Selon Jean-Marc Grosfort, directeur du développement de Mariott pour l’Afrique et le Moyen Orient, le groupe américain va s’intéresseraux stations balnéaires en cours de développement dans le royaume.

 

Comment allez-vous déployer la marque Marriott dans le royaume ?
Nous avons plusieurs projets au Maroc. Les Ritz Carlton de Tamuda Bay - 100 suites - et de Rabat - 120 suites - sont déjà en construction, ainsi que le Marriott de Rabat avec 186 chambres qui ouvrira en 2015. Nous allons aussi ouvrir un JW Mariott à la marina de Casablanca de 300 chambres, sous la forme d’une grande tour de 40 étages signée par le cabinet d’architectes WATG. Nous sommes également très intéressés par le développement des stations balnéaires. Nous souhaiterions notamment nous implanter dans une ou deux d’entre elles.


Quels sont les montants en jeu pour ces ouvertures ?
Marriott gère les hôtels mais ne les construit pas. Cela est du ressort de nos partenaires qui investissent les fonds nécessaires. Pour un hôtel économique de notre marque Courtyard, le coût par chambre est de 120 à 150 000 $. Pour un Marriott, il faut compte 200 à 250 000 $ par chambre, et pour un Ritz Carlton, de 500 000 à 1 000 000 $ par chambre. Les Mariott que nous construisons en Afrique comptent en général 200 chambres, soit un investissement de 4 à 5 M $ par hôtel.


Pourquoi Marriott se développe-t-il au Maroc, et plus généralement en Afrique ?
L’Afrique représente en quelque sorte notre nouvelle frontière. Nous sommes encore très peu présents avec seulement un établissement à Tlemcen en Algérie sur 3.800 dans le monde, mais nous avons de nombreux projets sur le continent. A terme, nous souhaitons avoir entre 50 et 80 hôtels du nord au sud de l’Afrique, dont la moitié seront des établissements de catégorie économique. Nous avons établi une liste des pays africains dans lesquels nous voulons résolument nous développer. Parmi les 5 premiers, nous trouvons le Maroc, l’Algérie, le Nigeria, l’Afrique du Sud et l’Angola. Ces pays présentent les meilleures conditions pour nous sur le continent en termes de sécurité des personnes, d’environnement des affaires et de potentiel du marché.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Selon Jean-Marc Grosfort, directeur du développement de Mariott pour l’Afrique et le Moyen Orient, le groupe américain va s’intéresseraux stations balnéaires en cours de développement dans le royaume.

 

Comment allez-vous déployer la marque Marriott dans le royaume ?
Nous avons plusieurs projets au Maroc. Les Ritz Carlton de Tamuda Bay - 100 suites - et de Rabat - 120 suites - sont déjà en construction, ainsi que le Marriott de Rabat avec 186 chambres qui ouvrira en 2015. Nous allons aussi ouvrir un JW Mariott à la marina de Casablanca de 300 chambres, sous la forme d’une grande tour de 40 étages signée par le cabinet d’architectes WATG. Nous sommes également très intéressés par le développement des stations balnéaires. Nous souhaiterions notamment nous implanter dans une ou deux d’entre elles.


Quels sont les montants en jeu pour ces ouvertures ?
Marriott gère les hôtels mais ne les construit pas. Cela est du ressort de nos partenaires qui investissent les fonds nécessaires. Pour un hôtel économique de notre marque Courtyard, le coût par chambre est de 120 à 150 000 $. Pour un Marriott, il faut compte 200 à 250 000 $ par chambre, et pour un Ritz Carlton, de 500 000 à 1 000 000 $ par chambre. Les Mariott que nous construisons en Afrique comptent en général 200 chambres, soit un investissement de 4 à 5 M $ par hôtel.


Pourquoi Marriott se développe-t-il au Maroc, et plus généralement en Afrique ?
L’Afrique représente en quelque sorte notre nouvelle frontière. Nous sommes encore très peu présents avec seulement un établissement à Tlemcen en Algérie sur 3.800 dans le monde, mais nous avons de nombreux projets sur le continent. A terme, nous souhaitons avoir entre 50 et 80 hôtels du nord au sud de l’Afrique, dont la moitié seront des établissements de catégorie économique. Nous avons établi une liste des pays africains dans lesquels nous voulons résolument nous développer. Parmi les 5 premiers, nous trouvons le Maroc, l’Algérie, le Nigeria, l’Afrique du Sud et l’Angola. Ces pays présentent les meilleures conditions pour nous sur le continent en termes de sécurité des personnes, d’environnement des affaires et de potentiel du marché.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.