Les parties libyennes ont signé, jeudi 17 décembre à Skhirat, "l'Accord politique libyen" visant à faire sortir le pays de la crise.

L'accord a été signé par les représentants de l'ensemble des parties prenant part au dialogue inter-libyen, qui se déroule sous les auspices de la mission des Nations-unies d'appui en Libye (Manul), notamment du parlement de Tobrouk, reconnu par la communauté internationale, du Congrès national général (CNG), dit parlement de Tripoli, de partis politiques, des indépendants et de la société civile. 

La cérémonie de signature de cet accord a été marquée par la présence de l'émissaire onusien, chef de la Manul, Martin Kobler, du ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Salaheddine Mezouar et de ses homologues d’Espagne, d’Italie, de la Tunisie, de Qatar et de Turquie ainsi que de plusieurs ambassadeurs étrangers. 

Cet accord permettra la mise en place d’une série d’institutions légitimes pour une Libye prospère et unie avec une large représentation des différents acteurs, qui ont fait montre d’un engagement vers une nouvelle transition avec courage, persévérance et détermination, a souligné l’émissaire onusien dans une allocution de circonstance. 

Aboutir à un accord n’a pas été chose facile, mais chaque partie a su faire des concessions, a-t-il dit, relevant que "toute autre alternative en dehors du dialogue est destructive". 

Il a appelé à rompre avec les méthodes du passé et avec la violence, mettant en avant l’importance fondamentale de l’inclusion et de l’ouverture pour réussir la nouvelle étape. 

La communauté internationale continuera à soutenir la Libye et le nouveau gouvernement, qui doit avant tout lutter contre le terrorisme et rétablir la sécurité et la paix dans le pays, a insisté l’émissaire onusien. 

"Le travail du nouveau gouvernement d’union nationale commence aujourd’hui. Une nouvelle étape s’ouvre aux Libyens", a affirmé M. Kobler qui a tenu à remercier le Maroc pour "ses efforts en abritant et en facilitant ces discussions", a-t-il dit. 

(Avec MAP)

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Les parties libyennes ont signé, jeudi 17 décembre à Skhirat, "l'Accord politique libyen" visant à faire sortir le pays de la crise. 

L'accord a été signé par les représentants de l'ensemble des parties prenant part au dialogue inter-libyen, qui se déroule sous les auspices de la mission des Nations-unies d'appui en Libye (Manul), notamment du parlement de Tobrouk, reconnu par la communauté internationale, du Congrès national général (CNG), dit parlement de Tripoli, de partis politiques, des indépendants et de la société civile. 

La cérémonie de signature de cet accord a été marquée par la présence de l'émissaire onusien, chef de la Manul, Martin Kobler, du ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Salaheddine Mezouar et de ses homologues d’Espagne, d’Italie, de la Tunisie, de Qatar et de Turquie ainsi que de plusieurs ambassadeurs étrangers. 

Cet accord permettra la mise en place d’une série d’institutions légitimes pour une Libye prospère et unie avec une large représentation des différents acteurs, qui ont fait montre d’un engagement vers une nouvelle transition avec courage, persévérance et détermination, a souligné l’émissaire onusien dans une allocution de circonstance. 

Aboutir à un accord n’a pas été chose facile, mais chaque partie a su faire des concessions, a-t-il dit, relevant que "toute autre alternative en dehors du dialogue est destructive". 

Il a appelé à rompre avec les méthodes du passé et avec la violence, mettant en avant l’importance fondamentale de l’inclusion et de l’ouverture pour réussir la nouvelle étape. 

La communauté internationale continuera à soutenir la Libye et le nouveau gouvernement, qui doit avant tout lutter contre le terrorisme et rétablir la sécurité et la paix dans le pays, a insisté l’émissaire onusien. 

"Le travail du nouveau gouvernement d’union nationale commence aujourd’hui. Une nouvelle étape s’ouvre aux Libyens", a affirmé M. Kobler qui a tenu à remercier le Maroc pour "ses efforts en abritant et en facilitant ces discussions", a-t-il dit. 

(Avec MAP)

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.