Nouvelles prises de position de l’Istiqlal, du PAM et du PPS: climat politique, médias et RNI

L'Istiqlal, le PAM et le PPS publient un communiqué conjoint en trois points, dont l'un attaque le RNI. Le PJD observe en gardant le silence. La multiplication des attaques déstabilise les Indépendants.

Benabdellah, Baraka et Ouahbi. Une coordination qui profite surtout à l'Istiqlal qui se positionne comme le leader de l'opposition parlementaire.

Nouvelles prises de position de l’Istiqlal, du PAM et du PPS: climat politique, médias et RNI

Le 25 avril 2021 à 10h06

Modifié 25 avril 2021 à 10h27

L'Istiqlal, le PAM et le PPS publient un communiqué conjoint en trois points, dont l'un attaque le RNI. Le PJD observe en gardant le silence. La multiplication des attaques déstabilise les Indépendants.

Un communiqué (fac-similé ci-dessous) en trois points, qui a été rendu public le samedi 24 avril 2021 en début de soirée:

-une mesure d’amnistie est suggérée. Le mot amnistie n’est pas utilisé, mais les signataires évoquent le climat général, la baisse de la confiance et de la participation politique, …

-les médias publics et privés sont invités à organiser des débats au sujet de la situation politique et du bilan du gouvernement sortant. Un accent particulier est mis sur les médias publics.

-le troisième point est consacré au RNI (qui n’est pas cité) mis en cause dans des opérations de charité marquées par la collecte de données personnelles des bénéficiaires qui sont inscrits à leur insu dans le parti. Les pouvoirs publics sont invités à prendre des mesures contre ce genre d’initiatives.

Ce communiqué appelle les remarques suivantes:

-depuis juillet 2020, c’est le 4e communiqué conjoint publié par ces trois partis qui font partie de l’opposition parlementaire.

-le PJD reste spectateur.

-des trois signataires, c’est l’Istiqlal qui est le principal bénéficiaire. L’Istiqlal revient de loin depuis sa reprise en main par Nizar Baraka. Il reste toutefois lesté par ses contradictions internes et son bilan très critiqué dans la gestion des affaires publiques entre 2007 et 2013. Baraka lui-même avait été ministre des Finances du 1er gouvernement Benkirane, avec une gestion marquée par l’explosion du déficit budgétaire.

-Pour plusieurs milieux politiques, l’Istiqlal est, avec le PJD, le favori pour remporter les législatives. Du moins dans le rapport de forces actuel. Le PPS, affaibli et ayant une image fortement brouillée par sa précédente alliance avec le PJD, ne jouera qu’un rôle secondaire. Le PAM essaie de revenir au premier plan de l’actualité politique, mais il est lesté par les secousses qui l’ont traversé et par les changements de direction, trop proches des élections pour permettre un vrai redémarrage.

-Le RNI est plombé par ses casseroles bien connues, son image de partis de riches, les accusations de mélange entre politique et affaires, et maintenant la manière dont a agi la Fondation Joud, avec un mélange entre charité et politique partisane. Il subit en ce moment des charges très violentes dans les réseaux sociaux.

-jusqu’où ira la coordination entre les trois partis, PAM, PPS et Istiqlal? Il est trop tôt pour en juger, mais il est clair que toutes les options sont possibles.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Atlanta Sanad : Avis rectificatif

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.