Menu
facebook twitter
 
.
.
Page d'accueil 

Qui est Mohamed Talal, candidat à la vice-présidence de la CGEM? 

Mercredi 8 avril 2015 à 16h13
Qui est Mohamed Talal, candidat à la vice-présidence de la CGEM?
 

Mohamed Talal est, depuis mardi soir, candidat à la vice-présidence de la CGEM. Il revient pour Médias 24 sur son parcours, sur son choix d’être candidat et sur la mission du patronat.

Né en 1966 à Mohammadia, Mohamed Talal se présente pour la première fois à la vice-présidence générale du patronat marocain. Ce n’est pas un inconnu dans les rangs de la CGEM car il a d’abord été membre de la commission logistique puis son président à deux reprises.

Le moins que l’on puisse dire est que de l’adolescence jusqu’à l’année dernière, ce surdiplômée a toujours manifesté un goût prononcé pour les études supérieures.

Après avoir décroché son bac au lycée Lyautey de Casablanca, il poursuit une préparation maths sup maths spé en France avant de décrocher son diplôme d’ingénieur d’Etat à l’école des mines d’Alès,

Rentré au Maroc en 1991, il n’en finit par pour autant avec sa soif inextinguible d’études supérieures.

Il obtient un diplôme de 3e cycle de Gestion à l’Iscae (1997), un MBA en finances d’entreprise et marchés des capitaux à l’institut d’études politiques (2007) puis enfin en 2014 un MBA en Management Stratégique et Intelligence Economique à l’école de guerre économique à Paris.

De retour dans son pays, il commence son parcours professionnel à la Cosumar comme chef des services techniques. En 1995, il accompagne en tant que directeur d’usine, une multinationale de produits de grande consommation dans son implantation marocaine.

En 1997, Mohamed Talal créé la société de transport, de messagerie et de logistique «La Voie Express» qu’il pilote tout en restant salarié dans l’entreprise espagnole. A cette époque, sa société personnelle naissante emploie 5 personnes et réalise 3 MDH de chiffre d’ affaires par an.

En 1999, il décide enfin de sauter le pas pour s’en occuper à plein temps pendant quelques mois avant de retourner à la vie salariale si l’aventure n’aboutissait pas.

Les 6 mois qu’il s’était accordé se transforment en près de 20 années aux commandes de l’entreprise.

Aujourd’hui, «La voie express» emploie 500 personnes avec un chiffre d’affaires consolidé de 150 MDH par an et 18% de part du marché national de la logistique. Une croissance exponentielle qui selon lui ne se démentira pas dans les années à venir.

«Le fonctionnement de la société est désormais bien structuré avec 7 directions indépendantes, des audits et des certifications internationales». Il révèle à ce propos que dans les prochains mois, une ouverture de capital est prévue pour financer la croissance à l’export.

L’indépendance managériale de «La voie express» est la raison pour laquelle Mohamed Talal a décidé de se présenter à la vice-présidence de la CGEM.

Il veut accompagner Meriem Bensalah Chaqroun pour faire aboutir de nombreux chantiers qui ont été lancés par la présidente sortante.

S’il veut s’impliquer autant, c’est aussi parce qu’une nouvelle dynamique entre le secteur privé et public a vu le jour pour répondre aux attentes des entrepreneurs et assurer la croissance économique.

Il cite le plan Rawaj mis en place par le ministère du commerce et de l’industrie «qui va transformer le marché de la distribution, de la logistique en obligeant les entreprises à se caler sur les nouvelles attentes du marché et sur les habitudes des consommateurs».

Sur l’avenir de la CGEM, le candidat affirme qu’au vu de ses réalisations et des conventions signées ces dernières années, son utilité n’était plus à prouver.

«Le secteur public ne peut plus faire l’impasse dessus car il ne peut pas avancer sans la coopération d’opérateurs privés connaissant mieux que quiconque le marché (produits, habitudes de consommation, outils de production…)».

Le 15 avril prochain, les postulants à la présidence et à la vice-présidence de la CGEM pourront déposer leur candidature avant de présenter leur programme pour convaincre leurs électeurs.

Pour l’heure, seuls Miriem Bensalah Chaqroun et Mohamed Talal se sont portés volontaires pour briguer ces mandats et on ne sait pas encore si d’autres membres de la CGEM suivront.

S’il devait être élu, Mohamed Talal nous déclare qu’il se consacrera à plein temps à cette mission.


 

.
Signaler une erreurAjouter un commentaire
.
.

Votre commentaire

 

Il vous reste  caractères.
Code de sécurité
Rafraîchir

Accéder à la charte des commentaires »
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

- Médias 24 présente -

Le guide immobilier de Casablanca - Rabat

Le prix de vente du neuf et de l’occasion, quartier par quartier, appartements, villas, terrains

Guide offert par
.
.
.
.
.
.
 
Abonnez vous à nos newsletters et alertes
.
TOUT LE FIL
Close