Le récipiendaire du prix Balzan pour les sciences estime dans un entretien à El Mundo que "le Maroc deviendra un pays très riche", grâce au phosphore et aux phosphates.

David Karl avertit également que la raréfaction de ce minerai essentiel et sa quête pourraient entraîner des conflits armés.

Le Professeur à l’université de Hawaï et directeur de son laboratoire d’océanographie microbiologique rappelle dans cet entretien accordé au quotidien espagnol ce mercredi 9 décembre, à l’occasion de la remise du prix Balzan (équivalent du Nobel pour les sciences de la vie), doté de 750.000 francs suisses (environ 7 millions de DH) que "les phosphates sont absolument nécessaires à la vie".

"C’est un élément essentiel, qui ne peut être remplacé par aucun autre", ajoute D. Karl, qui précise qu’autour de 2050, celui-ci va commencer à se faire rare. "Le seul phosphore qui restera sur la planète se trouve en Afrique du Nord, précise-t-il, surtout au Maroc et en Algérie".

Les phosphates, une des clés de l’alimentation mondiale

"D’ici là, craint le professeur américain, des guerres seront livrées pour s’accaparer ces réserves de phosphore, comme il y a eu des guerres livrées pour le pétrole".

"Les gens ne se rendent pas compte d’une chose, poursuit David Karl: il est vrai que le pétrole va en s’épuisant, mais il y a des alternatives au pétrole. Cependant, il n’y a pas d’alternative au phosphore. Ainsi, quand il y en aura de moins en moins, les prix vont exploser. Le Maroc deviendra un pays très riche. C’est un dossier global très sérieux. Pour que l’agriculture soit productive, il faut des phosphates. Tous les pays du monde ont besoin de phosphore. Quand les prix vont monter, seuls les pays riches pourront se permettre de payer pour le phosphore et d’avoir des cultures pour les riches".

Le Maroc est leader mondial dans la production et l’exportation des phosphates et de leurs dérivés, dont le phosphore et divers engrais et fertilisants pour l’agriculture. Les actifs phosphatiers marocains sont gérés par OCP. Le minerai représente des revenus moyens annuels de 50 milliards de DH pour le pays chaque année, 37 MMDH pour les neuf premiers mois de cette année 2015 par exemple contre 31 MMDH pour la période équivalente en 2014.

L’Algérie, mais également la Tunisie, l’Egypte, la Jordanie, la Chine et l’Australie disposent de réserves de phosphates. Mais les réserves connues les plus importantes au monde se trouvent au Maroc. Elles représentent probablement 75% des réserves mondiales. Sans les phosphates, on ne pourra pas nourrir la planète. Les réserves marocaines sont donc indispensables à la sécurité alimentaire mondiale.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Le récipiendaire du prix Balzan pour les sciences estime dans un entretien à El Mundo que "le Maroc deviendra un pays très riche", grâce au phosphore et aux phosphates.

David Karl avertit également que la raréfaction de ce minerai essentiel et sa quête pourraient entraîner des conflits armés.

Le Professeur à l’université de Hawaï et directeur de son laboratoire d’océanographie microbiologique rappelle dans cet entretien accordé au quotidien espagnol ce mercredi 9 décembre, à l’occasion de la remise du prix Balzan (équivalent du Nobel pour les sciences de la vie), doté de 750.000 francs suisses (environ 7 millions de DH) que "les phosphates sont absolument nécessaires à la vie".

"C’est un élément essentiel, qui ne peut être remplacé par aucun autre", ajoute D. Karl, qui précise qu’autour de 2050, celui-ci va commencer à se faire rare. "Le seul phosphore qui restera sur la planète se trouve en Afrique du Nord, précise-t-il, surtout au Maroc et en Algérie".

Les phosphates, une des clés de l’alimentation mondiale

"D’ici là, craint le professeur américain, des guerres seront livrées pour s’accaparer ces réserves de phosphore, comme il y a eu des guerres livrées pour le pétrole".

"Les gens ne se rendent pas compte d’une chose, poursuit David Karl: il est vrai que le pétrole va en s’épuisant, mais il y a des alternatives au pétrole. Cependant, il n’y a pas d’alternative au phosphore. Ainsi, quand il y en aura de moins en moins, les prix vont exploser. Le Maroc deviendra un pays très riche. C’est un dossier global très sérieux. Pour que l’agriculture soit productive, il faut des phosphates. Tous les pays du monde ont besoin de phosphore. Quand les prix vont monter, seuls les pays riches pourront se permettre de payer pour le phosphore et d’avoir des cultures pour les riches".

Le Maroc est leader mondial dans la production et l’exportation des phosphates et de leurs dérivés, dont le phosphore et divers engrais et fertilisants pour l’agriculture. Les actifs phosphatiers marocains sont gérés par OCP. Le minerai représente des revenus moyens annuels de 50 milliards de DH pour le pays chaque année, 37 MMDH pour les neuf premiers mois de cette année 2015 par exemple contre 31 MMDH pour la période équivalente en 2014.

L’Algérie, mais également la Tunisie, l’Egypte, la Jordanie, la Chine et l’Australie disposent de réserves de phosphates. Mais les réserves connues les plus importantes au monde se trouvent au Maroc. Elles représentent probablement 75% des réserves mondiales. Sans les phosphates, on ne pourra pas nourrir la planète. Les réserves marocaines sont donc indispensables à la sécurité alimentaire mondiale.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.