Dans son pilier II, le Plan Maroc Vert accorde une place importante aux petits agriculteurs via la création et la pérennisation de projets agricoles dans des zones paupérisées. Aux côtés des emblématiques produits du terroir, l’agriculture solidaire a réalisé des avancées significatives, aussi bien dans les filières végétales qu’animales. Voici son bilan sur la période 2010-2018.

13 MMDH d’investissements publics, un chiffre d’affaires cumulé de 12,6 MMDH et une valeur ajoutée dépassant les 8 MMDH. Les indicateurs du pilier II du Plan Maroc Vert - tels qu’exposés le 18 décembre par le ministre de l’Agriculture lors de la 2è réunion d’évaluation du PMV, mettent en évidence une nette progression enregistrée par la majorité des filières agricoles vivrières.

L’objectif n’est pas exclusivement économique pour autant. Les deux composantes du pilier II, agriculture solidaire et produits du terroir, se focalisent sur le développement de projets agricoles économiquement viables au profit de petits agriculteurs, avec une intervention directe de l’Etat.

Les projets du pilier II se concentrent en priorité dans des zones paupérisées, notamment les régions montagneuses, oasiennes et désertiques. Le principal objectif est la lutte contre la pauvreté dans ces écosystèmes fragiles ou fragilisés. Avec à la clé, la création de nouvelles sources de revenu permettant aux familles de milliers d’agriculteurs de s’extraire de la précarité.

«Une attention particulière a été accordée à l’ingénierie des projets, ainsi qu’à l’employabilité des jeunes et des femmes rurales», souligne Al Mahdi Arrifi, DG de l’Agence de développement agricole (ADA).

A l'occasion de la présentation du bilan du Plan Maroc Vert, le ministère de l'Agriculture a insisté sur la distinction qu'il fait entre l'agriculture solidaire et les petits agriculteurs. Selon les responsables qui se sont succédé à la tribune, l'agriculture solidaire concerne les (très) petits agriculteurs. Mais tous les petits agriculteurs ne sont pas dans le "solidaire". En d'autres termes, le pilier I, celui de la performance, a apporté selon eux, un grand bénéfice aux petits agriculteurs et non pas seulement aux grandes exploitations.

Tous les chiffres ci-dessous sont extraits des exposés présentés mardi dernier.

>Objectifs

Les projets du pilier II (agriculture solidaire et produits du terroir), présentent une intéressante dimension visant aussi bien l’accroissement des rendements agricoles et leur valorisation, que le renforcement des capacités organisationnelles des petits agriculteurs. Globalement, ces projets s’articulent autour de 3 axes:

-Projets de reconversion: 398 projets, 238.238 bénéficiaires et 10 MMDH de budget. Ils visent principalement la transformation des systèmes de production agricole en des cultures à plus forte valeur ajoutée.

-Projets d’intensification de la production agricole: 462 projets, 502.523 bénéficiaires et un budget de 10,9 MMDH. L'objectif étant de développer les performances de filières existantes par l’amélioration des techniques et la valorisation de la production.

-Projets de diversification: 51 projets, 38.874 bénéficiaires et 500 MDH de budget. Les projets compris dans ce volet ambitionnent la création de revenus agricoles additionnels au profit des petits agriculteurs : miel, plantes médicinales,…

>Réalisations

-813 projets réalisés sur 913 prévus, soit un taux de concrétisation de 90%

-18 MMDH engagés sur un budget prévisionnel de 21MMDH (84% des investissements prévus)

-667.597 bénéficiaires sur 779.635 de prévus (86%)

L’arboriculture vivrière se taille la part du lion dans ces projets, bien que 92% de sa production soit concentrée sur 3 cultures : olives, amandes et cactus.
La filière oléicole accapare à elle seule 27% des projets, avec des avancées très respectables: 349.000 ha plantés, 41.000 ha en cours et 210.000 ha de prévu dès 2019. Des réalisations qui expliquent les bonnes campagnes enregistrées par cette filière au cours des dernières années.

>Unités de valorisation

-Construction de 368 unités depuis le lancement du PMV, dont 43 en 2018. 29% de ces unités sont des centres de collecte de lait, et 23% des unités de trituration d’huile d’olive.

-107 nouvelles unités sont actuellement en cours de construction.

A terme, ces unités serviront à la valorisation de 300.000 tonnes de produits agricoles issus de l’agriculture solidaire.

>Aménagement hydroagricole

-Visant à renforcer les canaux traditionnels d’irrigation, cette composante du pilier II a permis d’aménager 84.000 ha et la construction de 1.740 km de nouvelles canalisations.

-Pour ses 2 années restantes, le PMV prévoit l’aménagement de 4.230 ha et 270 km de canalisations.

>Zones pastorales

-Aménagement de 33.000 ha, soit 82% de l’objectif du PMV. 7.010 ha supplémentaires seront aménagés en 2019-2020.

-Création de 709 points d’eau destinés à abreuver les cheptels (84% de l’objectif PMV). 131 nouveaux points d’eau seront créés au terme de la stratégie en 2020.

