Washington « déçu » de la condamnation du journaliste Soulaimane Raissouni

Lors d’une allocution le lundi 12 juillet, le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price, a critiqué le Maroc pour avoir condamné à cinq ans de prison le journaliste Soulaimane Raissouni et a appelé le royaume à protéger la liberté de la presse.

Washington « déçu » de la condamnation du journaliste Soulaimane Raissouni

Le 13 juillet 2021 à 10h29

Modifié 13 juillet 2021 à 14h28

Lors d’une allocution le lundi 12 juillet, le porte-parole de la diplomatie américaine, Ned Price, a critiqué le Maroc pour avoir condamné à cinq ans de prison le journaliste Soulaimane Raissouni et a appelé le royaume à protéger la liberté de la presse.

Le département d’Etat américain a déclaré que les États-Unis sont « déçus » par le verdict rendu contre Soulaimane Raissouni, rédacteur en chef du quotidien, aujourd’hui fermé, Akhbar Al-Yaoum.

« Nous pensons que le processus judiciaire qui a conduit à ce verdict contredit la promesse fondamentale du système marocain de procès équitables pour les personnes poursuivies par la justice ; et est incompatible avec la promesse de la constitution de 2011 et le programme de réformes de Sa Majesté le Roi Mohammed VI » a déclaré Ned Price, porte-parole du Département d’État américain.

« La liberté de la presse est fondamentale pour des sociétés prospères et sûres, et les gouvernements doivent veiller à ce que les journalistes puissent exercer en toute sécurité leur rôle indispensable sans craindre des injustices, des violences ou des menaces », a-t-il ajouté.

Le ministère public s’est déjà défendu contre de telles accusations et assure que « le tribunal a réuni toutes les conditions d’un procès équitable pour l’intéressé », soulignant qu’ « il a été jugé pour des délits de droit commun qui n’ont absolument rien à voir avec son travail de journaliste ».

Soulaimane Raissouni, en grève de la faim depuis plus de 90 jours, a été reconnu coupable d’ « attentat à la pudeur avec violence et séquestration », suite à une plainte d’un militant LGBT pour « agression sexuelle ». Il fait ainsi partie d’une série de journalistes poursuivis pour crimes sexuels présumés. La Chambre criminelle près la Cour d’appel de Casablanca l’a condamné, en premier ressort, à 5 ans de prison ferme et une amende de 100.000 dirhams.

 « Nous suivons de près cette affaire ainsi que celles d’autres journalistes détenus au Maroc, dont Omar Radi. » a ajouté Ned Price, qui conclut : « Nous avons soulevé nos préoccupations auprès du gouvernement marocain, et nous continuerons à le faire. ».

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

SCR: Assemblée Générale Ordinaire

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.