La France rappelle ses ambassadeurs aux USA et en Australie

Photo AFP

La France rappelle ses ambassadeurs aux USA et en Australie

Le 17 septembre 2021 à 21h30

Modifié le 17 septembre 2021 à 21h30

La France rappelle pour consultations ses ambassadeurs aux États-Unis et en Australie à cause de la "gravité exceptionnelle" de l'annonce du partenariat Washington-Londres-Canberra débouchant sur l'annulation d'un gros contrat d'achat de sous-marins à la France.

« A la demande du Président, j’ai décidé du rappel immédiat pour consultations de nos ambassadeurs aux Etats-Unis & en Australie. Cette décision exceptionnelle est justifiée par la gravité exceptionnelle des annonces effectuées par l’Australie et les Etats-Unis », annonce vendredi soir 17 septembre Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères, cité par l’AFP.

Le choix de l’Australie de se doter de sous-marins à propulsion nucléaire en partenariat avec les Etats-Unis et le Royaume-Uni, au détriment d’un contrat passé avec l’industriel français Naval Group, est une « décision regrettable », avait affirmé jeudi le gouvernement français.

« C’est une décision contraire à la lettre et à l’esprit de la coopération qui prévalait entre la France et l’Australie, fondée sur une relation de confiance politique comme sur le développement d’une base industrielle et technologique de défense de très haut niveau en Australie », a dénoncé le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

« Le choix américain qui conduit à écarter un allié et un partenaire européen comme la France d’un partenariat structurant avec l’Australie, au moment où nous faisons face à des défis sans précédent dans la région Indopacifique (…) marque une absence de cohérence que la France ne peut que constater et regretter », a-t-il ajouté.

« La décision regrettable qui vient d’être annoncée (…) ne fait que renforcer la nécessité de porter haut et fort la question de l’autonomie stratégique européenne. Il n’y a pas d’autre voie crédible pour défendre nos intérêts et nos valeurs dans le monde », a poursuivi le ministère.

L’Australie, les Etats-Unis et le Royaume-Uni avaient annoncé mercredi 15 septembre, un vaste partenariat de sécurité dans la zone indo-pacifique. Londres et Washington se sont notamment engagés à « soutenir l’Australie dans l’acquisition de sous-marins à propulsion nucléaire », selon un communiqué commun des trois partenaires.

Cette annonce spectaculaire torpille une gigantesque commande de sous-marins conventionnels passée par l’Australie à la France en 2016, « un contrat du siècle » pesant 56 milliards d’euros.

A l’origine de l’incendie dans les relations américano-françaises, la nouvelle alliance « indo-pacifique » annoncée mercredi par le président Biden, avec le Royaume-Uni et l’Australie.

Ce partenariat stratégique baptisé « AUKUS », clairement dévolu à contrer les ambitions grandissantes de la Chine dans la région, inclut la fourniture de sous-marins américains à propulsion nucléaire à Canberra — et sort de fait les Français du jeu.

« Amertume »

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian n’a pas eu de mots assez durs pour évoquer sa « colère » et son « amertume » après cette « décision unilatérale, brutale, imprévisible ».

Dénonçant un « coup dans le dos », il a comparé jeudi la méthode Biden « à ce que faisait » son prédécesseur Donald Trump — un affront pour le président démocrate soucieux de se démarquer du milliardaire républicain.

« Cela ne se fait pas entre alliés », a martelé le responsable français, qui avait négocié le « contrat du siècle » lorsqu’il était ministre de la Défense en 2016.

Ce gigantesque contrat de 90 milliards de dollars australiens (56 milliards d’euros) prévoyait la fourniture de 12 sous-marins français à propulsion conventionnelle à l’Australie. Dans le cadre du nouveau partenariat entre Washington, Londres et Canberra, l’Australie a rompu cet accord et bénéficiera, à terme, de sous-marins à propulsion nucléaire proposés par ses alliés anglo-saxons.

« Les Français avaient une version qui n’était pas supérieure à celle qui est utilisée par les Etats-Unis et le Royaume-Uni, et en fin de compte, notre décision s’est basée sur ce qui est dans l’intérêt de notre sécurité nationale », a justifié jeudi le ministre australien de la Défense, Peter Dutton, lors d’une visite à Washington.

A ses côtés, la cheffe de la diplomatie australienne Marise Payne a elle estimé que « le leadership des Etats-Unis dans l’Indo-Pacifique » demeurait « indispensable ».

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Nadia Fettah présente le PLF 2022 au parlement

Covid : Khalid Ait Taleb réponds au parlement