Les sentences du procès Zaz Karim Zaz

Après un long procès, les douze prévenus sont condamnés à des peines de prison. Le juge statuera sur le civil le premier juillet.

Le procès Zaz en première instance a pris fin ce lundi 13 avril avec le prononcé des sentences. Les voici:

-Karim Zaz: 5 ans de prison, 20.000 DH d'amende.

-Rabii Nour, Ahmed Naciri, Ahmed Abou Badr, Noureddine Zaïm Sassi: 5 ans d'emprisonnement et 20.000 DH d'amende.

-Youssef Hanane, Azeddine Dini, Azeddine Moutawakil, Samir Aych: 4 ans d'emprisonnement et 20.000 DH d'amende.

-Lahcen Refass: 5 ans d'emprisonnement.

-M'hamed Ouaddoune, Hicham Touijri: 2 ans d'emprisonnement.

Toutes les sociétés impliquées devront être dissoutes et vont payer solidairement les dépens.

Le tribunal statuera sur le civil le 1er juillet prochain. Le juge a ordonné une expertise tripartite (avec trois experts) pour déterminer la valeur des communications détournées et du manque à gagner pour les trois opérateurs. En fonction de cette expertise, il statuera.

Selon nos sources, les condamnés vont faire appel.

Selon nos sources, les parties civiles représentées par Me Youssef Fassi Fihri (Wana), Hamid Andaloussi (Méditel) et Salaheddine Benrahhal (Maroc Telecom), vont sans doute faire appel du jugement.
Lors des précédentes audiences, les accusés ont tous plaidé non coupable des chefs d'accusations retenus contre eux.

Pour rappel, Karim Zaz est poursuivi pour constitution de bande criminelle, détournement des appels internationaux et faux et usage de faux. Il comparait aux cotés de onze autres co-accusés qui sont tous arrêtés depuis le déclenchement de cette affaire, le 03 mars 2014.

Tout a commencé par une enquête déclenchée en juin 2012 par la police, suite à une plainte de Wana consécutive à des détournements de communications téléphoniques internationales impliquant des sociétés marocaines et étrangères. Inwi, qui dépose une plainte en juin 2012 devant le Procureur général du Roi à Casablanca est rejointe par Maroc Telecom qui dépose, à son tour, une nouvelle plainte. Auparavant, l'Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT) a été saisie.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires
Les sentences du procès Zaz Karim Zaz

Après un long procès, les douze prévenus sont condamnés à des peines de prison. Le juge statuera sur le civil le premier juillet.

Le procès Zaz en première instance a pris fin ce lundi 13 avril avec le prononcé des sentences. Les voici:

-Karim Zaz: 5 ans de prison, 20.000 DH d'amende.

-Rabii Nour, Ahmed Naciri, Ahmed Abou Badr, Noureddine Zaïm Sassi: 5 ans d'emprisonnement et 20.000 DH d'amende.

-Youssef Hanane, Azeddine Dini, Azeddine Moutawakil, Samir Aych: 4 ans d'emprisonnement et 20.000 DH d'amende.

-Lahcen Refass: 5 ans d'emprisonnement.

-M'hamed Ouaddoune, Hicham Touijri: 2 ans d'emprisonnement.

Toutes les sociétés impliquées devront être dissoutes et vont payer solidairement les dépens.

Le tribunal statuera sur le civil le 1er juillet prochain. Le juge a ordonné une expertise tripartite (avec trois experts) pour déterminer la valeur des communications détournées et du manque à gagner pour les trois opérateurs. En fonction de cette expertise, il statuera.

Selon nos sources, les condamnés vont faire appel.

Selon nos sources, les parties civiles représentées par Me Youssef Fassi Fihri (Wana), Hamid Andaloussi (Méditel) et Salaheddine Benrahhal (Maroc Telecom), vont sans doute faire appel du jugement.
Lors des précédentes audiences, les accusés ont tous plaidé non coupable des chefs d'accusations retenus contre eux.

Pour rappel, Karim Zaz est poursuivi pour constitution de bande criminelle, détournement des appels internationaux et faux et usage de faux. Il comparait aux cotés de onze autres co-accusés qui sont tous arrêtés depuis le déclenchement de cette affaire, le 03 mars 2014.

Tout a commencé par une enquête déclenchée en juin 2012 par la police, suite à une plainte de Wana consécutive à des détournements de communications téléphoniques internationales impliquant des sociétés marocaines et étrangères. Inwi, qui dépose une plainte en juin 2012 devant le Procureur général du Roi à Casablanca est rejointe par Maroc Telecom qui dépose, à son tour, une nouvelle plainte. Auparavant, l'Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT) a été saisie.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.