Le second conseil d’administration de la Samir, réuni ce vendredi 11 septembre 2015, a enfin permis une avancée qui pourrait être décisive.

Après le conseil du mardi 8 septembre, qui s’était contenté d’examiner les comptes du 1er semestre sans prendre de décision concernant l’augmentation du capital ou la situation critique dans laquelle se trouve le groupe, le second conseil qui s’est tenu ce vendredi 11 septembre en fin de journée a été plus fructueux.

Le conseil a en effet choisi d’augmenter le capital d’un montant de dix milliards de DH en numéraire, apprend Médias 24 de sources sûres.

Une AGE (assemblée générale extraordinaire) des actionnaires sera convoquée pour le 16 octobre en vue de statuer sur cette proposition du conseil d’administration.

Selon nos sources, Al Amoudi a accepté de proposer une nouvelle organisation et … un nouveau mode de gouvernance du groupe. Selon nos sources, le nouveau schéma n'est pas prêt, il s'agit de l'élaborer avant la tenue de l'AGE.

Ce point est décisif car sans cela, ni l’Etat, ni les banques, ni les autres créanciers ne pourront suivre Cheikh Al Amoudi dans ses rituelles demandes de rééchelonnement et de souplesse. Les banques créancières en font, à juste titre, un point central.

Sur le papier, donc, la Samir, conseillée par Attijari Finances, pourrait être sur la voie d’un sauvetage.

Il faudrait que la nouvelle organisation permette un contrôle qui puisse rassurer toutes les parties prenantes.

Se pose également la question de l’arrêt de la raffinerie qui ne peut se prolonger indéfiniment sans dommages irréparables. Cheikh Al Amoudi consentira-t-il, pour une fois, à apporter de l’argent frais dans une société qui lui a servi plusieurs milliards de DH de dividendes prestement transférés à l’étranger? La situation de la raffinerie nécessite en effet un apport rapide de compte courant sans attendre l'aboutissement de la procédure d'augmentation du capital. C'est le rôle de l'actionnaire majoritaire de le faire. C'est lui qui a géré, c'est lui qui doit assumer.

Une totale perte de confiance

Se pose enfin la question des nombreux recours judiciaires intentés contre la Samir par des créanciers  marocains et étrangers. La Samir a au moins 43 milliards de DH de dettes identifiées, dont 8,5 milliards de DH de dettes à l'égard des banques marocaines.

A elle seule, la douane a opéré des saisies pour plus de 13 milliards de DH et a décidé de commencer l’exécution de ces saisies qui portent sur les biens meubles et immeubles du groupe. Al Amoudi a été reçu à sa demande par trois ministres marocains jeudi 10 septembre: il a demandé un réechelonnement de ses dettes avec l'Etat, en proposant de verser 5 MMDH vers la fin de cette année et 2 MMDH en juin 2016. Les ministres ont refusé.
De son côté, l’Office des changes a interdit tout transfert de devises de la part du groupe, de ses filiales ou des sociétés appartenant au P-DG ou au DG de la société.

Enfin, plusieurs clients marocains de la Samir (des distributeurs) sont en train de négocier des contrats à longue durée avec des fournisseurs étrangers. Ils ont en effet perdu totalement confiance dans le management actuel.

Al Amoudi a-t-il conscience qu’il y a urgence?

 

VOICI LE TEXTE INTEGRAL DU COMMUNIQUE PUBLIE PAR LA SAMIR A L'ISSUE DE SON CONSEIL

Le Conseil d’Administration de la SAMIR s’est réuni le 11 septembre 2015 à 16h00 à Skhirat sur convocation de son Président pour statuer sur les modalités de l’augmentation du Capital de la Société et soumettre le projet de résolutions à l’Assemblée Générale Extraordinaire.

A l’issue de cette réunion, le Conseil a décidé :

1- De proposer à l’Assemblée Générale Extraordinaire d’autoriser une augmentation du Capital d’un montant de 10 Milliards de Dirhams;

2- De convoquer l’Assemblée Générale Extraordinaire le 16 octobre 2015 à 16h00 au siège de la Société;

3- D’étudier et de recommander un mode de gouvernance ad-hoc conforme aux standards internationaux.

