Conserves de poisson : les industriels veulent avoir un accès prioritaire au poisson pélagique   

«L’industrie de de la conserve de poisson vit une crise sans précédent», alerte l’Unicop. Pour l’Union nationale de l’industrie de la conserve de poisson, deux facteurs sont à l’origine de cette  situation : la rareté de la ressource halieutique et la concurrence entre les activités de traitement du poisson.

Conserves de poisson : les industriels veulent avoir un accès prioritaire au poisson pélagique   

Le 12 octobre 2021 à 15h01

Modifié 12 octobre 2021 à 15h38

«L’industrie de de la conserve de poisson vit une crise sans précédent», alerte l’Unicop. Pour l’Union nationale de l’industrie de la conserve de poisson, deux facteurs sont à l’origine de cette  situation : la rareté de la ressource halieutique et la concurrence entre les activités de traitement du poisson.

En clair, la  congélation et la farine de poisson seraient mieux fournies en matière première que les conserveries. Ce qui aggrave davantage la situation de ces unités qui valorisent, au mieux, les petits pélagiques et à leur tête la sardine. L’expression matière première désigne ici le poisson frais.

Du coup, les conserveries tournent actuellement à moins de 40% de leurs capacités. Et pour cause ! L’approvisionnement des usines a chuté de plus de moitié, entre le premier semestre de 2019 et celui de cette année. Il est ainsi passé de 131.800 tonnes à 56.700 t, soit une baisse de 57%.

Parallèlement, les débarquements des petits pélagiques n’ont baissé que de 7%, sur les huit premiers moins de 2021, en comparaison avec la même période de 2020 : 590.000 t contre 630.340 t (source : Office national des pêches).

Ce qui paraît justifier la demande de la profession quant à l’accès prioritaire à la matière première. Ceci, en observant les critères requis pour chacune des destinations du poisson.

Parallèlement, la profession exige, comme le recommande l’Institut nationale de recherche halieutique (INRH), d’appliquer un repos biologique total pour favoriser la reconstitution des stocks. De même qu’il faut mettre fin à la surpêche, via l’application d’un plan de zoning.

Pour le moment, l’impact sur les exportations est alarmant. La baisse des volumes exportés ayant été estimée par la profession à 25% par rapport à la même période de 2020. Et les prévisions pour la fin de l’année anticipent un plongeon de 40%.

Et ce, dans un contexte de renchérissement des coûts d’intrants et de logistique.

Entre la flambée des coûts des intrants et les problèmes d’approvisionnement, les prix de revient explosent depuis plusieurs mois.

«Les conserveurs étaient dans l’obligation d’accepter des hausses qui ont alourdi leurs coûts de revient. Le prix des huiles végétales, soja, tournesol et huile d’olive ont connu des flambées dépassant parfois 100%. Il en est de même pour l’emballage carton et la boîte métalliques. D’où la demande de la profession «d’imposer un droit de regard de l’État sur les monopoles et de limiter les hausses qui seraient injustifiées». L’allusion est faite ici à Crown Packaging qui assure 85% du marché des emballages métalliques.

Or, le recours à l’import est inapproprié, en raison des délais particulièrement longs que nécessiterait ce genre d’opération.

Pour l’Unicop, «il est urgent de déployer un plan de sauvegarde de leur activité. A commencer par un soutien financier qui ciblerait la logistique à l’export, la formation technique et la promotion extérieure».

20% de la balance commerciale alimentaire

L’activité des conserves de poisson est la branche la plus ancienne du secteur agroalimentaire au Maroc. Les premières usines remontent aux années 1940. C’est également la branche qui a le plus diversifié ses marchés. Elle exporte vers 123 pays des quatre continents.

Sa part dans la balance commerciale alimentaire est estimée à 20%, soit l’équivalent des tomates et agrumes réunis. La capacité de production installée s’élève à 850.000 t, mais elle reste exploitée à moins de la moitié. La stratégie Halieutis prévoyait de la porter à 80% à l’horizon 2020.

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Résultats semestriels 2020 de la société AFRIC INDUSTRIES

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.