Menu
facebook twitter
 
.
.
Page d'accueil CULTUREDarija: La loi sur le Conseil national des langues et de la culture marocaine s'éternise au Parlement

Darija: La loi sur le Conseil national des langues et de la culture marocaine s'éternise au Parlement 

Jeudi 13 septembre 2018 à 17h08
Darija: La loi sur le Conseil national des langues et de la culture marocaine s'éternise au Parlement
 

La création d’un Conseil national des langues et de la culture marocaine est prévue par la Constitution de 2011, sauf que le projet de loi organique relative à sa création traîne dans les méandres du Parlement depuis octobre 2016 malgré les orientations royales.

Est-il pertinent ou non d’utiliser la darija, ou tout autre dialecte marocain, dans les manuels scolaires ? La réponse serait, normalement, du ressort à la fois du Conseil supérieur de l'Education et du Conseil national des langues et de la culture marocaine (CNLCM).

Prévue dans l’article 5 de la Constitution de 2011, la création du CNLCM reste tributaire de l’examen du projet de loi organique 04.16 – présenté lors du Conseil de gouvernement du 3 août 2016, et du Conseil des ministres du 26 septembre de la même année.

Cette institution n'est toujours pas créée, car le projet de loi traîne dans les tiroirs de la commission parlementaire de l’Education, de la Culture et de la Communication depuis le 6 octobre 2016, selon le site du parlement marocain. Au cours d'une récente réunion, les membres de cette commission se sont engagés à inscrire l'examen de ce texte dans leurs priorités et ce, dès ce mois de septembre.

Le retard accusé dans l’examen du projet de loi organique 04.16 est en totale contradiction avec les orientations royales. En ouverture de la session parlementaire du 9 octobre 2015, le Roi Mohammed VI avait en effet clairement insisté sur la nécessité d’examiner les lois organiques en vue de leur adoption par le parlement AVANT le terme de chaque session législative. Ce que le texte du projet de loi organique rappelle d’ailleurs dans son préambule.

Nul ne connaît les raisons derrière ce retard, nos multiples tentatives pour joindre le ministre de la Culture, Mohamed Laâraj n'ayant pas abouti…

Les dialectes ont-ils leur place dans l’Education nationale?

Chapeautée par l’ancien ministre de la Culture, Mohamed Amine Sbihi, l'élaboration du projet de loi organique 04.16 définit clairement le rôle du CNLCM, notamment en matière de "préservation et valorisation du patrimoine culturel, et de la reconnaissance de la diversité linguistique et culturelle".

Doté du pouvoir d’auto-saisine, l’arbitrage du CNLCM aurait été d’un grand apport dans la "polémique" née autour de l’utilisation de la darija. Une polémique qui s’est dans un premier temps répandue comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux, pour évoluer en diverses prises de position, notamment de la part du corps enseignant, des partis politiques et des syndicats. Allant même jusqu’au dépôt, auprès du tribunal administratif de Rabat, d’une requête en référé (fac-similé ci-dessous) contre le Chef du gouvernement et le ministre de l’Education nationale.

Se désignant comme "un cadre de référence et une force de proposition" pour tout ce qui a trait aux langues et à la culture, les principales missions du CNLCM s’articulent essentiellement autour:

-du développement de politiques linguistiques homogènes et complémentaires pour les langues officielles du Royaume (arabe et tamazight), ainsi que pour les langues étrangères, dans l’objectif d’améliorer aussi bien leur apprentissage que leur utilisation.

-de la valorisation de l’identité marocaine par la préservation de sa diversité.

Les dialectes marocains, au sens large, sont d’ailleurs mentionnés comme étant une partie indéfectible de l’identité culturelle marocaine. Dans l’article 15 du projet de loi organique 04.16, il est d’ailleurs clairement stipulé qu’une commission du CNLCM est tenue de réaliser des travaux de recherche, en matière d’étude de l’histoire des dialectes marocains, leur développement et leur répartition géographique.

Toujours dans le corps du projet de loi organique 04.16, on relève notamment que l’une des missions essentielles du CNLCM consiste à proposer ou recommander au gouvernement toute action visant à acter le caractère officiel de la langue amazighe, ainsi que la valorisation du Hassani et des dialectes marocains, notamment en matière d’Education nationale.

.
Signaler une erreurAjouter un commentaire
.
.

Votre commentaire

 

Il vous reste  caractères.
Code de sécurité
Rafraîchir

Accéder à la charte des commentaires »
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

- Médias 24 présente -

Le guide immobilier de Casablanca - Rabat

Le prix de vente du neuf et de l’occasion, quartier par quartier, appartements, villas, terrains

Guide offert par
.
.
.
.
.
.
 
Abonnez vous à nos newsletters et alertes
.
TOUT LE FIL
Close