Danone a acquis, le 10 décembre, le dernier bloc de 5% détenu par la SNI. Il va lancer incessamment son OPR, sans pour autant demander la radiation de la cote.

Cette opération appelle plusieurs commentaires.

Le bloc de 5% a été négocié à 1.500 dirhams par action, soit nettement au-dessus du cours. Le cours des actions Centrale Danone jeudi n’était que de 961 DH, soit à peu près 254 millions de DH de mieux pour la SNI sur ce bloc.

La montée progressive de Danone dans le capital dénote de cet intérêt.

Depuis 2013, trois opérations de cession ont réuni SNI et Danone, autour de Centrale:

- En février 2013, 3.558.876 actions ont été cédées sur le marché de blocs à 1.700 DH l’action, soit un peu plus de 6 milliards de DH. Cette acquisition par Danone lui a permis de prendre le contrôle de Centrale Laitière et de franchir le seuil des 66,66% du capital à la hausse, pour atteindre 68,72% .

- En novembre 2014, 3 milliards de DH est la somme qu’a déboursée le groupe Danone pour acquérir 2.049.136 actions de Centrale détenues par la SNI, au cours de 1.500 dirhams par action. Cette fois-ci, c’est le seuil des 90% qui a été franchi.

- Dernière en date, l’acquisition du jeudi 10 décembre s’inscrit dans la même lancée, et constitue le retrait définitif de la SNI en faveur de Danone. En effet, c’est le dernier bloc de 5%, encore dans le portefeuille de la SNI, que celle-ci a vendu, pour 706,5 millions de DH. Soit 471.000 actions cédées à 1.500 DH l’unité. Suite à son acquisition, Danone franchit le seuil des 95% dans Centrale et détient exactement 95,86% du capital.

Cette montée graduelle n’est pas sans coût et celui-ci va en augmentant.

En effet, ce sont 50,8 millions de DH en plus de la valeur de marché que Danone a déboursés pour chaque point additionnel en 2015, contre seulement 4,63 millions de DH en 2014, car, entre temps, la cote de Centrale a baissé.

En 2013, le groupe a acquis les actions de la SNI au prix de 1.700 DH par action, alors que leur cours était de 1.500 DH. Ce sont donc 200 DH de plus pour chaque action que Danone débourse, ce qui équivaut à peu près à 711 millions de DH de différence.

L’année suivante, cette différence est de 102 millions de DH.

Dernière en date, l’acquisition du dernier bloc de la SNI a coûté 254 millions de DH de plus que sa valeur de marché.

Au total, Danone a déboursé près de 10 milliards de DH pour 95% de Centrale.

Danone confirme son intérêt pour le Maroc

La marque Danone est présente depuis 62 ans au Maroc. Le groupe a tissé une relation privilégiée avec Centrale Laitière, qui remonte à 1953, lorsque Centrale Laitière devenait la première franchise du groupe au monde.

C’est en 2012 que Danone annonce sa montée au capital de Centrale Laitière, qui sera poursuivie durant les 3 années qui suivent, pour arriver à un contrôle de 95,86% le 10 décembre dernier, un peu plus d’un mois après l’annonce de la nouvelle dénomination et identité visuelle "Centrale-Danone", symbolisant la prise de contrôle quasi-totale par Danone du groupe marocain.

Aujourd’hui, avec plus de 4.000 collaborateurs, 120.000 éleveurs partenaires, 70.000 points de vente, desservis quotidiennement et plus de 60% de parts de marché, Centrale-Danone est un acteur incontournable du paysage socioéconomique marocain.

Son chiffre d’affaires à fin 2014 était de 7 milliards de DH, et son résultat net de 41 millions de DH.

Selon nos informations, si le groupe Danone a accepté de payer un prix relativement élevé, en tous les cas plus élevé que le cours sur le marché de Casablanca, c’est parce qu’il accorde une grande importance à sa présence sur le marché marocain et compte développer celle-ci.

Dès que l’on dit développement, on peut penser à l’eau, un secteur que Danone connaît bien. Nos informations font état d’un intérêt du groupe Danone pour l’acquisition de Sotherma, filiale de la SNI, détentrice des marques Sidi Harazem et Aïn Saiss.

L'intérêt de Danone se confirme également avec sa volonté de laisser sa filiale Centrale toujours cotée à la Bourse de Casablanca, malgré son OPR et malgré l'acquisition de 95% des titres. On peut penser que Danone sera à l'avenir, un acteur économique encore plus important au Maroc.

