Dr Merabet : « Si la baisse des indicateurs se poursuit, le Maroc passera au vert »

La situation épidémiologique du Royaume continue de s’améliorer pour la 10e semaine consécutive. Tous les indicateurs poursuivent leur baisse, et le niveau de transmission du Sars-Cov-2 reste modéré. Tout repose à présent sur le bon déroulement de la rentrée scolaire, et la poursuite de la campagne nationale de vaccination dans de bonnes conditions, pour espérer enfin reprendre une vie normale.

Dr Merabet : « Si la baisse des indicateurs se poursuit, le Maroc passera au vert »

Le 8 octobre 2021 à 10h49

Modifié 8 octobre 2021 à 14h02

La situation épidémiologique du Royaume continue de s’améliorer pour la 10e semaine consécutive. Tous les indicateurs poursuivent leur baisse, et le niveau de transmission du Sars-Cov-2 reste modéré. Tout repose à présent sur le bon déroulement de la rentrée scolaire, et la poursuite de la campagne nationale de vaccination dans de bonnes conditions, pour espérer enfin reprendre une vie normale.

Joint par nos soins, Dr Mouad Merabet, coordonnateur du Centre national d’opérations d’urgence de santé publique au ministère de la Santé, estime que l’amélioration de la situation sanitaire est principalement due à la vaccination, au respect individuel et collectif des mesures préventives, ainsi qu’au respect du protocole sanitaire thérapeutique national.

Le niveau de criticité bientôt au vert ?

Notre interlocuteur nous fait ainsi savoir que « tous les indicateurs poursuivent leur baisse depuis le début de la semaine en cours jusqu’au jeudi 7 octobre (du 4 au 7 octobre, NDLR), par rapport à la même période de la semaine passée (du 27 au 30 septembre, NDLR) ».

« Le nombre de nouveaux cas a baissé de 39%, celui des décès de 26% et celui des nouvelles admissions en réanimation de 39%. Ce sont ainsi de très bons indicateurs, qui confirment la phase descendante de la 3e vague due au variant Delta. Si la baisse de ces indicateurs se poursuit dans les semaines qui viennent, et que toutes les régions passent au vert, on se retrouvera bientôt dans une zone de criticité verte. »

Dr Merabet nous explique que « même si on a une bonne moyenne nationale en termes d’indicateurs, le risque d’un regain de l’épidémie reste présent tant que l’une des douze régions du Royaume n’est pas au vert. La transmission du Covid démarre toujours dans une zone géographique pour s’étendre aux autres. On ne pourra donc dire que la 3e vague est dépassée et que la situation épidémiologique est bonne, que lorsqu’on aura toutes les régions au vert ».

Ce que l’on peut avancer actuellement, c’est que « les indicateurs vont dans le bon sens« , a-t-il souligné, notant que « la situation se calme dans les services de réanimation, et que le nombre de tests réalisés par jour est en baisse. C’est un signe d’amélioration, puisque lorsque ce dernier est élevé, cela implique un grand nombre de cas symptomatiques et leurs contacts ».

Casablanca-Settat pourrait prochainement passer en zone orange

D’après Dr Merabet, 4 régions sont actuellement au niveau vert, 7 au niveau orange et une seule reste au niveau rouge. Il s’agit de Casablanca-Settat. 

En effet, les bilans quotidiens du ministère de la Santé démontrent que les régions les plus touchées par le virus sont Casablanca-Settat et Rabat-Salé-Kénitra. « Certes, ces régions sont celles qui comptent le plus grand nombre de cas quotidiens, mais la situation épidémiologique s’y est beaucoup améliorée, permettant à de Rabat-Salé-Kénitra de passer en zone orange cette semaine. »

Casablanca-Settat est encore au rouge « parce qu’il s’agit de la plus grande région du Maroc, qui reçoit les cas de toutes les petites communes qui l’entourent. C’est une région où il y a une bonne offre en termes de testing, de cliniques privées, de CHU et de laboratoires. Il s’agit également d’une région active, qui compte plusieurs sociétés, industries et usines. Et comme dans toutes les grandes régions du monde, le niveau de contamination y est plus élevé que dans le reste des régions. Toutefois, elle pourrait passer en zone orange la semaine prochaine ».

Des craintes pour la rentrée scolaire?

Selon le coordonnateur du Centre national d’opérations d’urgence de santé publique au ministère de la Santé, le défi que nous devons à présent réussir est celui de la rentrée scolaire, mais aussi de l’allègement des restrictions.

En effet, la rentrée scolaire a eu lieu le 1er octobre, et a concerné au moins 11 millions d’élèves au niveau national. A l’occasion, un protocole sanitaire a été mis en place par le ministère de l’Éducation nationale pour éviter la propagation du virus dans les écoles et garantir son bon déroulement.

« Les indicateurs de celle-ci ne sont pas visibles actuellement. On ne peut donc pas encore se prononcer. » Ils ne le seront que dans une dizaine de jours, soit vers la mi-octobre.

Notre source reste toutefois optimiste. « Personnellement, je pense que l’apparition d’une grande vague suite à la rentrée scolaire, est très peu probable, mais rien n’est sûr, nous confie-t-il. Toutes les conditions sont là pour éviter la propagation du virus dans les établissements. Il faut simplement les respecter et poursuivre la vaccination. »

Notons qu’au 6 octobre, 900.000 élèves ont été complètement vaccinés, contre 2,34 millions primo-vaccinés. L’administration de la troisième dose se poursuit et cible notamment le corps enseignant, « ce qui pourrait jouer un rôle pour freiner la transmission du Covid ».

Dr Merabet souligne par ailleurs que « l’allègement des mesures barrières, décidé par le gouvernement le 1er octobre, doit également être pris en considération. Le couvre-feu a été repoussé à 23h », et la capacité d’accueil a été élargie dans les cafés et restaurants, ce qui implique davantage de risque. La vigilance reste donc de mise, ajoute-t-il, en insistant sur la nécessité de respecter les mesures préventives.

Les prévisions sont positives pour les prochains jours

« En dehors de la rentrée scolaire et de l’allègement des restrictions, les prévisions pour les prochains jours sont positives », nous confie Dr Mohamed Merabet.

« La 3e vague a été très difficile, et on ne veut plus revivre une vague semblable. Pour l’instant, il n’y a pas de variant préoccupant qui circule. Selon l’OMS, Delta est celui qui domine dans la majorité des pays. »

« On reste donc optimiste, et on espère que les mesures préventives individuelles et collectives seront respectées. Ce point est très important. Ceux qui l’ont fait ont pu être épargnés par la maladie. »

Pour ce qui est de la levée complète des mesures restrictives en vigueur, notre source nous confie que « l’évaluation de la situation épidémiologique par le ministère de la Santé est prise en compte dans la prise de décision ». Mais celle-ci reste plutôt du ressort du gouvernement.

Rappelons qu’au 7 octobre, le Royaume compte plus de 19,9 millions de personnes totalement vaccinées, contre 22,99 millions primo-vaccinés, et 111.577 personnes ayant reçu la 3e dose.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

JAIDA : Avis de convocation des actionnaires à l’AGO annuelle

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.