Le royaume est plutôt bien placé pour profiter des opportunités offertes par l’éolien et le solaire. D’ici 2015, le Maroc représentera à lui seul la moitié de l’énergie renouvelable produite dans toute la région Mena.

La 4ème conférence Desertec industrial initiative (DII) consacrée à l’énergie du désert a démarré ses travaux à Skhirat et ce pour deux jours (30 et 31 octobre). Des représentants internationaux des milieux scientifiques, politiques, de l'industrie et de la société civile ont commencé à débattre en assemblée plénière de la production d'électricité d'origine renouvelable et de son intégration sur une partie du marché mondial.

L’objectif affiché de DII est de développer les sources d’énergies renouvelables et de les transférer vers les centres de consommation.

L’avenir et le développement des énergies durables sont entre les mains des pays de la région Mena car celle-ci est au centre de tous les investissements du fait de sa position géographique privilégiée. Elle fait l’objet de toutes les attentions et les réalisations en cours prouvent que l’Afrique du nord et le Moyen-Orient vont façonner à terme le futur approvisionnement énergétique d’une partie du monde.

Plusieurs centrales électriques sont déjà opérationnelles et d’autres sont en phase de planification dans ces contrées qui baignent dans le soleil. L’accès à ce type d’énergie peut à terme contenter près de 1,2 milliard de personnes en 2050 dans un marché ouvert et interconnecté entre l’Europe et la région Mena.

L’objectif assumé à l’horizon 2020 pour toute la région Mena est d’atteindre une capacité de production de 50 GW, ce qui est considérable.

Le soleil du désert de la région Mena est en mesure de combler tous ses besoins en énergie électrique et de lui permettre  de créer une industrie d’exportation vers l’Europe avec un volume annuel estimé à près de 60 milliards de livres sterling.

A cet égard, le directeur général de Deserterc, Paul Van Son a souligné ce matin que les pays de la région Mena et le Maroc en particulier ont amorcé une transition impressionnante vers l’énergie solaire.

Notre pays est particulièrement gâté par sa localisation stratégique et se distingue par son choix visionnaire d’être à l’avant-garde des énergies renouvelables. Il faut croire qu’entre les vents généreux qui le balayent pour ses éoliennes et les plans solaires ambitieux, le Maroc a fait un choix d’avenir.

Desertec Industrial Initiative prévoit que les capacités de production d’énergies renouvelables d’Afrique du nord et  du Moyen-Orient vont doubler d’ici 2015 en passant de 1,7 gigawatts (GW) à 3,3 GW.

Le Maroc jouera un rôle fondamental et moteur dans cette évolution vu qu’à lui seul, il triplera sa production. A l’horizon proche de 2015, notre pays passera de 0,6 GW  d’électricité produite à 1,7 GW soit la moitié de toute la région Mena.

Le potentiel économique de cette transition énergétique d’avenir  a fait l’unanimité auprès des intervenants de ce jour et le président de Planète citoyenne, Mehdi Mdaghri Alaoui  a déclaré à Médias 24 que « cette grande messe est nécessaire pour préparer l’avenir du développement durable qui passe par les énergies alternatives ».

Pour inscrire cette perspective positive dans le long terme, l’implication de la société civile et des populations locales est essentielle et constituera le deuxième volet de cette conférence.

 


 

Vente aux enchères
Quoi de neuf ?
Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Le royaume est plutôt bien placé pour profiter des opportunités offertes par l’éolien et le solaire. D’ici 2015, le Maroc représentera à lui seul la moitié de l’énergie renouvelable produite dans toute la région Mena.

 

La 4ème conférence Desertec industrial initiative (DII) consacrée à l’énergie du désert a démarré ses travaux à Skhirat et ce pour deux jours (30 et 31 octobre). Des représentants internationaux des milieux scientifiques, politiques, de l'industrie et de la société civile ont commencé à débattre en assemblée plénière de la production d'électricité d'origine renouvelable et de son intégration sur une partie du marché mondial.

L’objectif affiché de DII est de développer les sources d’énergies renouvelables et de les transférer vers les centres de consommation.

L’avenir et le développement des énergies durables sont entre les mains des pays de la région Mena car celle-ci est au centre de tous les investissements du fait de sa position géographique privilégiée. Elle fait l’objet de toutes les attentions et les réalisations en cours prouvent que l’Afrique du nord et le Moyen-Orient vont façonner à terme le futur approvisionnement énergétique d’une partie du monde.

Plusieurs centrales électriques sont déjà opérationnelles et d’autres sont en phase de planification dans ces contrées qui baignent dans le soleil. L’accès à ce type d’énergie peut à terme contenter près de 1,2 milliard de personnes en 2050 dans un marché ouvert et interconnecté entre l’Europe et la région Mena.

L’objectif assumé à l’horizon 2020 pour toute la région Mena est d’atteindre une capacité de production de 50 GW, ce qui est considérable.

Le soleil du désert de la région Mena est en mesure de combler tous ses besoins en énergie électrique et de lui permettre  de créer une industrie d’exportation vers l’Europe avec un volume annuel estimé à près de 60 milliards de livres sterling.

A cet égard, le directeur général de Deserterc, Paul Van Son a souligné ce matin que les pays de la région Mena et le Maroc en particulier ont amorcé une transition impressionnante vers l’énergie solaire.

Notre pays est particulièrement gâté par sa localisation stratégique et se distingue par son choix visionnaire d’être à l’avant-garde des énergies renouvelables. Il faut croire qu’entre les vents généreux qui le balayent pour ses éoliennes et les plans solaires ambitieux, le Maroc a fait un choix d’avenir.

Desertec Industrial Initiative prévoit que les capacités de production d’énergies renouvelables d’Afrique du nord et  du Moyen-Orient vont doubler d’ici 2015 en passant de 1,7 gigawatts (GW) à 3,3 GW.

Le Maroc jouera un rôle fondamental et moteur dans cette évolution vu qu’à lui seul, il triplera sa production. A l’horizon proche de 2015, notre pays passera de 0,6 GW  d’électricité produite à 1,7 GW soit la moitié de toute la région Mena.

Le potentiel économique de cette transition énergétique d’avenir  a fait l’unanimité auprès des intervenants de ce jour et le président de Planète citoyenne, Mehdi Mdaghri Alaoui  a déclaré à Médias 24 que « cette grande messe est nécessaire pour préparer l’avenir du développement durable qui passe par les énergies alternatives ».

Pour inscrire cette perspective positive dans le long terme, l’implication de la société civile et des populations locales est essentielle et constituera le deuxième volet de cette conférence.

 


 

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.