L’agence de notation Fitch Ratings a confirmé ce 24 avril la notation BBB- pour la dette à long-terme du Royaume et la notation BBB pour les emprunts en devises étrangères avec une perspective stable.

Ces notations sont inchangées par rapport à celles en date d’octobre 2014. Fitch réalise deux notations annuelles du pays.

Ces deux notations placent la dette et les emprunts marocains parmi les plus solvables des régions MENA et Afrique.

Résilience et réformes

Les principaux éléments déterminant ces notations sont «la stabilité politique et macroéconomique» selon Fitch,  qui a permis «d’attirer des investissements étrangers et de mettre en œuvre des réformes structurelles».

Fitch note que la croissance économique du Royaume a été «résiliente durant la période de transition politique 2011-2012 malgré la faible demande en provenance de la zone euro».

L’analyste londonien note «la détérioration des déficits  courant et budgétaire en 2012, avec une hausse de la dette extérieure et publique», pour ensuite souligner «l’entreprise d’un ambitieux plan de réformes qui a progressivement conduit à une réduction des déficits».

Fitch table sur une baisse du déficit du compte courant à 3,9% en 2015 contre 5,6% en 2014 et 9,8% en 2012.

Moins de subventions, plus d’exportations

Fitch attribue aussi ces améliorations à une baisse de la facture énergétique qui est passé de 12,8%  du PIB en 2012, à 7,4% attendus pour 2015 après un taux de 10,2% en 2014. Autre facteur de réduction des déficits selon Fitch: La croissance des exportations industrielles, notamment automobiles soulignant une hausse de 27% du secteur en 2014.

Ces performances ont permis d’améliorer les réserves de change à 20,7 MM de dollars en 2014 contre 17,5 MM de dollars en 2012. Selon Fitch, la dette extérieure devrait culminer en 2015 avant d’entamer une décrue.

La part des subventions  de l’énergie dans le budget de l’Etat devrait baisser à 4,3% du PIB en 2015 contre 4,9% en 2014 et 7% en 2012. Globalement, la part des subventions publiques de la Caisse de compensation devrait passer à 2,4% du PIB en 2015 contre 6,6% en 2012.

 Les analystes de Fitch Ratings jugent également que la nouvelle loi organique des Finances doit contribuer à une meilleure gestion des finances publiques en fixant notamment une limite aux dépenses.

Fitch souligne que la conjoncture molle en Europe, toutefois en amélioration réelle depuis le début de cette année, impacte le Maroc. La clientèle européenne représente 80% du total du tourisme marocain, l’Europe achète 64% de nos exportations et les transferts financiers vers le Royaume proviennent à 72% du nord de la Méditerranée.

Fitch notant que des élections locales et nationales sont prévues au Maroc en 2015 et 2016 indique que «la période électorale devrait être fluide (smooth)» sans souci particulier. Toutefois, les analystes prévoient un ralentissement des réformes durant cette période.

L’index du développement humain et le PIB/ habitant sont toutefois pointés comme inférieurs à ceux de pays comparables. L’amélioration de l’index Doing Business, du 87ème rang en 2014 à 71 en 2015, est soulignée.

Les analyses et notations des dettes marocaines par les agences Fitch, Moody’s ou encore Standard & Poor’s affectent directement la crédibilité des opérateurs marocains sur les marchés internationaux. Directement et concrètement,  cela affecte le coût des emprunts des entreprises et institutions marocaines sur les marchés extérieurs.

Vente aux enchères
Quoi de neuf ?
Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

L’agence de notation Fitch Ratings a confirmé ce 24 avril la notation BBB- pour la dette à long-terme du Royaume et la notation BBB pour les emprunts en devises étrangères avec une perspective stable.

Ces notations sont inchangées par rapport à celles en date d’octobre 2014. Fitch réalise deux notations annuelles du pays.

Ces deux notations placent la dette et les emprunts marocains parmi les plus solvables des régions MENA et Afrique.

Résilience et réformes

Les principaux éléments déterminant ces notations sont «la stabilité politique et macroéconomique» selon Fitch,  qui a permis «d’attirer des investissements étrangers et de mettre en œuvre des réformes structurelles».

Fitch note que la croissance économique du Royaume a été «résiliente durant la période de transition politique 2011-2012 malgré la faible demande en provenance de la zone euro».

L’analyste londonien note «la détérioration des déficits  courant et budgétaire en 2012, avec une hausse de la dette extérieure et publique», pour ensuite souligner «l’entreprise d’un ambitieux plan de réformes qui a progressivement conduit à une réduction des déficits».

Fitch table sur une baisse du déficit du compte courant à 3,9% en 2015 contre 5,6% en 2014 et 9,8% en 2012.

Moins de subventions, plus d’exportations

Fitch attribue aussi ces améliorations à une baisse de la facture énergétique qui est passé de 12,8%  du PIB en 2012, à 7,4% attendus pour 2015 après un taux de 10,2% en 2014. Autre facteur de réduction des déficits selon Fitch: La croissance des exportations industrielles, notamment automobiles soulignant une hausse de 27% du secteur en 2014.

Ces performances ont permis d’améliorer les réserves de change à 20,7 MM de dollars en 2014 contre 17,5 MM de dollars en 2012. Selon Fitch, la dette extérieure devrait culminer en 2015 avant d’entamer une décrue.

La part des subventions  de l’énergie dans le budget de l’Etat devrait baisser à 4,3% du PIB en 2015 contre 4,9% en 2014 et 7% en 2012. Globalement, la part des subventions publiques de la Caisse de compensation devrait passer à 2,4% du PIB en 2015 contre 6,6% en 2012.

 Les analystes de Fitch Ratings jugent également que la nouvelle loi organique des Finances doit contribuer à une meilleure gestion des finances publiques en fixant notamment une limite aux dépenses.

Fitch souligne que la conjoncture molle en Europe, toutefois en amélioration réelle depuis le début de cette année, impacte le Maroc. La clientèle européenne représente 80% du total du tourisme marocain, l’Europe achète 64% de nos exportations et les transferts financiers vers le Royaume proviennent à 72% du nord de la Méditerranée.

Fitch notant que des élections locales et nationales sont prévues au Maroc en 2015 et 2016 indique que «la période électorale devrait être fluide (smooth)» sans souci particulier. Toutefois, les analystes prévoient un ralentissement des réformes durant cette période.

L’index du développement humain et le PIB/ habitant sont toutefois pointés comme inférieurs à ceux de pays comparables. L’amélioration de l’index Doing Business, du 87ème rang en 2014 à 71 en 2015, est soulignée.

Les analyses et notations des dettes marocaines par les agences Fitch, Moody’s ou encore Standard & Poor’s affectent directement la crédibilité des opérateurs marocains sur les marchés internationaux. Directement et concrètement,  cela affecte le coût des emprunts des entreprises et institutions marocaines sur les marchés extérieurs.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.