>Cheptel

C’est l’une des composantes qui met le plus l’accent sur la dimension solidaire du pilier II du PMV. Près de 25.000 têtes de bétail (ovins et caprins) ont été remises à de petits agriculteurs depuis le lancement de la stratégie agricole. 7.000 têtes supplémentaires seront distribuées en 2019-2020.

L’objectif est d’extraire les petits agriculteurs de la précarité en leur fournissant les moyens de disposer d’une source régulière de revenus. La production de lait étant surnommée dans les campagnes marocaines «la banque des petits agriculteurs».

A des fins similaires, 63.000 ruches d’abeilles ont été distribuées dans des zones défavorisées. Le PMV prévoit 19.000 ruches supplémentaires pour 2019-2020.

>Désenclavement

Construction de 377 km de pistes, afin de désenclaver certaines régions et faciliter la commercialisation des produits agricoles. 228 km supplémentaires sont prévus pour les 2 prochaines années.

>Indicateurs socio-économiques

-Investissement: 13 MMDH d’investissements publics, soit une moyenne de 1,3 MMDH par année. La période 2019-2021 verra un investissement additionnel de 4,7 MMDH.

-Chiffre d’affaires et emploi: Les projets dédiés à l’agriculture solidaire ont réalisé, sur la période 2010-2018, un chiffre d’affaires cumulé de 12,6 MMDH – dont plus de 6,5 MMDH générés par les filières végétales. La valeur ajoutée dépasse quant à elle les 8 MMDH sur la même période.

Lorsque ces projets auront atteint leur vitesse de croisière - compte tenu de la durée nécessaire à la croissance de certaines variétés végétales, il est prévu un chiffre d’affaires annuel de 16,9 MMDH – dont près de 11,5 MMDH générés par les filières végétales. La valeur ajoutée est quant à elle estimée à 12,4 MMDH par an.

En termes de création d’emploi, ces projets vont générer à terme 29,1 millions de jours-homme par an. Sur l’ensemble de la période 2010-2018, 66,8 millions de jours-homme ont été créés.

>Limites et contraintes

Dans son évaluation du PMV, le ministère de tutelle énumère plusieurs facteurs limitants:

-difficulté d’assurer une réserve foncière permettant l’expansion des projets et la création d’unités de valorisation. Pour remédier à cette situation, il est prévu de mobiliser une partie des terres collectives de l’Etat.

-défi de la pérennité de certains projets, notamment dans les filières végétales et les unités de valorisation.

-faibles capacités techniques, organisationnelles et financières de certains GIE porteurs des projets.

 

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Dans son pilier II, le Plan Maroc Vert accorde une place importante aux petits agriculteurs via la création et la pérennisation de projets agricoles dans des zones paupérisées. Aux côtés des emblématiques produits du terroir, l’agriculture solidaire a réalisé des avancées significatives, aussi bien dans les filières végétales qu’animales. Voici son bilan sur la période 2010-2018.

13 MMDH d’investissements publics, un chiffre d’affaires cumulé de 12,6 MMDH et une valeur ajoutée dépassant les 8 MMDH. Les indicateurs du pilier II du Plan Maroc Vert - tels qu’exposés le 18 décembre par le ministre de l’Agriculture lors de la 2è réunion d’évaluation du PMV, mettent en évidence une nette progression enregistrée par la majorité des filières agricoles vivrières.

L’objectif n’est pas exclusivement économique pour autant. Les deux composantes du pilier II, agriculture solidaire et produits du terroir, se focalisent sur le développement de projets agricoles économiquement viables au profit de petits agriculteurs, avec une intervention directe de l’Etat.

Les projets du pilier II se concentrent en priorité dans des zones paupérisées, notamment les régions montagneuses, oasiennes et désertiques. Le principal objectif est la lutte contre la pauvreté dans ces écosystèmes fragiles ou fragilisés. Avec à la clé, la création de nouvelles sources de revenu permettant aux familles de milliers d’agriculteurs de s’extraire de la précarité.

«Une attention particulière a été accordée à l’ingénierie des projets, ainsi qu’à l’employabilité des jeunes et des femmes rurales», souligne Al Mahdi Arrifi, DG de l’Agence de développement agricole (ADA).

A l'occasion de la présentation du bilan du Plan Maroc Vert, le ministère de l'Agriculture a insisté sur la distinction qu'il fait entre l'agriculture solidaire et les petits agriculteurs. Selon les responsables qui se sont succédé à la tribune, l'agriculture solidaire concerne les (très) petits agriculteurs. Mais tous les petits agriculteurs ne sont pas dans le "solidaire". En d'autres termes, le pilier I, celui de la performance, a apporté selon eux, un grand bénéfice aux petits agriculteurs et non pas seulement aux grandes exploitations.

Tous les chiffres ci-dessous sont extraits des exposés présentés mardi dernier.

