familles sont toujours dans la course et lesquelles sont hors circuit ?

Transformation numérique : étude pour la mise en place des Agences urbaines numériques 2.0

La Direction de l'urbanisme, relevant du ministère de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, lance un appel d'offres. L’étude couvrira l’ensemble des aspects liés à la transformation numérique des Agences urbaines du royaume, de la Direction de l’urbanisme, ainsi que de la Direction des ressources humaines et des moyens généraux du ministère. L'étude prévoit également la mise en place d’un système de veille urbaine.

Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Report du Conseil d’administration de la société Aluminium du Maroc

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.