Les chiffres du rebond économique au Maroc, selon HCP

En 2020, l'économie marocaine a subi un double choc: d'une part, la pandémie de Covid et la crise qu'elle a provoquée; d'autre part, la sècheresse. Le dernier arrêté des comptes nationaux fait ressortir la récession qui en a découlé à 6,1% du PIB.

Les chiffres du rebond économique au Maroc, selon HCP

Le 4 octobre 2021 à 13h40

Modifié 4 octobre 2021 à 14h08

En 2020, l'économie marocaine a subi un double choc: d'une part, la pandémie de Covid et la crise qu'elle a provoquée; d'autre part, la sècheresse. Le dernier arrêté des comptes nationaux fait ressortir la récession qui en a découlé à 6,1% du PIB.

Cette année 2021, l’excellente campagne agricole permet d’effacer l’un des deux chocs. Pour le reste, on constate au cours des deux trimestres 2021, une nette amélioration par rapport à l’année écoulée. Différentes sources importantes de données et d’estimations macro-économiques, estiment que l’année 2021 verra une croissance entre 5% et 6% du PIB.

Pour le 1er trimestre, l’arrêté du HCP a fait ressortir une croissance de 1% comparativement au 1er trimestre 2020.

Pour le 2e trimestre, la croissance est de 15,2% comparativement au 2e trimestre 2020 (celui du confinement générale).

En faisant la moyenne arithmétique des deux taux, on obtient une croissance de 8,1% pour le 1er semestre 2021. En effectuant la comparaison des moyennes, ou des cumuls en volume et en les comparant pour les deux semestres, on obtient une croissance de 7,6%. Nous restons, donc, à un chiffre élevé qui permet d’espérer une très bonne année de rattrapage.

Les chiffres en détail

L’arrêté des comptes nationaux publié par le HCP fait ressortir une croissance de l’économie nationale à 15,2% au deuxième trimestre 2021, au lieu d’une forte baisse de 14,2% durant le même trimestre de l’année précédente. Ce rebond est le résultat d’une forte hausse de 18,6% de l’activité agricole et de 14,8% des activités non agricoles.
Tirée par la demande intérieure, cette croissance a été réalisée, dans le contexte d’une inflation maîtrisée et d’une aggravation du besoin de financement de l’économie nationale.

Rebond de l’économie nationale

La valeur ajoutée en volume du secteur primaire, après correction des variations saisonnières, a augmenté de 21,8% au cours du deuxième trimestre de l’année 2021, au lieu d’une baisse de 6,1% réalisée, durant la même période en 2020. Cette évolution est due à la hausse de l’activité de l’agriculture de 18,6%, au lieu d’une baisse de 7,6% une année, auparavan,t et de celle de la pêche de 57,9% au lieu de 10,5%.

La valeur ajoutée du secteur secondaire a connu une augmentation de 19,5%, après un recul de 15,6% durant le deuxième trimestre de l’année précédente. Ce rebond a été le résultat de la baisse de la valeur ajoutée de l’industrie d’extraction de 1,1%, au lieu d’une hausse de 7,8%, conjugué à une hausse de celle des activités :

-des industries de transformation, avec 22,8%, au lieu d’une baisse de 20,8% ;

-du bâtiment et travaux publics, avec 21,9%, au lieu d’une baisse de 12,4% ;

-de l’électricité et eau, avec 15,5%, au lieu d’une baisse de 11,5%.

La valeur ajoutée du secteur tertiaire a, de son côté, affiché une hausse de 11,6%, après avoir baissé de 14,6% le même trimestre de l’année 2020. Elle a été marquée par la hausse des activités :

-des hôtels et restaurants, avec 82,1%, au lieu d’une forte baisse de 90,6% ;
-des transports, avec 42,5%, au lieu d’une forte baisse de 60,4%;
-du commerce, avec 30,2%, au lieu d’une baisse de 25,5% ;
-des services rendus aux ménages et aux entreprises, avec 16,8%, au lieu d’une baisse de 8,5% ;

-des services financiers et assurances, avec 0,2%, au lieu d’une baisse de 0,1% ;

et par le ralentissement de celles :

-des services rendus par l’Administration publique générale et la sécurité sociale à 2,9% au lieu de 4%;
-des services de l’éducation, de la santé et de l’action sociale à 1,9% au lieu de 2,7%.

Dans ces conditions et, tenant compte de la hausse de 14,5% des impôts sur les produits nets des subventions, le Produit Intérieur Brut (PIB) en volume a enregistré un rebond de 15,2% durant le deuxième trimestre 2021, au lieu d’une récession de 14,2% une année auparavant.

Aux prix courants, le PIB a connu une augmentation de 16,8% durant le deuxième trimestre 2021. De ce fait, la hausse du niveau général des prix a été de 1,6%, au lieu d’une baisse de 0,4% une année passée.

Demande intérieure en augmentation

La demande intérieure a progressé de 16,7% au deuxième trimestre 2021, au lieu d’une baisse de 12,7% la même période de l’année 2020, contribuant ainsi pour 18,2 points à la croissance économique nationale, au lieu d’une contribution négative de 13,8 points.

Dans ce cadre, les dépenses de consommation finale des ménages ont connu une hausse de 15,2%, au lieu d’une baisse de 16,8%, contribuant pour 8,5 points à la croissance, au lieu d’une contribution négative de 9,8 points. De même, la consommation finale des administrations publiques a affiché une augmentation de 4,8% au lieu de 3%, avec une contribution à la croissance de 1,1 point au lieu de 0,6 point.

De son côté, l’investissement brut (formation brute de capital fixe et variation de stocks) a enregistré une hausse de 28,9%, au lieu d’une forte baisse de 15,1%, avec une contribution à la croissance de 8,6 points, au lieu d’une contribution négative de 4,7 points, durant le même trimestre de l’année précédente.

Une contribution négative des échanges extérieurs

Les exportations ont affiché une hausse de 25,6% durant le deuxième trimestre 2021, au lieu d’une baisse de 32,3%, avec une contribution à la croissance de 7,7 points, au lieu d’une contribution négative de 12,7 points. De leur côté, les importations de biens et services ont augmenté de 27,2%, au lieu d’une baisse de 25,7%, avec une contribution à la croissance négative de 10,7 points, au lieu d’une contribution positive de 12,4 points une année passée.

Dans ce cadre, les échanges extérieurs de biens et services ont continué à dégager une contribution négative à la croissance, se situant à 3 points, au lieu de 0,4 point le même trimestre de l’année précédente.

Aggravation du besoin de financement de l’économie

Aux prix courants, avec la hausse du PIB de 16,8%, au lieu d’une baisse de 14,6% et l’augmentation des revenus nets reçus du reste du monde de 44,9% au lieu de 22,9%, le revenu national brut disponible a connu une progression de 17,2%, au lieu d’une baisse de 12,2%, durant le deuxième trimestre de l’année 2020.

Compte tenu de la hausse de 13,3% de la consommation finale nationale en valeur, au lieu d’une baisse de 10,8% enregistrée une année auparavant, l’épargne nationale s’est située à 30,5% du PIB au lieu de 27,7%.

L’investissement brut a atteint 33,4% du PIB au lieu de 29%, durant le même trimestre de l’année précédente. Le besoin de financement de l’économie nationale a connu ainsi une hausse, passant de 1,3% du PIB à 2,9%.

Le Maroc est sur une bonne trajectoire de croissance, selon Ahmed Lahlimi

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

SALAFIN : Publication des résultats relatifs à l’opération d’augmentation de capital

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Essaouira : Journée économique Maroc-France de la Chambre française de commerce et d’industrie