C’est Omar Faraj qui prend les commandes de la Direction des impôts (DGI). Ce grand commis de l’Etat, 58 ans, travaille dans la fonction publique depuis maintenant 35 ans.

En remplaçant Abdellatif Zaghnoun, qui a été nommé, jeudi 29 janvier 2015, directeur de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG), Omar Faraj laisse un vide dans les Domaines de l’Etat au sein du ministère de l’Economie des finances, une institution qu’il a dirigée avec brio depuis 2010.

Son départ des Domaines est d’ailleurs mal vécu par ses collaborateurs, qui le décrivent comme un grand professionnel, à la fois rigoureux et consciencieux.

Marié et père de deux enfants, ce natif de Fès a entamé sa carrière en 1980 au sein du ministère du Commerce et de l’industrie en tant qu’inspecteur de l’industrie, après avoir obtenu une licence puis un CES en Droit public à la Faculté de Droit de Rabat.

Durant 18 ans, il gravira les échelons au sein du ministère de l’industrie en devenant tour à tour attaché de direction chargé de la coopération (direction de l’industrie), chef du service administratif et de la formation (administration de l’industrie) chef du service des affaires générales (administration de l’industrie), directeur du cabinet du ministre du Commerce, de l’industrie et de la privatisation et directeur des affaires générales au ministère du commerce et de l’industrie jusqu’en 1998, date à laquelle il est nommé conseiller du directeur général de l’administration des douanes et impôts indirects, directeur des ressources et de la programmation à l’administration des douanes et impôts indirects.

En 2001, il est nommé directeur des affaires administratives et générales au ministère de l’Economie et des finances. En 2010, il est directeur des domaines de l’Etat au sein du ministère de l’Economie des finances, poste qu’il occupera avec brio jusqu’à sa nomination récente à la tête de la direction des impôts.

Sous sa direction, cette institution est entrée dans une nouvelle dynamique. Omar Faraj  a en effet lancé un vaste programme pour améliorer les revenus et les produits domaniaux issus de la gestion de ce patrimoine. Les résultats n’ont pas tardé à se faire sentir puisque les recettes générées ont progressé de 16% entre 2012 et 2013, pour atteindre près de 3 milliards de DH par an.

Mais les bénéfices ne constituent pas une fin en soi, dans la mesure où «la préoccupation majeure de la Direction consiste à s’assurer, dans la durée, de la disponibilité de terrains apurés prêts à l’emploi pour accompagner et soutenir efficacement la dynamique nationale d’investissement», nous avait confié Omar Faraj quand il était à la tête des Domaines de l’Etat.


 

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

C’est Omar Faraj qui prend les commandes de la Direction des impôts (DGI). Ce grand commis de l’Etat, 58 ans, travaille dans la fonction publique depuis maintenant 35 ans.

En remplaçant Abdellatif Zaghnoun, qui a été nommé, jeudi 29 janvier 2015, directeur de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG), Omar Faraj laisse un vide dans les Domaines de l’Etat au sein du ministère de l’Economie des finances, une institution qu’il a dirigée avec brio depuis 2010.

Son départ des Domaines est d’ailleurs mal vécu par ses collaborateurs, qui le décrivent comme un grand professionnel, à la fois rigoureux et consciencieux.

Marié et père de deux enfants, ce natif de Fès a entamé sa carrière en 1980 au sein du ministère du Commerce et de l’industrie en tant qu’inspecteur de l’industrie, après avoir obtenu une licence puis un CES en Droit public à la Faculté de Droit de Rabat.

Durant 18 ans, il gravira les échelons au sein du ministère de l’industrie en devenant tour à tour attaché de direction chargé de la coopération (direction de l’industrie), chef du service administratif et de la formation (administration de l’industrie) chef du service des affaires générales (administration de l’industrie), directeur du cabinet du ministre du Commerce, de l’industrie et de la privatisation et directeur des affaires générales au ministère du commerce et de l’industrie jusqu’en 1998, date à laquelle il est nommé conseiller du directeur général de l’administration des douanes et impôts indirects, directeur des ressources et de la programmation à l’administration des douanes et impôts indirects.

En 2001, il est nommé directeur des affaires administratives et générales au ministère de l’Economie et des finances. En 2010, il est directeur des domaines de l’Etat au sein du ministère de l’Economie des finances, poste qu’il occupera avec brio jusqu’à sa nomination récente à la tête de la direction des impôts.

Sous sa direction, cette institution est entrée dans une nouvelle dynamique. Omar Faraj  a en effet lancé un vaste programme pour améliorer les revenus et les produits domaniaux issus de la gestion de ce patrimoine. Les résultats n’ont pas tardé à se faire sentir puisque les recettes générées ont progressé de 16% entre 2012 et 2013, pour atteindre près de 3 milliards de DH par an.

Mais les bénéfices ne constituent pas une fin en soi, dans la mesure où «la préoccupation majeure de la Direction consiste à s’assurer, dans la durée, de la disponibilité de terrains apurés prêts à l’emploi pour accompagner et soutenir efficacement la dynamique nationale d’investissement», nous avait confié Omar Faraj quand il était à la tête des Domaines de l’Etat.


 

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.