Les dégâts, qui n’ont pas été évalués précisément, pourraient atteindre les 10 MMDH.

Lors d'une session extraordinaire du Conseil de la province de Tiznit, tenue mercredi 10 décembre, le premier vice-président du conseil Lahcen Benouari a livré une estimation du coût du plan d'urgence destiné à la réfection de la province, selon les informations publiées par Tiznitnews

Pas moins de 1 milliard et 585 millions de DH seront nécessaires pour remettre en état les infrastructures et les services de la province de Tiznit, après les récentes inondations, selon la même source. L'enveloppe se répartit comme suit: 

- 300 millions de DH pour l'équipement et les routes.

- 200 millions de DH pour l'agence du bassin hydraulique.

- 200 millions de DH pour l'agriculture et la pêche. 

- 200 millions de DH pour l'habitat et l'urbanisme.

- 250 millions de DH pour l'eau potable.

- 50 millions de DH pour l’électricité.

- 20 millions de DH pour l'éducation.

- 10 millions de DH pour la santé.

- 255 millions de DH pour les équipements communaux.

- 20 millions de DH pour les télécommunications

D'autres charges ont été évoquées par M. Benouari, comme la restauration des monuments historiques et des mosquées et la protection de l'environnement.

Concernant l'équipement et les routes, la priorité est de remettre en état les routes de la province et la reconstruction des ouvrages d'art effondrés.

Pour l'habitat, M. Benouari a révélé que plus de 1.600 habitations sont ou totalement ou partiellement effondrées, ou menacées d'effondrement, dans les différentes communes de la province. 200 millions de DH devront, au minimum, être mobilisées pour la reconstruction ou la restauration.

Le Conseil de la province préconise, concernant l'agriculture, la construction de barrages et de digues pour canaliser l'eau des pluies.

Les équipements communaux, durement touchés, nécessiteront 255 millions de DH. Au programme, le renforcement des bases de la protection civile dans la région, la reconstruction des bâtiments détruits ou endommagés et la reprise des services communaux interrompus. L'enveloppe nécessaire devra, toujours selon M. Benouari, être fournie par le ministère de l'Intérieur (200 millions de DH), les communes urbaines et rurales (25 millions de DH), le Conseil de la province (20 millions) et le Conseil de la région de Souss-Massa-Drâa (10 millions).

Au vu de l'étendue des dégâts et des fonds exigés par la seule province de Tiznit, le fonds public de solidarité, destiné aux catastrophes naturelles et doté d'un capital de 2,5 milliards de DH, serait bien insuffisant pour couvrir le tout. Avant de l'activer, le gouvernement doit, au préalable, déclarer sinistrées les régions touchées.

Récemment, devant le parlement, le ministre de l’Intérieur Mohamed Hassad a révélé que l’Etat cherche des ressources supplémentaires à octroyer aux collectivités locales, pour les aider à faire face à la situation. Les collectivités locales reçoivent (valeur 2013) 24 milliards de DH de produit de la TVA, dont 20 milliards de DH couvrent les frais de fonctionnement. Il ne reste donc que 4 milliards de DH.

De son côté, le ministère de l’Equipement et des Transports prendra en charge la remise en état des routes et des ponts, pour près de 1 milliard de DH comme l’a annoncé récemment Aziz Rabbah, ministre de tutelle.

Guelmim a été déclarée zone sinistrée, ouvrant la voie au recours au Fonds public de solidarité destiné aux catastrophes naturelles. Mais il n’en est pas de même des autres régions, dont certaines sont extrêmement éprouvées.

Les ministères de l’Intérieur et des Transports sont en train d’élaborer un plan d’urgence pour les provinces touchées. A cela, il faudra ajouter les coûts de futurs plans anti inondations pour ces régions.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Les dégâts, qui n’ont pas été évalués précisément, pourraient atteindre les 10 MMDH.

Lors d'une session extraordinaire du Conseil de la province de Tiznit, tenue mercredi 10 décembre, le premier vice-président du conseil Lahcen Benouari a livré une estimation du coût du plan d'urgence destiné à la réfection de la province, selon les informations publiées par Tiznitnews

Pas moins de 1 milliard et 585 millions de DH seront nécessaires pour remettre en état les infrastructures et les services de la province de Tiznit, après les récentes inondations, selon la même source. L'enveloppe se répartit comme suit: 

- 300 millions de DH pour l'équipement et les routes.

- 200 millions de DH pour l'agence du bassin hydraulique.

- 200 millions de DH pour l'agriculture et la pêche. 

- 200 millions de DH pour l'habitat et l'urbanisme.

- 250 millions de DH pour l'eau potable.

- 50 millions de DH pour l’électricité.

- 20 millions de DH pour l'éducation.

- 10 millions de DH pour la santé.

- 255 millions de DH pour les équipements communaux.

- 20 millions de DH pour les télécommunications

D'autres charges ont été évoquées par M. Benouari, comme la restauration des monuments historiques et des mosquées et la protection de l'environnement.

Concernant l'équipement et les routes, la priorité est de remettre en état les routes de la province et la reconstruction des ouvrages d'art effondrés.

Pour l'habitat, M. Benouari a révélé que plus de 1.600 habitations sont ou totalement ou partiellement effondrées, ou menacées d'effondrement, dans les différentes communes de la province. 200 millions de DH devront, au minimum, être mobilisées pour la reconstruction ou la restauration.

Le Conseil de la province préconise, concernant l'agriculture, la construction de barrages et de digues pour canaliser l'eau des pluies.

Les équipements communaux, durement touchés, nécessiteront 255 millions de DH. Au programme, le renforcement des bases de la protection civile dans la région, la reconstruction des bâtiments détruits ou endommagés et la reprise des services communaux interrompus. L'enveloppe nécessaire devra, toujours selon M. Benouari, être fournie par le ministère de l'Intérieur (200 millions de DH), les communes urbaines et rurales (25 millions de DH), le Conseil de la province (20 millions) et le Conseil de la région de Souss-Massa-Drâa (10 millions).

Au vu de l'étendue des dégâts et des fonds exigés par la seule province de Tiznit, le fonds public de solidarité, destiné aux catastrophes naturelles et doté d'un capital de 2,5 milliards de DH, serait bien insuffisant pour couvrir le tout. Avant de l'activer, le gouvernement doit, au préalable, déclarer sinistrées les régions touchées.

Récemment, devant le parlement, le ministre de l’Intérieur Mohamed Hassad a révélé que l’Etat cherche des ressources supplémentaires à octroyer aux collectivités locales, pour les aider à faire face à la situation. Les collectivités locales reçoivent (valeur 2013) 24 milliards de DH de produit de la TVA, dont 20 milliards de DH couvrent les frais de fonctionnement. Il ne reste donc que 4 milliards de DH.

De son côté, le ministère de l’Equipement et des Transports prendra en charge la remise en état des routes et des ponts, pour près de 1 milliard de DH comme l’a annoncé récemment Aziz Rabbah, ministre de tutelle.

Guelmim a été déclarée zone sinistrée, ouvrant la voie au recours au Fonds public de solidarité destiné aux catastrophes naturelles. Mais il n’en est pas de même des autres régions, dont certaines sont extrêmement éprouvées.

Les ministères de l’Intérieur et des Transports sont en train d’élaborer un plan d’urgence pour les provinces touchées. A cela, il faudra ajouter les coûts de futurs plans anti inondations pour ces régions.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.