Dr Tayeb Hamdi : une enquête épidémiologique avant le Ramadan est nécessaire

Va-t-on maintenir ou adapter le couvre-feu ? La prière des Tarawih et l'ouverture des cafés et des restaurants seront-elles autorisées ?  Pour le Dr Tayeb Hamdi, une enquête épidémiologique rapide est nécessaire avant de trancher. La décision du gouvernement sera sans doute annoncée à la veille du Ramadan.

Dr Tayeb Hamdi : une enquête épidémiologique avant le Ramadan est nécessaire

Le 30 mars 2021 à 19h07

Modifié 11 avril 2021 à 2h51

Va-t-on maintenir ou adapter le couvre-feu ? La prière des Tarawih et l'ouverture des cafés et des restaurants seront-elles autorisées ?  Pour le Dr Tayeb Hamdi, une enquête épidémiologique rapide est nécessaire avant de trancher. La décision du gouvernement sera sans doute annoncée à la veille du Ramadan.

Jusqu’à présent, il n’y a eu aucune annonce sur “la vie après le ftour” du Ramadan 2021, mise à part le démenti relatif à l’autorisation de la prière des tarawih, recueilli par Médias24 auprès d’une source autorisée au sein du ministère des Affaires islamiques.  

Au vu de la situation sanitaire dans le monde et de la menace qui plane sur le Maroc quant à l’arrivée d’une 3e vague, contre laquelle les autorités et experts mettent en garde depuis des semaines, quelle est la bonne stratégie à adopter durant le mois de Ramadan, de manière à préserver la situation sanitaire et économique du pays ? 

Pour Dr Tayeb Hamdi, médecin, chercheur en politiques et systèmes de santé, la réponse à cette question nécessite une enquête épidémiologique rapide. “Seuls les indicateurs sanitaires permettront de déterminer la bonne marche à suivre”. 

En tous cas, il estime qu’un allégement des mesures restrictives est une hypothèse à écarter. S’il y a un choix à faire pour les semaines à venir, il portera sur le maintien des mesures en vigueur ou leur durcissement si nécessaire. 

“Les impératifs économiques sont tributaires des impératifs sanitaires”

Les variants du Covid-19 ont, depuis fin 2020, fait naître une troisième vague qui déferle sur de nombreux pays, notamment en Europe où une partie du continent revit le scénario de mars 2020. Entre confinement, fermeture des commerces et restrictions de déplacements, la propagation des variants détériore la situation sanitaire et accentue les difficultés économiques. 

Au Maroc, l’apparition à Dakhla de 40 cas positifs au variant britannique rappelle que le spectre de la 3e vague est toujours présent et que nous ne sommes pas à l’abri d’une explosion de cas. 

“Si on laisse la situation se dégrader, nous serons obligés, à un moment donné, de tout fermer. Ce qui engendrera beaucoup de pertes et la convalescence économique prendra beaucoup plus de temps”, alerte Dr Hamdi qui rappelle que “les impératifs économiques sont tributaires des impératifs sanitaires”. 

“Si les indicateurs épidémiologiques sont dans le rouge ou dans l’orange, il faudra serrer la vis pour sauver les vies et l’économie. Mais nous n’avons pas de données, nous ne savons pas si les cas du variant britannique sont tous des cas contacts ou des cas “indépendants” et nous ne connaissons pas la part des variants au Maroc”, déplore Dr Hamdi. 

Pour ce dernier, il est nécessaire d’effectuer “une étude avec tests PCR et sérologiques sur des échantillons aléatoires de 1.000 à 2.000 personnes dans les grandes villes du Maroc. Il s’agit d’une enquête épidémiologique rapide qui va nous permettre d’avoir une idée sur le nombre de personnes contaminées, déterminer la part des variants et, grâce à la sérologie, connaître le taux de personnes immunisées. Ce sont des données que nous devons avoir dans les semaines à venir si on veut agir de manière anticipative. Sinon, il faudra suivre le nombre de cas en réanimation, mais à travers cette méthode nous prendrons du retard par rapport à l’épidémie”. 

Pour Dr Tayeb Hamdi ce sont ces deux méthodes qui permettront de jauger la situation et prendre des décisions relatives aux mesures à appliquer par la suite, que ce soit pendant ou après le mois de Ramadan car, pour le médecin, l’essentiel est d’éviter la troisième vague qui est “rapide, féroce et très forte” et d’assurer une activité économique prospère durant l’été

Eté 2021 : Objectif zone verte 

“Pendant le mois de Ramadan il n’y a pas une grande activité économique et commerciale, contrairement à l’été. Durant le mois sacré les gens s’entassent, après la rupture du jeûne, dans les mosquées ou les cafés sans respecter les mesures barrières. Ce sont des activités sociales qui produisent des contaminations et pas de plus-value économique. 

“Or en été, soit dans deux mois, il y a une plus grande activité économique puisque les cafés et restaurants restent ouverts plus longtemps. C’est une période de vacances, propice aux sorties et au tourisme national et international. Faut-il sacrifier l’été pour les semaines à venir ?”, questionne Dr Hamdi qui insiste sur l’importance de garder le Maroc dans “la zone verte”. 

“Dans le monde, il y a des pays qui avancent dans la vaccination, d’autres qui traînent et d’autres qui ne vaccinent pas. Systématiquement et dès le mois de juin 2021, le monde fonctionnera selon un zoning. D’abord une zone verte où la circulation touristique et commerciale est importante, une seconde zone qui sera sous contrôle et une troisième isolée. En ce moment, le Maroc est le seul pays du sud à être dans le vert, selon une carte publiée par le New York Times. Nous avons une épidémie contrôlée et un taux de vaccination très respectable, il faut maintenir cette situation qui permettra au Maroc de faire prospérer son économie et de reprendre le tourisme pendant que d’autres pays seront isolés”.

>> Lire aussi: 

Environ 40 cas du variant britannique de la Covid-19 détectés à Dakhla

Ramadan : Aucune décision prise concernant les prières Tarawaih

Covid. Pr El Adib tire la sonnette d’alarme au sujet de la situation sanitaire

Covid. Le Maroc n’est pas à l’abri d’une détérioration de la situation sanitaire

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

SALAFIN : Publication des résultats relatifs à l’opération d’augmentation de capital

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.