Les faillites d’entreprises ont augmenté de 15% au premier trimestre 2021

Après avoir chuté de 21% en 2020, les faillites repartent à la hausse en 2021. D’après les chiffres d’Inforisk, 2.694 entreprises ont fait faillite depuis le début de l’année, soit 15% de plus que l’an dernier sur la même période. Avec la fin des soutiens financiers aux entreprises, une augmentation minimum de 65% du nombre de défaillances est attendue d’ici fin juin.

Les faillites d’entreprises ont augmenté de 15% au premier trimestre 2021

Le 30 mars 2021 à 18h44

Modifié 11 avril 2021 à 2h51

Après avoir chuté de 21% en 2020, les faillites repartent à la hausse en 2021. D’après les chiffres d’Inforisk, 2.694 entreprises ont fait faillite depuis le début de l’année, soit 15% de plus que l’an dernier sur la même période. Avec la fin des soutiens financiers aux entreprises, une augmentation minimum de 65% du nombre de défaillances est attendue d’ici fin juin.

Contre toute attente, les défaillances d’entreprises ont enregistré un recul de 21,6% en 2020, selon les chiffres d’une étude d’Inforisk publiée début février. Une situation paradoxale alors que le Maroc vivait la pire récession de son histoire. Cette diminution des faillites résultait des aides gouvernementales, notamment à travers les programmes Relance et Oxygène. Elle s’expliquait également par le gel de l’appareil administratif, incapable de traiter les dossiers dans les tribunaux durant la période de confinement.

Cette même étude d’Inforisk tablait sur une forte augmentation des faillites en 2021. Ce pronostic se confirme. Contacté sur le sujet, Amine Diouri, directeur des études et de la communication chez Inforisk D&B, nous livre les premières analyses de 2021 avec les chiffres agrégés.

Une accélération des faillites depuis février

Selon les chiffres communiqués par Inforisk, 2.694 défaillances d’entreprises ont été enregistrées depuis le début de l’année 2021. Soit 15% de plus qu’en 2020 à la même période et 6% de plus qu’en 2019 :

Tableau des défaillances d’entreprises sur les trois premiers mois de l’année (2019-2021)

Janvier Février Mars Total
2019 1.032 848 663 2.543
2020 1.171 713 462 2.346
2021 1.053 886 755 2.694

Source : Inforisk D&B

Pour Amine Diouri, le rythme de progression des faillites s’est redressé depuis le mois d’octobre 2020 pour revenir à un niveau « normal », à savoir celui observé sur l’année 2019. Mais depuis 2021, une accélération du nombre de défaillances se fait sentir. Donc au-delà du retour à la tendance haussière normale des faillites, il y a en plus actuellement un effet crise Covid.

Et si cet effet Covid reste modéré pour le moment, la situation ne durera probablement pas. Selon notre interlocuteur, la probabilité que l’impact de la crise sur les entreprises s’accélère dans les prochains mois est très élevée.

Le premier semestre 2021 sera naturellement marqué par une hausse des défaillances par simple effet mécanique. Car si les tribunaux de commerce étaient paralysés de mars à juin 2020 à cause du confinement, ce ne sera pas le cas cette année. Pour notre interlocuteur, il faudra s’attendre à une augmentation substantielle des défaillances d’entreprises sur la période. « De mars à juin 2020, il y avait environ 700 défaillances. En période normale, il devrait en avoir trois fois plus. Désormais, ce qu’il faut voir sur le premier semestre 2021, c’est s’il y a, en plus de l’effet mécanique, un fort effet des répercussions de la crise. La question est de savoir si l’on va être dans la normale ou bien au-delà de la normale ».

Une hausse de 65% minimum attendue sur le premier semestre 2021

D’après les anticipations d’Inforisk, en plus de la hausse mécanique, les effets de la pandémie se feront très probablement ressentir. « D’après nos chiffres, si sur le second trimestre 2021, le trend est le même qu’en 2019, ce qui serait le minimum auquel il faut s’attendre, nous arriverons à la fin du premier semestre à une hausse de 65% des défaillances par rapport à 2020. Je tiens à préciser que ce chiffre est le minimum à envisager. L’effet additionnel Covid sera probablement observé sur cette période et alourdira les chiffres » nous explique Amine Diouri.

Comme le signalait l’étude d’Inforisk début février, avec l’arrêt prévu des mécanismes Oxygène et Relance, les entreprises devront commencer à faire face à des difficultés. « Entre les aides perçues et les réductions salariales opérées en 2020, certaines entreprises ont réussi à tenir le choc, mais en 2021, seront-elles capables de faire face sans Damane Oxygène ? Ce n’est pas garanti », poursuit notre interlocuteur.

Sur le premier trimestre 2021, si l’information détaillée n’est pas encore disponible pour savoir quels secteurs et quelles zones géographiques ont été les plus impactés, les secteurs traditionnels devraient être naturellement touchés. Mais avec la crise, d’autres secteurs devraient également plus souffrir qu’à l’accoutumée. « Les trois secteurs qui composent 70% des créations et défaillances d’entreprises sont le commerce, le BTP et l’immobilier. Maintenant, avec la crise, des secteurs fortement exposés comme celui du tourisme devraient lourdement en pâtir. Nous n’avons pas de chiffres officiels pour le moment, il s’agit de supposition, mais je pense que les branches d’activité comme l’hôtellerie/restauration, les agences de voyage et les services de locations de voitures seront plus touchés que les autres », estime Amine Diouri.

Concernant les structures d’entreprises, si les chiffres au premier trimestre 2021 sont agrégés, les TPE sont naturellement les plus exposées car les plus fragiles. D’ailleurs, il est à rappeler que dans son étude début février, Inforisk informait que 98,9% des entreprises qui ont fait faillite en 2020 étaient des TPE.

>>Lire aussi: Une vague de faillites de TPME est attendue pour fin 2020 début 2021

A lire aussi


Guelmim : l’épopée politique des familles sahraouies (I)

REPORTAGE. Si la bataille politique, à l’occasion des échéances électorales, est particulièrement endiablée dans les régions du sud, avec des alliances d'intérêts entre familles puissantes et influentes, la ville de Guelmim surnommée la porte du désert ne déroge pas à cette règle. D’où les familles sahraouies puisent-elles leur légitimité, leur force et leur influence ? Comment se dessine la cartographie politique dans la province de Guelmim ? Quelles familles sont toujours dans la course et lesquelles sont hors circuit ?

Transformation numérique : étude pour la mise en place des Agences urbaines numériques 2.0

La Direction de l'urbanisme, relevant du ministère de l’Aménagement du territoire national, de l’urbanisme, de l’habitat et de la politique de la ville, lance un appel d'offres. L’étude couvrira l’ensemble des aspects liés à la transformation numérique des Agences urbaines du royaume, de la Direction de l’urbanisme, ainsi que de la Direction des ressources humaines et des moyens généraux du ministère. L'étude prévoit également la mise en place d’un système de veille urbaine.

Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Ciments du Maroc : Comptes sociaux et consolidés au 31 Décembre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.