Le musée privé de la fondation Leila Mezian ouvrira en 2024

Trois ans et demi après la pose de la première pierre, les travaux du musée privé de la fondation Leila Mezian ont enfin repris alors qu’ils étaient censés aboutir en 2019. Selon nos informations, ce projet dont le retard s’explique par un changement de cabinet d’architecte sera inauguré début 2024.

Le musée privé de la fondation Leila Mezian ouvrira en 2024

Le 5 avril 2021 à 16h02

Modifié 5 mai 2021 à 9h08

Trois ans et demi après la pose de la première pierre, les travaux du musée privé de la fondation Leila Mezian ont enfin repris alors qu’ils étaient censés aboutir en 2019. Selon nos informations, ce projet dont le retard s’explique par un changement de cabinet d’architecte sera inauguré début 2024.

D’une superficie totale de 4.000 mètres-carrés dont 1.200 au sol et d’un coût de 78 MDH, le musée de la richesse du patrimoine marocain qui abritera une partie des 2.000 pièces de collection accumulées depuis une cinquantaine d’années par le docteur Leila Mezian, présidente de la fondation BMCE, a déjà accusé deux années de retard alors qu’il devait être inauguré courant 2019.

Un retard dû à une rupture de contrat avec l’architecte Tarik Oualalou

En cause, une rupture de contrat avec le cabinet parisien d’architectes du marocain Tarik Oualalou et de son épouse Lina Choï qui avaient pourtant obtenu l’approbation de leur maquette par la fondation Leila Mezian.

Si l’on ne connaît pas les raisons de la séparation entre les deux parties, il n’en demeure pas moins que la fondation a finalement opté pour l’architecte tangéroise Ouafa Boutenache et le prestigieux cabinet japonais Kengo Kuma Associates installé à Tokyo avec une filiale à Paris.

Malgré nos efforts, nous n’avons pas été en mesure d’obtenir la nouvelle maquette qui a été retenue par la fondation Leila Mezian mais le permis de construire a été attribué et les travaux ont repris.

La scénographie du musée est déjà prête

Sollicitée par Médias24, une source proche du dossier nous révèle que les travaux du musée qui viennent de redémarrer devraient durer entre 24 et 36 mois avant son ouverture au grand public.

« Le cabinet français en charge de la muséographie a déjà conçu la mise en scène ou scénographie des expositions à venir et le musée devrait donc être prêt au plus tard au début de l’année 2024 », nous révèle notre interlocuteur qui refuse de donner plus de détails sur ce chantier.

Une architecture ultra-contemporaine en accord avec Casablanca

Selon une autre source, une partie des 2.000 pièces de la présidente de la fondation BMCE seront exposées dans l’édifice qui comportera 6 étages et 2 sous-sols destinés aux réserves et à un parking.

« Sachant que la maquette du musée n’a pas encore été rendue public et qu’on ne connaît qu’une photo extérieure du futur musée sur la pancarte du chantier, un communiqué de presse sera bientôt publié par la fondation qui dévoilera plus de détails sur ce projet qui se veut ultra-moderne.

« En effet, le bâtiment réalisé par le cabinet japonais Kengo Kuma sera très contemporain mais en liaison avec la ville de Casablanca qui a été un des laboratoires de l’architecture moderne urbaine.

4 étages réservés à des expositions permanentes

« Du premier au quatrième étage, il y aura une hauteur de plafond très importante pour pouvoir accueillir des portes berbères et des colonnes d’époque mais aussi des expositions permanentes.

Ainsi, les 1er et 2ème étages seront réservés à la culture citadine à savoir les bijoux des villes de Fès, Meknès, Tanger et Essaouira, le textile (tissage et des broderies de différentes villes du Maroc), les caftans de l’artiste Mme Tamy Tazi, et un espace pour les armes d’apparat en or (poignards, fusils), des portes et des plafonds historiques ainsi que des céramiques anciennes notamment de Fès.

« De leur côté, les espaces des 3ème et 4ème étages seront dédiés aux œuvres de la culture amazighe comme les bijoux, armes, textiles, des selles de chevaux en cuir et enfin des minbars.

Des bureaux en location pour compléter les recettes

« Le 5ème étage sera réservé à l’administration tandis que le 6ème abritera des bureaux qui seront loués pour dégager des recettes qui s’ajouteront aux ventes de tickets payants et gratuits (enfants).

« Le rez-de-chaussée abritera des expositions temporaires, un auditorium, une bibliothèque, un espace accueil avec des boutiques, un café-restaurant sans compter une mezzanine qui accueillera les peintures et sculptures de feue Meriem Mezian, sœur du docteur Leila Mezzian », révèle notre source qui tient à garder l’anonymat avant la publication d’un communiqué de presse plus détaillé.

Un fabuleux patrimoine artistique privé qui sera enfin partagé avec les Marocains

En attendant d’en savoir plus sur le programme d’exposition muséal, rappelons que lors d’une interview avec Médias24, la promotrice de ce projet nous avait révélé que sa collection était le fruit de plusieurs décennies d’achats effectués du nord au sud du Maroc auprès d’artistes et d’artisans.

Selon Leïla Mezian, une partie des 2.000 pièces accumulées en 50 ans seront enfin exposées dans le musée qui portera son nom pour transmettre à ses concitoyens le goût du patrimoine marocain.

Malgré un retard de plusieurs années, gageons que la concrétisation de ce grand projet culturel qui mobilisera une quinzaine d’employés à plein-temps aura un grand succès auprès des amateurs d’art dans une grande ville comme Casablanca qui ne compte pratiquement aucun musée privé …

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Centrale Danone : Indicateurs financiers 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.