Pas de changement dans la position américaine sur le Sahara marocain (Joey Hood)

A Rabat, le secrétaire d'Etat adjoint américain aux affaires du Proche-Orient, Joey Hood, a déclaré que les Etats Unis maintiennent leur position sur la souveraineté marocaine sur le Sahara.

Pas de changement dans la position américaine sur le Sahara marocain (Joey Hood)

Le 28 juillet 2021 à 13h29

Modifié 28 juillet 2021 à 14h24

A Rabat, le secrétaire d'Etat adjoint américain aux affaires du Proche-Orient, Joey Hood, a déclaré que les Etats Unis maintiennent leur position sur la souveraineté marocaine sur le Sahara.

Le secrétaire d’Etat adjoint Joey Hood a été reçu ce mercredi 28 juillet à Rabat par le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita.

A une question posée par notre confrère le360, M. Hood a répondu que la position américaine sur le Sahara n’avait subi aucun changement.

Cette nouvelle déclaration à Rabat confirme donc, s’il en était besoin, que les USA n’ont pas changé de position après la reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara le 10 décembre, suivie en janvier par le changement de l’administration américaine.

« Il n’y aucun changement de la position américaine. La seule chose qui a vraiment changé, c’est l’intensité de notre volonté d’aider le processus onusien à aboutir.

« Le but est de produire des résultats probants. Pour cela, nous devons commencer aussi vite que possible par nommer l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour trouver une solution au conflit.

« Une solution qui conviendra à toutes les parties, afin d’aboutir à la paix et à la stabilité régionales.

« C’est le but des Etats-Unis, mais également du Maroc qui est un exportateur de sécurité dans le monde entier depuis de nombreuses années », a-t-il ajouté.

 

Sur le rôle que devra jouer l’administration Biden dans les crises que connaît le Maroc avec ses voisins algériens et espagnols, le diplomate a déclaré que la politique du nouveau président consistait à réduire l’intensité des conflits partout dans le monde pour être en mesure de se concentrer sur les 2 vraies priorité de la planète à savoir vaincre la pandémie et relancer les économies de tous les pays.

« Pour y arriver, nous n’avons d’autre choix que de réduire les tensions comme celles qui existent entre le Maroc, l’Algérie et l’Espagne mais aussi de résoudre la crise libyenne. Nous travaillons donc ensemble pour y parvenir ».

Interrogé sur la portée de la signature, le 22 décembre dernier, d’un accord tripartite Maroc-Israël-USA, le secrétaire-adjoint a estimé que ce rapprochement générera plus d’espoir pour les générations futures.

« En effet, quand il y a contact direct entre les individus, il y a plus de chances d’entente et de compréhension mutuelle pour résoudre les problèmes comme par exemple celui des palestiniens.

« Pour l’administration Biden, la normalisation du Maroc avec Israël ne sera pas au seul bénéfice des deux pays car elle permettra également de mettre fin à la marginalisation des palestiniens.

« Si économiquement, le Maroc pourra profiter de très nombreuses arrivées de touristes israéliens, au niveau politique, la voix du Roi Mohammed VI aura beaucoup plus de poids et d’influence auprès du gouvernement et de la société israélienne.

A une dernière question portant sur la contribution du Maroc pour trouver une solution au dossier libyen, Hood a conclu en déclarant être très optimiste sur le résultat des futures élections du 24 décembre, fruit d’un travail commun avec le Royaume pour aboutir à la paix civile et sociale.

Avant de répondre aux questions de la presse, le Secrétaire d’État adjoint par intérim aux Affaires du Proche-Orient Joey Hood qui sortait d’une rencontre avec Nasser Bourita, ce mercredi matin 28 juillet a fait la déclaration suivante:

« Nous avons eu l’occasion de parler de la façon dont, sous la direction du roi Mohammed VI, nous rendons le partenariat stratégique américano-marocain déjà solide encore plus fort, alors que nous célébrons le bicentenaire de la première mission diplomatique américaine au Maroc – la Légation américaine de Tanger – et plus de 200 ans d’amitié entre nos deux pays.
« Bien sûr, nos relations bilatérales sont encore plus anciennes que cela – elles remontent à l’indépendance des États-Unis, lorsque le Maroc a été le premier pays à reconnaître les États-Unis naissants.
« Nous apprécions le soutien continu et précieux du Maroc sur des questions d’intérêt commun, telles que la paix au Moyen-Orient et la stabilité, la sécurité et le développement dans la région et en Afrique continent.
« Nous travaillons ensemble pour vaincre la pandémie de Covid-19. Rien que le week-end dernier, les États-Unis ont fourni plus de 300.000 vaccins Johnson & Johnson au Maroc. Ces vaccins monodoses renforceront la campagne de vaccination déjà très réussie du Royaume.
« Les États-Unis ont investi plus de 15 millions de dollars dans la réponse marocaine à la pandémie de Covid-19, en travaillant avec le ministère de la Santé et d’autres partenaires pour sensibiliser aux risques du Covid-19, former les travailleurs de la santé, étudier l’efficacité des vaccins …
« Le week-end dernier, nous étions également ravis de voir le vol commercial inaugural de Tel Aviv à Marrakech. Les États-Unis saluent les mesures prises par le Maroc pour améliorer ses relations avec Israël. La relation maroco-israélienne aura des avantages à long terme pour les deux pays.

« Nous apprécions le soutien continu du Maroc aux efforts de l’ONU en Libye, et son soutien au retrait des forces étrangères de Libye et la préparation d’élections nationales réussies dans ce pays — une étape essentielle vers une Libye stable, unifiée et démocratique.
« Concernant le Sahara occidental, nous soutenons un processus politique crédible dirigé par l’ONU pour stabiliser la situation et obtenir la cessation de toute hostilité. Nous consultons les parties sur la meilleure façon d’apporter une fin à la violence et parvenir à un règlement durable.
« Nous soutenons fermement les efforts de l’ONU pour nommer un envoyé personnel du Secrétaire général pour le Sahara occidental le plus rapidement possible. Nous sommes prêts à nous engager activement avec toutes les parties pour soutenir l’envoyé personnel.
« Le Maroc est également un partenaire étroit avec les États-Unis sur une série de questions de sécurité. Il participe dans plus de 100 engagements militaires avec nous chaque année, y compris African Lion – le plus grand exercice militaire américain sur le continent, qui est revenu au Maroc le mois dernier après un an interruption en raison de la pandémie.
« L’an dernier, nous avons signé une feuille de route décennale pour la coopération en matière de défense, symbole de notre engagement à long terme et coopération stratégique.
« Le Maroc est le seul pays d’Afrique avec lequel nous avons un accord de libre-échange, et nous et nos entreprises voient le Maroc comme une porte d’entrée sur le continent. Cette année marque le 15e anniversaire de l’entrée en vigueur de l’ALE. Les deux pays ont grandement bénéficié, grâce à la création de milliers d’emplois et une multiplication par cinq du volume des échanges – à 5 milliards de dollars par an. Plus de 150 entreprises américaines opèrent ici.

« Lors de ma visite, je suis ravi d’avoir la chance d’aller à la Bibliothèque nationale pour voir notre exposition sur le bicentenaire de la Légation et les liens historiques profonds entre nos deux pays.
« Cette exposition est gratuite et ouverte au public et sera présentée à la Bibliothèque nationale jusqu’à octobre, quand il déménagera à la Fondation Slaoui à Casablanca. Veuillez la visiter! »

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

SNEP : Avis de convocation à l’AGO du 24 Juin 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.