Vente aux enchères
Quoi de neuf ?
Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Danone a acquis, le 10 décembre, le dernier bloc de 5% détenu par la SNI. Il va lancer incessamment son OPR, sans pour autant demander la radiation de la cote. 

Cette opération appelle plusieurs commentaires.

Le bloc de 5% a été négocié à 1.500 dirhams par action, soit nettement au-dessus du cours. Le cours des actions Centrale Danone jeudi n’était que de 961 DH, soit à peu près 254 millions de DH de mieux pour la SNI sur ce bloc.

La montée progressive de Danone dans le capital dénote de cet intérêt.

Depuis 2013, trois opérations de cession ont réuni SNI et Danone, autour de Centrale:

- En février 2013, 3.558.876 actions ont été cédées sur le marché de blocs à 1.700 DH l’action, soit un peu plus de 6 milliards de DH. Cette acquisition par Danone lui a permis de prendre le contrôle de Centrale Laitière et de franchir le seuil des 66,66% du capital à la hausse, pour atteindre 68,72% .

- En novembre 2014, 3 milliards de DH est la somme qu’a déboursée le groupe Danone pour acquérir 2.049.136 actions de Centrale détenues par la SNI, au cours de 1.500 dirhams par action. Cette fois-ci, c’est le seuil des 90% qui a été franchi.

- Dernière en date, l’acquisition du jeudi 10 décembre s’inscrit dans la même lancée, et constitue le retrait définitif de la SNI en faveur de Danone. En effet, c’est le dernier bloc de 5%, encore dans le portefeuille de la SNI, que celle-ci a vendu, pour 706,5 millions de DH. Soit 471.000 actions cédées à 1.500 DH l’unité. Suite à son acquisition, Danone franchit le seuil des 95% dans Centrale et détient exactement 95,86% du capital.

Cette montée graduelle n’est pas sans coût et celui-ci va en augmentant.

En effet, ce sont 50,8 millions de DH en plus de la valeur de marché que Danone a déboursés pour chaque point additionnel en 2015, contre seulement 4,63 millions de DH en 2014, car, entre temps, la cote de Centrale a baissé.

En 2013, le groupe a acquis les actions de la SNI au prix de 1.700 DH par action, alors que leur cours était de 1.500 DH. Ce sont donc 200 DH de plus pour chaque action que Danone débourse, ce qui équivaut à peu près à 711 millions de DH de différence.

L’année suivante, cette différence est de 102 millions de DH.

Dernière en date, l’acquisition du dernier bloc de la SNI a coûté 254 millions de DH de plus que sa valeur de marché.

Au total, Danone a déboursé près de 10 milliards de DH pour 95% de Centrale.

Danone confirme son intérêt pour le Maroc

La marque Danone est présente depuis 62 ans au Maroc. Le groupe a tissé une relation privilégiée avec Centrale Laitière, qui remonte à 1953, lorsque Centrale Laitière devenait la première franchise du groupe au monde.

C’est en 2012 que Danone annonce sa montée au capital de Centrale Laitière, qui sera poursuivie durant les 3 années qui suivent, pour arriver à un contrôle de 95,86% le 10 décembre dernier, un peu plus d’un mois après l’annonce de la nouvelle dénomination et identité visuelle "Centrale-Danone", symbolisant la prise de contrôle quasi-totale par Danone du groupe marocain.

Aujourd’hui, avec plus de 4.000 collaborateurs, 120.000 éleveurs partenaires, 70.000 points de vente, desservis quotidiennement et plus de 60% de parts de marché, Centrale-Danone est un acteur incontournable du paysage socioéconomique marocain.

Son chiffre d’affaires à fin 2014 était de 7 milliards de DH, et son résultat net de 41 millions de DH.

Selon nos informations, si le groupe Danone a accepté de payer un prix relativement élevé, en tous les cas plus élevé que le cours sur le marché de Casablanca, c’est parce qu’il accorde une grande importance à sa présence sur le marché marocain et compte développer celle-ci.

Dès que l’on dit développement, on peut penser à l’eau, un secteur que Danone connaît bien. Nos informations font état d’un intérêt du groupe Danone pour l’acquisition de Sotherma, filiale de la SNI, détentrice des marques Sidi Harazem et Aïn Saiss.

L'intérêt de Danone se confirme également avec sa volonté de laisser sa filiale Centrale toujours cotée à la Bourse de Casablanca, malgré son OPR et malgré l'acquisition de 95% des titres. On peut penser que Danone sera à l'avenir, un acteur économique encore plus important au Maroc.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.