Plongée dans la crise, 2M attend toujours son contrat-programme

Avec un modèle économique fragile basé sur la publicité, Soread 2M continue de creuser ses pertes dans l'attente d'un nouveau contrat-programme avec l'Etat.

Plongée dans la crise, 2M attend toujours son contrat-programme

Le 12 novembre 2020 à 13h48

Modifié 11 avril 2021 à 2h49

Avec un modèle économique fragile basé sur la publicité, Soread 2M continue de creuser ses pertes dans l'attente d'un nouveau contrat-programme avec l'Etat.

Devant la commission de contrôle des finances publiques à la Chambre des représentants, le directeur général de la Société d’études et de réalisations audiovisuelles « Soread 2M » a dressé, mercredi 11 novembre, un tableau pour le moins sombre de la situation financière de la société en crise depuis plusieurs années.

Sans contrat-programme depuis 2012, la Soread, dont 76% des parts sont détenues par l’Etat, cumule des pertes estimées à 873 millions de DH.

La publicité représente 95% des ressources de la société, avec une part de 70% du marché national grâce à sa part d’audience (33% en 2019), a relevé Salim Cheikh.

Un modèle économique qui « n’est plus viable » selon le DG, face à un marché publicitaire en berne. De plus, 10% des recettes sont versées au Fonds pour la promotion du paysage audiovisuel (5% pour la taxe d’écran et 5% pour la taxe de publicité).

Sur 20 ans, les subventions de l’Etat sont passées de 140 MDH, couvrant alors le tiers des charges, à 50 MDH actuellement (soit 5% des charges), a-t-il souligné.

Le service public coûte à la société de 400 à 450 millions de DH, alors que les charges s’élèvent à plus de 650 MDH.

« Limiter les pertes »

Insistant sur le respect du cahier des charges, en vigueur depuis 2012, Salim Cheikh a énuméré les efforts déployés pour limiter les effets de la crise, dont:

– la rationalisation des dépenses de la grille des programmes, à travers notamment la réduction des dépenses externes56% des programmes sont produits en interne, sachant que la production nationale coûte 8 fois plus cher que la production étrangère.

Entre 2003 et 2008, les dépenses ont connu une hausse de 12%. Durant les 10 dernières années, 2M a économisé 300 MDH.

– la réduction de près de 30% de la masse salariale, sur 9 ans, à travers les départs à la retraite et l’arrêt des recrutements depuis 2012. 2M compte actuellement un effectif de 520 salariés, contre 800 en 2011.

– l’amortissement des investissements: baisse de 70 MDH à 40 MDH actuellement.

– baisse de l’investissement dans les équipements techniques: le DG de 2M a évoqué le retard du passage à la Haute définition (HD) dont l’investissement ne dépasse pas 10 à 15 DH.

Malgré ces efforts, la situation est toujours fragile, admet le DG de la Soread dans l’absence d’un contrat programme pour encadrer le service.

A lire aussi


Elections 2021: les différents scénarios de coalition gouvernementale (expert)

Sachant que la rentrée parlementaire de la future onzième législature aura lieu le deuxième vendredi d’octobre, soit le 8, le gouvernement aura donc un mois pour être constitué après le scrutin législatif du 8 septembre. Si personne n’est en mesure d’assurer quel sera le parti qui arrivera en tête pour diriger le futur gouvernement, le chercheur David Goeury, membre de Tafra et du laboratoire Médiations de Sorbonne Université présente ses scénarios de coalition gouvernementale.

Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Communiqué de presse de la société Aluminium du Maroc

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.