Au CDH, le Maroc démonte les contrevérités algériennes sur le Sahara marocain

La délégation représentant le Maroc à la 47e session du Conseil des droits de l'homme à Genève a démonté les contrevérités et les allégations fallacieuses de l’Algérie sur la situation au Sahara marocain.

Au CDH, le Maroc démonte les contrevérités algériennes sur le Sahara marocain

Le 23 juin 2021 à 11h39

Modifié 23 juin 2021 à 11h39

La délégation représentant le Maroc à la 47e session du Conseil des droits de l'homme à Genève a démonté les contrevérités et les allégations fallacieuses de l’Algérie sur la situation au Sahara marocain.

S’adressant mardi 22 juin aux membres du Conseil, l’ambassadeur représentant permanent du Maroc auprès de l’Office des Nations unies à Genève, Omar Zniber, a dénoncé les mensonges contenus dans une déclaration prononcée au nom d’un groupuscule hostile à l’intégrité territoriale du Royaume, à l’instigation de l’Algérie. « Ce pays, comme à son habitude, prend en otage les travaux du Conseil en instrumentalisant la question du Sahara marocain, en dehors de l’unique cadre dans lequel elle est traitée, à savoir le Conseil de sécurité des Nations unies », a-t-il fait remarquer.

Omar Zniber a tenu à exprimer, à ce propos, « sa stupéfaction devant cette déclaration, triste œuvre du représentant de l’Algérie, dont le régime soutient, arme et finance le groupe séparatiste armé dans l’unique objectif de porter atteinte à l’intégrité territoriale du Maroc ».

Les derniers développements « ont démontré que cette bande, est à l’image de son prétendu chef qui est poursuivi dans un pays membre de l’Union européenne pour des crimes abjects de viol, de séquestration, de torture et d’exécution, et par-dessus le marché, l’usurpation d’identité », a-t-il enchaîné.

« Comment le criminel dénommé Brahim Ghali, protégé par l’Algérie, peut-il prétendre, fallacieusement, représenter une population, qui compte de nombreuses victimes de son comportement barbare, indigne et contre les droits de l’homme les plus élémentaires? Quel crédit accorder à cet individu qui ne peut circuler librement, autrement qu’à travers des documents falsifiés et une identité usurpée, pour dissimuler son entrée dans un territoire européen et se dérober à sa justice, par l’entremise du régime algérien et de sommes faramineuses dépensées de l’argent du contribuable algérien, au moment où le peuple algérien frère souffre de l’absence des besoins les plus urgents? » s’est-il interrogé.

« Détourner le processus politique »

S’agissant des allégations de rupture du cessez le feu, la question concerne davantage la partie qui le revendique, à savoir le groupe séparatiste armé du polisario, a fait observer l’ambassadeur, relevant que les séparatistes cherchent à travers cet acte « à détourner le processus politique de la voie positive et continue de reconnaissance de la marocanité du Sahara par un très grand nombre de pays ».

Nulle des déclarations et agitations médiatiques, n’a affecté d’une quelconque manière les paramètres de solution politique définis par les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité, tels que repris par le secrétaire général des Nations unies et l’ensemble de la communauté internationale, a rappelé M. Zniber.

« Il n’y a donc de rupture du cessez-le-feu que dans l’esprit de ceux qui le préconisent en appelant à la guerre et aux affrontements militaires, pour couvrir leurs échecs et leur démembrement interne », a-t-il fait observer.

Droits de l’homme dans les provinces du sud

Omar Zniber s’est élevé contre les allégations mensongères du groupuscule hostile sur la situation des droits de l’homme dans les provinces du sud.

Les quelques délégations isolées qui véhiculent ces allégations n’ont aucune légitimité à parler du respect des droits de l’homme, a-t-il affirmé.

«Ces pays devraient avoir honte de vouloir s’attaquer au Maroc sur des aspects sur lesquels ils sont les plus qualifiés à être condamnés, et qui font l’objet d’examen lors de la présente session, ainsi que des démarches multiples pour les violations massives qu’ils commettent à l’endroit de leurs populations», a-t-il dit.

M. Zniber a souligné dans ce sens que le Maroc « accorde une liberté d’expression et de circulation aux quelques séparatistes présents sur son territoire, que le régime algérien ne permet pas aux membres du polisario et encore moins à ses détracteurs sur le plan national ».

Aussi, le territoire du Sahara marocain est ouvert à toutes les visites de délégations officielles, de représentants des médias internationaux et de l’ensemble des procédures spéciales relevant du Conseil des droits de l’homme qui apprécient, de visu, le niveau de développement des provinces marocaines sur tous les plans, a-t-il ajouté, relevant que la rhétorique concernant la Mission technique est de ce fait totalement vide de sens.

Lors de cette session, tenue en vidéoconférence, M. Zniber a présenté la déclaration du Maroc au titre du « Dialogue interactif » autour du rapport annuel de la Haut-commissaire aux droits de l’homme.

Il a exprimé, à cet égard, ses sérieuses préoccupations quant aux violations massives s’opérant en Algérie, et qui continuent malgré les multiples appels lancés de par le monde pour éviter la déstabilisation de ce pays voisin, dont les gouvernants sont interpellés fortement y compris sur la légitimité non seulement de leurs actes mais aussi, plus gravement, de leur représentativité.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Ciments du Maroc : Assemblée Générale Ordinaire Annuelle du 28 Mai 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Le secrétaire d’Etat adjoint américain pour le Proche-Orient en visite au Maroc.