Bonne nouvelle pour tous les fans de foot : le projet de loi de finances 2014 alloue au projet 2,08 milliards de DH. Mais le stade, prévu à tit Mellil, ne sera pas prêt à temps pour la CAN en 2015.

On l’aurait cru enterré à tout jamais, mais voilà, le projet du Grand stade de Casablanca dont la convention cadre a été signée en 2008 semble voir le bout du tunnel.  

Reporté à plusieurs reprises pour des raisons diverses (techniques et financières), le projet de loi de finances 2014 lui promet un sacré coup de pouce. Le montage financier n’a pas subi de retouches par rapport aux premières prévisions.

Sur cinq ans, l’Etat paiera 1,28 milliard de DH (MMDH), le Fonds Hassan II 600 millions de DH (MDH) et la ville de Casablanca s’acquittera de quelque 200 M DH. Ce qui permettra de réunir les 2,08 MMDH de DH requis pour la construction de cet édifice tant attendu.

De quoi réjouir des millions d’amateurs de foot, mais aussi de quoi rendre le sourire à Mohammed Ouzzine, ministre de la Jeunesse et des Sports.

En juillet dernier, il avait fait contre mauvaise fortune bon cœur. Arborant un ton compréhensif, il a déclaré devant la chambre des représentants que le projet est mis en veilleuse pour cause de situation économique défavorable.

La décision de bloquer le projet a été prise, quelques semaines plus tôt, par le ministre des Finances. Et ce n’était pas le premier ajournement dans l’histoire de ce grand projet.

D’une capacité d’accueil de 70.000 places, le coup d’envoi du stade prévu sur 64 ha devait avoir lieu en 2012, puis en 2013. Programmé à Tit Mellil (les premiers scénarios de Bouskoura et Sidi Moumen ayant été écartés), sa réalisation est confiée à un groupement maroco-coréen formé par Space Group et les architectes marocains Said Belahmer, Chakib Benabdellah et Mohammed Bouchebti.

Selon plusieurs sources, ce stade portera le nom de la « perle noire » du foot marocain, l’inoubliable Larbi Benmbrek. Il devra accueillir en résidence les deux frères ennemis du foot casablancais : le Raja et le Wydad.

Petit regret tout de même, le stade est mal parti pour abriter les matchs de la Coupe d’Afrique des Nations de 2015. Selon la première mouture, il devait ouvrir ses portes la même année. Les contraintes financières en ont décidé autrement.

 


 

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Bonne nouvelle pour tous les fans de foot : le projet de loi de finances 2014 alloue au projet 2,08 milliards de DH. Mais le stade, prévu à tit Mellil, ne sera pas prêt à temps pour la CAN en 2015.

 

On l’aurait cru enterré à tout jamais, mais voilà, le projet du Grand stade de Casablanca dont la convention cadre a été signée en 2008 semble voir le bout du tunnel.  

Reporté à plusieurs reprises pour des raisons diverses (techniques et financières), le projet de loi de finances 2014 lui promet un sacré coup de pouce. Le montage financier n’a pas subi de retouches par rapport aux premières prévisions.

Sur cinq ans, l’Etat paiera 1,28 milliard de DH (MMDH), le Fonds Hassan II 600 millions de DH (MDH) et la ville de Casablanca s’acquittera de quelque 200 M DH. Ce qui permettra de réunir les 2,08 MMDH de DH requis pour la construction de cet édifice tant attendu.

De quoi réjouir des millions d’amateurs de foot, mais aussi de quoi rendre le sourire à Mohammed Ouzzine, ministre de la Jeunesse et des Sports.

En juillet dernier, il avait fait contre mauvaise fortune bon cœur. Arborant un ton compréhensif, il a déclaré devant la chambre des représentants que le projet est mis en veilleuse pour cause de situation économique défavorable.

La décision de bloquer le projet a été prise, quelques semaines plus tôt, par le ministre des Finances. Et ce n’était pas le premier ajournement dans l’histoire de ce grand projet.

D’une capacité d’accueil de 70.000 places, le coup d’envoi du stade prévu sur 64 ha devait avoir lieu en 2012, puis en 2013. Programmé à Tit Mellil (les premiers scénarios de Bouskoura et Sidi Moumen ayant été écartés), sa réalisation est confiée à un groupement maroco-coréen formé par Space Group et les architectes marocains Said Belahmer, Chakib Benabdellah et Mohammed Bouchebti.

Selon plusieurs sources, ce stade portera le nom de la « perle noire » du foot marocain, l’inoubliable Larbi Benmbrek. Il devra accueillir en résidence les deux frères ennemis du foot casablancais : le Raja et le Wydad.

Petit regret tout de même, le stade est mal parti pour abriter les matchs de la Coupe d’Afrique des Nations de 2015. Selon la première mouture, il devait ouvrir ses portes la même année. Les contraintes financières en ont décidé autrement.

 


 

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.