Vente aux enchères
Quoi de neuf ?
Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Le second conseil d’administration de la Samir, réuni ce vendredi 11 septembre 2015, a enfin permis une avancée qui pourrait être décisive.

Après le conseil du mardi 8 septembre, qui s’était contenté d’examiner les comptes du 1er semestre sans prendre de décision concernant l’augmentation du capital ou la situation critique dans laquelle se trouve le groupe, le second conseil qui s’est tenu ce vendredi 11 septembre en fin de journée a été plus fructueux.

Le conseil a en effet choisi d’augmenter le capital d’un montant de dix milliards de DH en numéraire, apprend Médias 24 de sources sûres.

Une AGE (assemblée générale extraordinaire) des actionnaires sera convoquée pour le 16 octobre en vue de statuer sur cette proposition du conseil d’administration.

Selon nos sources, Al Amoudi a accepté de proposer une nouvelle organisation et … un nouveau mode de gouvernance du groupe. Selon nos sources, le nouveau schéma n'est pas prêt, il s'agit de l'élaborer avant la tenue de l'AGE.

Ce point est décisif car sans cela, ni l’Etat, ni les banques, ni les autres créanciers ne pourront suivre Cheikh Al Amoudi dans ses rituelles demandes de rééchelonnement et de souplesse. Les banques créancières en font, à juste titre, un point central.

Sur le papier, donc, la Samir, conseillée par Attijari Finances, pourrait être sur la voie d’un sauvetage.

Il faudrait que la nouvelle organisation permette un contrôle qui puisse rassurer toutes les parties prenantes.

Se pose également la question de l’arrêt de la raffinerie qui ne peut se prolonger indéfiniment sans dommages irréparables. Cheikh Al Amoudi consentira-t-il, pour une fois, à apporter de l’argent frais dans une société qui lui a servi plusieurs milliards de DH de dividendes prestement transférés à l’étranger? La situation de la raffinerie nécessite en effet un apport rapide de compte courant sans attendre l'aboutissement de la procédure d'augmentation du capital. C'est le rôle de l'actionnaire majoritaire de le faire. C'est lui qui a géré, c'est lui qui doit assumer.

Une totale perte de confiance

Se pose enfin la question des nombreux recours judiciaires intentés contre la Samir par des créanciers  marocains et étrangers. La Samir a au moins 43 milliards de DH de dettes identifiées, dont 8,5 milliards de DH de dettes à l'égard des banques marocaines.

A elle seule, la douane a opéré des saisies pour plus de 13 milliards de DH et a décidé de commencer l’exécution de ces saisies qui portent sur les biens meubles et immeubles du groupe. Al Amoudi a été reçu à sa demande par trois ministres marocains jeudi 10 septembre: il a demandé un réechelonnement de ses dettes avec l'Etat, en proposant de verser 5 MMDH vers la fin de cette année et 2 MMDH en juin 2016. Les ministres ont refusé.
De son côté, l’Office des changes a interdit tout transfert de devises de la part du groupe, de ses filiales ou des sociétés appartenant au P-DG ou au DG de la société.

Enfin, plusieurs clients marocains de la Samir (des distributeurs) sont en train de négocier des contrats à longue durée avec des fournisseurs étrangers. Ils ont en effet perdu totalement confiance dans le management actuel.

Al Amoudi a-t-il conscience qu’il y a urgence?

 

VOICI LE TEXTE INTEGRAL DU COMMUNIQUE PUBLIE PAR LA SAMIR A L'ISSUE DE SON CONSEIL

Le Conseil d’Administration de la SAMIR s’est réuni le 11 septembre 2015 à 16h00 à Skhirat sur convocation de son Président pour statuer sur les modalités de l’augmentation du Capital de la Société et soumettre le projet de résolutions à l’Assemblée Générale Extraordinaire.

A l’issue de cette réunion, le Conseil a décidé :

1- De proposer à l’Assemblée Générale Extraordinaire d’autoriser une augmentation du Capital d’un montant de 10 Milliards de Dirhams;

2- De convoquer l’Assemblée Générale Extraordinaire le 16 octobre 2015 à 16h00 au siège de la Société;

3- D’étudier et de recommander un mode de gouvernance ad-hoc conforme aux standards internationaux.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.