Seule épice cultivée localement, le piment rouge (Niora) représente un des secteurs productifs les plus importants dans la région de Béni Mellal-Khénifra. La transformation de ce produit se fait toujours à travers une méthode semi-artisanale.

La filière crée 200.000 journées de travail par an et un chiffre d'affaires de plus de 18 millions de DH, selon l'office régional de mise en valeur agricole de Tadla.

Un rapport de l'office indique que la superficie totale consacrée lors cette saison à cette spécialité de la région dite Niora s'élève à 1.440 hectares dont 455 hectares irrigués au goutte-à-goutte, ayant permis de produire 37.400 tonnes, soit une moyenne de 26 tonnes par hectare et un bénéfice variant en 45.000 et 56.000 DH à l'hectare.

Le directeur de la division de la promotion agricole à l'office, Abdelkrim Abed note, à ce propos, que cette filière joue un rôle très important dans la dynamique socio-économique dans la région de Béni Mellal-Khénifra, qui s'adjuge la part du lion au niveau de la production nationale à hauteur de 90%.

Dans une déclaration à la MAP, il indique que l'office  pris une batterie de mesures en vue d'accompagner les producteurs au niveau de la transformation de ce type de piment dans la région qui dispose de 14 unités spécialisées mais devant être réhabilitées et modernisées afin de valoriser la filière.

Cette filière fait face à certains problèmes, notamment la spéculation et la multiplicité des intermédiaires. Face à cela, les ''pimentiers'' ont créé l'association régionale des producteurs de piment rouge dans la région de Béni Mellal-Khénifra, en attendant que ce groupement soit remplacé par une Fédération bi-professionnelle rassemblant les associations existantes.

Autre problème à résoudre, celui de la transformation de ce produit en poudre qui se fait à travers une méthode semi-artisanale dans plusieurs moulins au niveau de la région. Résultat: les conditions de transformation et de stockage ne répondent pas très souvent aux standards de sécurité sanitaire requis.

Face à cela, la Direction régionale d'agriculture a mis en place un ambitieux programme visant à promouvoir la filière, améliorer les techniques et conditions de production et réhabiliter les moulins traditionnels.

Notons que le piment rouge est l’épice la plus consommée au Maroc (6.000 tonnes). La saison du piment rouge dans la région de Béni Mellal-Khénifra a été lancée en septembre dernier et se prolongera jusqu'à novembre prochain.

(Avec MAP)

Lire aussi: L’Etat arrête la contrebande des épices, les importations légales explosent

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Seule épice cultivée localement, le piment rouge (Niora) représente un des secteurs productifs les plus importants dans la région de Béni Mellal-Khénifra. La transformation de ce produit se fait toujours à travers une méthode semi-artisanale

 

La filière crée 200.000 journées de travail par an et un chiffre d'affaires de plus de 18 millions de DH, selon l'office régional de mise en valeur agricole de Tadla.

Un rapport de l'office indique que la superficie totale consacrée lors cette saison à cette spécialité de la région dite Niora s'élève à 1.440 hectares dont 455 hectares irrigués au goutte-à-goutte, ayant permis de produire 37.400 tonnes, soit une moyenne de 26 tonnes par hectare et un bénéfice variant en 45.000 et 56.000 DH à l'hectare.

Le directeur de la division de la promotion agricole à l'office, Abdelkrim Abed note, à ce propos, que cette filière joue un rôle très important dans la dynamique socio-économique dans la région de Béni Mellal-Khénifra, qui s'adjuge la part du lion au niveau de la production nationale à hauteur de 90%.

Dans une déclaration à la MAP, il indique que l'office  pris une batterie de mesures en vue d'accompagner les producteurs au niveau de la transformation de ce type de piment dans la région qui dispose de 14 unités spécialisées mais devant être réhabilitées et modernisées afin de valoriser la filière.

Cette filière fait face à certains problèmes, notamment la spéculation et la multiplicité des intermédiaires. Face à cela, les ''pimentiers'' ont créé l'association régionale des producteurs de piment rouge dans la région de Béni Mellal-Khénifra, en attendant que ce groupement soit remplacé par une Fédération bi-professionnelle rassemblant les associations existantes.

Autre problème à résoudre, celui de la transformation de ce produit en poudre qui se fait à travers une méthode semi-artisanale dans plusieurs moulins au niveau de la région. Résultat: les conditions de transformation et de stockage ne répondent pas très souvent aux standards de sécurité sanitaire requis.

Face à cela, la Direction régionale d'agriculture a mis en place un ambitieux programme visant à promouvoir la filière, améliorer les techniques et conditions de production et réhabiliter les moulins traditionnels.

Notons que le piment rouge est l’épice la plus consommée au Maroc (6.000 tonnes). La saison du piment rouge dans la région de Béni Mellal-Khénifra a été lancée en septembre dernier et se prolongera jusqu'à novembre prochain.

(Avec MAP)

Lire aussi: L’Etat arrête la contrebande des épices, les importations légales explosent

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.