Niveau critique des réserves de sang dans les grandes villes

Les réserves nationales de sang peuvent couvrir entre 4 et 5 jours. Dans les grandes villes qui disposent d’un CHU, la situation est critique. Casablanca est la plus touchée par la pénurie.

Niveau critique des réserves de sang dans les grandes villes

Le 22 octobre 2020 à 15h27

Modifié 10 avril 2021 à 22h59

Les réserves nationales de sang peuvent couvrir entre 4 et 5 jours. Dans les grandes villes qui disposent d’un CHU, la situation est critique. Casablanca est la plus touchée par la pénurie.

Le Centre national de transfusion sanguine et d’hématologie du Maroc (CNTSH) alerte sur la situation actuelle des réserves de sang au niveau national, en particulier dans les grandes villes. Il a ainsi lancé, le 20 octobre, un appel au don, pour inciter les gens à se mobiliser pour venir en aide aux patients qui ont continuellement besoin de sang.

« Les réserves au niveau national s’élèvent à 3.304 poches de concentré de globules rouges. Il s’agit du composant de sang le plus consommé, et donc le plus concerné par les pénuries », nous confie la directrice du Centre, Khadija Lahjouji.

« Ces poches peuvent couvrir les besoins de la population entre 4 et 5 jours, au jeudi 22 octobre 2020. On est donc capable de répondre aux besoins des gens, mais on n’arrive pas à atteindre les 7 jours recommandés par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) », ajoute notre source.

La situation est critique à Casablanca « où les réserves ne peuvent couvrir qu’une journée, et où la demande est très élevée ». Ce qui veut dire que si le nombre de dons nécessaire par jour n’est pas collecté (600 poches de sang), le centre sera dans l’incapacité de répondre aux besoins des citoyens demain.

« Cela est dû à la situation actuelle, marquée par la pandémie du covid, ainsi que la rentrée scolaire. En fait, outre le covid, cette période de l’année est toujours marquée par une pénurie des réserves, au niveau international ».  

« Toutes les grandes villes qui disposent de CHU sont concernées par cette pénurie, tels que Fès, Rabat et Marrakech », souligne Dr. Lahjouji. En effet, les centres hospitaliers universitaires disposent de services d’hémato oncologie qui consomment de grandes quantités de sang, puisqu’ils traitent des gens atteints de maladies graves et chroniques, dont le besoin en sang est régulier. Pa exemple, « à Fès et à Rabat, les stocks de sang ne peuvent couvrir que 2 jours ».

Le Maroc a besoin de 1.000 dons de sang par jour, et chaque personne peut aider trois autres. Le sang est séparé en trois composants: le concentré des globules rouges, le concentré des plaquettes standard et le plasma précongelé. Donc au total, 1.000 donneurs permettent d’obtenir 3.000 poches, 1.000 de chaque composant.

Rappelons que la durée de vie des globules rouges est de 42 jours, celle des plaquettes est de 5 jours, contre un an pour le plasma. Celui-ci rentre dans la fabrication de certains médicaments spéciaux pour la transfusion. Il est donc transféré par le CNTRS à un laboratoire français pour la fabrication d’immunoglobuline ou de facteurs de coagulation.

« Ce sont des médicaments fabriqués à partir de notre propre sang, qui sont ensuite renvoyés au Centre national de transfusion, pour être vendus à des prix très accessibles au public ».

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Résultats semestriels 2020 de la société AFRIC INDUSTRIES

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Saâd Dine El Otmani, invité de la 3e session du cycle politique spécial élections 2021 de l’APD