Sekkouri : « Le million d’emplois promis sera porté, en grande partie, par les plans sectoriels »

Comment l'objectif d'un million d'emploi a-t-il été fixé ? De quoi se compose-t-il ? Comment sera-t-il réalisé ? Le programme Awrach fait-il partie de cet objectif ? Ce sont certaines des questions que nous avons posées au ministre de l’Inclusion économique, de la petite entreprise, de l’emploi et des compétences. Voici ses réponses.

Sekkouri : « Le million d’emplois promis sera porté, en grande partie, par les plans sectoriels »

Le 25 novembre 2021 à 21h17

Modifié 26 novembre 2021 à 17h02

Comment l'objectif d'un million d'emploi a-t-il été fixé ? De quoi se compose-t-il ? Comment sera-t-il réalisé ? Le programme Awrach fait-il partie de cet objectif ? Ce sont certaines des questions que nous avons posées au ministre de l’Inclusion économique, de la petite entreprise, de l’emploi et des compétences. Voici ses réponses.

La question de l’emploi est au centre du programme gouvernemental. Les trois partis de la majorité promettent d’apporter des solutions concrètes à même de créer des emplois et de résorber une partie du chômage. Un chômage qui a été aggravé par la crise Covid, qui a frappé de plein fouet le monde et le Maroc.

L’emploi au cœur de l’action gouvernementale se matérialise par une promesse concrète : un million d’emplois en cinq ans.

Ainsi, dans le PLF 2022, le gouvernement vient avec un programme dédié à l’emploi, dit « d’urgence », ayant pour objectif de créer 250.000 emplois en deux ans, avec un investissement public de 2,25 MMDH la première année.

D’autres chiffres, parfois contradictoires, ont été avancés par différents membres du gouvernement, en diverses occasions. Ce qui rend la lecture de la ‘stratégie emploi’ un peu floue, ou donne du moins l’impression que le gouvernement ne sait pas encore comment réaliser ses promesses.

Pour apporter un éclairage sur la plus importante promesse du gouvernement Akhannouch, Médias24 a interrogé Younes Sekkouri. Le nouveau ministre de l’Inclusion économique, de la petite entreprise, de l’emploi et des compétences, hérite d’un « super » ministère avec un périmètre large, ayant toutefois pour dénominateur commun la création d’emplois.

À la question principale de savoir comment ce million d’emplois sera créé, le ministre répond : « Le gouvernement prend ses responsabilités mais de façon un peu, disons, scientifique. Dans cet esprit, nous avons un peu plus d’un million. »

Il explique que le million d’emplois sera porté par des plans sectoriels. « 200.000 emplois proviendront du plan Génération Green. Il y a un programme, il y a du financement, il y a de l’expérience sur le sujet… On a donc la possibilité de se projeter », avance-t-il.

« 100.000 emplois proviendront du programme Halieutis, parce que les filières de la pêche en amont et dans la transformation sont importantes. La substitution aux importations, c’est 100.000 emplois. Les métiers sociaux permettront de créer quelque chose comme 100.000 emplois. L’administration, enfin, c’est 250.000 emplois », énumère le ministre.

« L’idée, c’est qu’avec ces données-là, vous êtes dans un chiffre qui avoisine le million. N’oublions pas que nous avons d’autres programmes comme le plan d’accélération industrielle, la charte de l’investissement… Naturellement, nous n’allons pas attendre que l’économie reprenne son souffle dans tous les secteurs ; c’est pour cela que nous avons pensé au programme d’urgence », ajoute Younes Sekkouri, qui ne précise pourtant pas clairement si les 250.000 emplois temporaires du programme Awrach sont comptés dans le million ou pas.

« La politique de l’emploi a ce privilège ou ce défaut d’être à la fois proactive ; vous ne maîtrisez pas l’avenir, on l’a vu avec la crise Covid. Mais en même temps, vous devez faire du structurel pour être sûr d’avancer », poursuit le ministre. Ce dernier assure, à l’inverse de son collègue du gouvernement Mustapha Baitas, que « le million d’emplois se constitue de la répartition sectorielle » détaillée plus haut.

« Naturellement, il restera une partie qui est en interaction avec l’offre et la demande mondiales. N’oublions pas que nous dépendons également des partenaires internationaux. Cela dit, nous essayons de sécuriser au maximum. Nous allons être très agressifs ; c’est ce que vous allez voir dans les jours et semaines qui viennent sur des sujets précis concernant l’investissement et les programmes sectoriels », promet-il.

Mais il n’y a pas que cela. Le ministre confie à Médias24 que le statut de l’auto-entrepreneur subira une réforme. « L’une des problématiques de ce statut, c’est qu’il ne permet pas de recruter des personnes. C’est l’une des choses sur laquelle nous allons travailler : c’est une amélioration en substance de ce statut pour mettre ce dispositif au service de nos concitoyens. »

 

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Avis de convocation AGO et AGE de la Sociétés Aluminium du Maroc

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.