>Objectifs

Les projets du pilier II (agriculture solidaire et produits du terroir), présentent une intéressante dimension visant aussi bien l’accroissement des rendements agricoles et leur valorisation, que le renforcement des capacités organisationnelles des petits agriculteurs. Globalement, ces projets s’articulent autour de 3 axes:

-Projets de reconversion: 398 projets, 238.238 bénéficiaires et 10 MMDH de budget. Ils visent principalement la transformation des systèmes de production agricole en des cultures à plus forte valeur ajoutée.

-Projets d’intensification de la production agricole: 462 projets, 502.523 bénéficiaires et un budget de 10,9 MMDH. L'objectif étant de développer les performances de filières existantes par l’amélioration des techniques et la valorisation de la production.

-Projets de diversification: 51 projets, 38.874 bénéficiaires et 500 MDH de budget. Les projets compris dans ce volet ambitionnent la création de revenus agricoles additionnels au profit des petits agriculteurs : miel, plantes médicinales,…

>Réalisations

-813 projets réalisés sur 913 prévus, soit un taux de concrétisation de 90%

-18 MMDH engagés sur un budget prévisionnel de 21MMDH (84% des investissements prévus)

-667.597 bénéficiaires sur 779.635 de prévus (86%)

L’arboriculture vivrière se taille la part du lion dans ces projets, bien que 92% de sa production soit concentrée sur 3 cultures : olives, amandes et cactus.
La filière oléicole accapare à elle seule 27% des projets, avec des avancées très respectables: 349.000 ha plantés, 41.000 ha en cours et 210.000 ha de prévu dès 2019. Des réalisations qui expliquent les bonnes campagnes enregistrées par cette filière au cours des dernières années.

>Unités de valorisation

-Construction de 368 unités depuis le lancement du PMV, dont 43 en 2018. 29% de ces unités sont des centres de collecte de lait, et 23% des unités de trituration d’huile d’olive.

-107 nouvelles unités sont actuellement en cours de construction.

A terme, ces unités serviront à la valorisation de 300.000 tonnes de produits agricoles issus de l’agriculture solidaire.

>Aménagement hydroagricole

-Visant à renforcer les canaux traditionnels d’irrigation, cette composante du pilier II a permis d’aménager 84.000 ha et la construction de 1.740 km de nouvelles canalisations.

-Pour ses 2 années restantes, le PMV prévoit l’aménagement de 4.230 ha et 270 km de canalisations.

>Zones pastorales

-Aménagement de 33.000 ha, soit 82% de l’objectif du PMV. 7.010 ha supplémentaires seront aménagés en 2019-2020.

-Création de 709 points d’eau destinés à abreuver les cheptels (84% de l’objectif PMV). 131 nouveaux points d’eau seront créés au terme de la stratégie en 2020.

>Cheptel

C’est l’une des composantes qui met le plus l’accent sur la dimension solidaire du pilier II du PMV. Près de 25.000 têtes de bétail (ovins et caprins) ont été remises à de petits agriculteurs depuis le lancement de la stratégie agricole. 7.000 têtes supplémentaires seront distribuées en 2019-2020.

L’objectif est d’extraire les petits agriculteurs de la précarité en leur fournissant les moyens de disposer d’une source régulière de revenus. La production de lait étant surnommée dans les campagnes marocaines «la banque des petits agriculteurs».

A des fins similaires, 63.000 ruches d’abeilles ont été distribuées dans des zones défavorisées. Le PMV prévoit 19.000 ruches supplémentaires pour 2019-2020.

>Désenclavement

Construction de 377 km de pistes, afin de désenclaver certaines régions et faciliter la commercialisation des produits agricoles. 228 km supplémentaires sont prévus pour les 2 prochaines années.

>Indicateurs socio-économiques

-Investissement: 13 MMDH d’investissements publics, soit une moyenne de 1,3 MMDH par année. La période 2019-2021 verra un investissement additionnel de 4,7 MMDH.

-Chiffre d’affaires et emploi: Les projets dédiés à l’agriculture solidaire ont réalisé, sur la période 2010-2018, un chiffre d’affaires cumulé de 12,6 MMDH – dont plus de 6,5 MMDH générés par les filières végétales. La valeur ajoutée dépasse quant à elle les 8 MMDH sur la même période.

Lorsque ces projets auront atteint leur vitesse de croisière - compte tenu de la durée nécessaire à la croissance de certaines variétés végétales, il est prévu un chiffre d’affaires annuel de 16,9 MMDH – dont près de 11,5 MMDH générés par les filières végétales. La valeur ajoutée est quant à elle estimée à 12,4 MMDH par an.

En termes de création d’emploi, ces projets vont générer à terme 29,1 millions de jours-homme par an. Sur l’ensemble de la période 2010-2018, 66,8 millions de jours-homme ont été créés.

>Limites et contraintes

Dans son évaluation du PMV, le ministère de tutelle énumère plusieurs facteurs limitants:

-difficulté d’assurer une réserve foncière permettant l’expansion des projets et la création d’unités de valorisation. Pour remédier à cette situation, il est prévu de mobiliser une partie des terres collectives de l’Etat.

-défi de la pérennité de certains projets, notamment dans les filières végétales et les unités de valorisation.

-faibles capacités techniques, organisationnelles et financières de certains GIE porteurs des projets.

 

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.